Climat: ce géant pétrolier investit dans une technologie révolutionnaire 

Saudi Aramco, l’une des plus grandes entreprises au monde, vient d’annoncer qu’elle allait investir massivement dans CarbonCapture, une entreprise implantée du côté de Los Angeles, aux USA. Une annonce importante, car ce groupe américain travaille actuellement à développer une technologie tout simplement révolutionnaire.

En effet, CarbonCapture souhaite construire de nouvelles machines dont l’objectif est d’aspirer le dioxyde de carbone présent dans l’air et qui est l’un des principaux responsables du réchauffement climatique. Et cette levée de fonds, à hauteur de 80 millions de dollars auprès du géant saoudien, est l’un des plus grands investissements jamais réalisés dans un domaine encore assez “jeune”, dans le sens où il n’a pas encore fait ses preuves sur le marché.

Publicité

Saudi Aramco investi dans CarbonCapture

Outre Saudi Aramco, Amazon, Siemens Financial Services, Idealab X, et TIME Ventures se sont positionnées. Un attrait indéniable pour l’entreprise américain qui a annoncé la construction de machines “modulaires” qui ont été pensées de façon à contenir divers matériaux qui absorbent le dioxyde de carbone lorsqu’ils sont refroidis. La machine capture alors le gaz et pourra, par la suite, le stocker. Un premier projet, baptisé Bison, a été lancé en ce sens.

Le projet Bison vise à permettre de capturer 5 millions de tonnes métriques de CO2, à l’année, d’ici à 2030, dans l’État du Wyoming. Si le projet venait à être valide, alors le groupe pourrait annoncer la production à plus grande échelle de machines susceptibles de capturer du dioxyde de carbone. De nombreux espoirs reposent d’ailleurs sur la réussite d’une telle technologie, qui pourrait changer la face du monde et surtout, des investissements réalisés.

Un projet pour changer la face du monde

En effet, si une machine venait à être en mesure de capter le CO2 émis sur Terre, ou tout du moins une grande partie. Cela pourrait aussi permettre de contenir les émissions réalisées par quelques-unes des industries les plus polluantes du marché, comme celle de l’aviation civile ou encore de la construction. Les attentes sont donc relativement importantes et les premiers résultats seront forcément scrutés, que ce soit du point de vue politique, des entreprises ou de la société civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité