Afrique: Phenyo Butale fustige le retour du colonialisme

Phenyo Butale, une figure politique éminente du Botswana, s’est illustré à travers diverses casquettes, notamment en tant que membre du Parlement jusqu’en 2019 sous l’égide de l’Alliance for Progressives. Avant son immersion dans l’arène politique, Butale s’est engagé dans le secteur des médias et de la société civile, occupant des postes clés tels que le directeur national du Media Institute of Southern Africa – Chapitre du Botswana et directeur exécutif de l’Institut de la liberté d’expression à Johannesburg. Titulaire d’un doctorat de l’Université de Stellenbosch, Butale a également joué un rôle de premier plan dans la promotion d’une presse libre, essentielle au débat démocratique dans son pays natal​.

Dans sa tribune, il soulève une critique acerbe contre ce qu’il considère comme des manœuvres occidentales dans le commerce des diamants, en particulier la proposition du G7 de centraliser la certification des diamants africains à Anvers. Butale dénonce cette initiative comme une réminiscence de l’exploitation coloniale, où l’Afrique, riche en ressources, continue d’être privée de son droit à la prospérité et à l’autodétermination.

Publicité

À travers cet article, Butale met en lumière non seulement le passé douloureux de l’Afrique sous le colonialisme et l’esclavage mais aussi les défis contemporains posés par des politiques qui, sous couvert de régulation, menacent de perpétuer des cycles d’exploitation et de dépendance.

Une nouvelle ère de colonialisme se dessine sous nos yeux. L’Afrique doit-elle tolérer cela ?

Par Dr Phenyo Butale, ancien membre du Parlement panafricain

Ce n’est un secret pour personne que la richesse de l’Occident s’est construite sur l’exploitation de l’Afrique. Des millions d’Africains ont été tués, des dizaines de millions ont été réduits en esclavage et de nombreuses nations africaines ont été ruinées. Pendant ce temps, les profits tirés de la traite des esclaves, de la main-d’œuvre bon marché et des abondantes ressources naturelles africaines ont profité à l’économie occidentale et l’ont transformée pendant des siècles.

Au cours des vingt dernières années, les responsables occidentaux ont beaucoup parlé de la responsabilité de l’Occident dans les crimes du colonialisme. Récemment, ils ont même soulevé la question des réparations dues à l’Afrique pour les atrocités commises à grande échelle pendant la période coloniale. Mais il semble qu’en réalité, rien n’ait changé dans leur esprit depuis l’époque coloniale – la même vieille histoire de suprématie blanche est toujours d’actualité.

Publicité

Prenons l’exemple de la récente initiative du G7 visant à mettre en place un système de traçabilité des diamants. Dans le cadre de ce système, tous les diamants africains devraient être certifiés à Anvers, en Belgique, à plusieurs milliers de kilomètres de leur lieu d’extraction. Le G7 affirme que ce système de traçabilité vise à empêcher les diamants russes d’accéder à leurs marchés. Mais il ne dit rien de ce que cela signifie pour l’Afrique.

Or, l’Afrique est le principal contributeur à la production mondiale de diamants. Plus de 60 % des diamants bruts du monde proviennent du sol africain, à savoir du Botswana, de l’Angola, de l’Afrique du Sud, de la République démocratique du Congo, du Zimbabwe et de plusieurs autres pays. Selon la nouvelle initiative du G7, les pays africains ne seront plus autorisés à certifier leurs propres diamants extraits. Ils devront les livrer à Anvers pour obtenir une confirmation d’origine avant de les envoyer au polissage ou à la vente.

Un « bureaucrate diamantaire du G7 » blanc à Anvers, à plusieurs milliers de kilomètres de l’Afrique, décide désormais si un diamant africain a la « bonne origine », c’est-à-dire s’il n’est pas russe, ou non.

Pour de nombreux pays africains, le produit de l’exploitation des diamants représente une part importante des recettes de l’État. Des dizaines de millions de personnes à travers l’Afrique sont impliquées dans cette industrie, travaillant dans des conditions difficiles et mettant leur vie et leur santé en danger chaque jour pour seulement 2 dollars par jour. Dans le cadre de la nouvelle initiative du G7, leur sort est sur le point d’être dicté par un homme blanc distant, confortablement installé dans un bureau d’Anvers. Au-delà des préoccupations éthiques, cet arrangement a des conséquences financières importantes et entraîne des retards dans le traitement des diamants.

Cette initiative du G7 porte clairement atteinte à la souveraineté des pays africains. À un moment critique où le marché du diamant est sur le point de croître dans un contexte de réduction de l’offre, promettant une augmentation de la richesse et de la prospérité pour l’Afrique, le G7 cherche à prendre le contrôle et à dépouiller l’Afrique des trésors et des profits qui lui reviennent de droit. C’est toujours la même histoire. Ils essaient de prendre le contrôle de nos ressources et d’asservir ainsi de nouvelles générations d’Africains.

Soyons clairs : selon le système de suivi proposé, les Blancs, c’est-à-dire les pays du G7, contrôleront le commerce et les règles de circulation des diamants, tandis que les Noirs, c’est-à-dire les pays africains, prendront en charge tous les travaux d’extraction des diamants bruts et durs pour moins de 2 dollars par jour.

Les Blancs auront les marges et le contrôle des marchés, tandis que les Noirs auront les mines et la responsabilité de prouver que rien n’a été violé, c’est-à-dire que les diamants ne sont pas d’origine russe. Seul un Blanc d’Anvers peut décider de l’origine des diamants – on ne peut jamais faire confiance à un Africain dans ce domaine.

N’est-ce pas là de l’esclavage moderne ? Y a-t-il vraiment une grande différence pour les Africains entre le système proposé et les camps d’esclaves créés par le suprémaciste blanc Cecil Rhodes à la fin du XIXe siècle dans la colonie du Cap, où des milliers d’Africains sont morts dans les mines de diamants ? L’initiative du G7 a déjà été publiquement remise en question par De Beers et d’autres producteurs de diamants, ainsi que par le processus de Kimberley, le système international de certification des diamants de la guerre.

En outre, dans une lettre ouverte adressée au G7, les présidents et les membres de 27 bourses du diamant du monde entier ont exprimé leur appréhension, soulignant les effets négatifs potentiels sur l’industrie. Mais alors que le G7 n’a pas encore fait connaître son avis, les douanes d’Anvers et le bureau des diamants ont unilatéralement mis en place des restrictions, conduisant au blocage et à la détention de cargaisons africaines entrant en Belgique jusqu’à ce que des preuves d’origine appropriées soient fournies.

Il est clair que les implications du système de traçabilité des diamants proposé vont bien au-delà du monde du commerce – il s’agit d’une question morale et éthique qui exige l’attention et l’action de tous les pays africains. Le Premier ministre belge Alexander de Croo, l’un des principaux architectes du nouveau système de traçabilité, est sur le point de passer à la postérité en Afrique en tant qu’adepte moderne du roi Léopold II de Belgique, tristement célèbre pour son régime brutal au Congo.

Certains dirigeants africains ont déjà qualifié le nouveau système de traçage de ce qu’il est – une attaque directe contre l’indépendance de l’Afrique – tandis que d’autres n’ont toujours pas le courage de le dire. Il est impératif que les nations africaines résistent à cet empiètement sur leur souveraineté et leurs ressources. L’exploitation des richesses de l’Afrique pour alimenter la prospérité des nations occidentales est un récit récurrent, et le système de traçage des diamants du G7 risque d’exacerber cette exploitation sous le couvert d’une réglementation internationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité