Corée du Nord: le Japon veut tenter un rapprochement, selon les autorités

Dans un récent développement diplomatique, la Corée du Nord a fait état d’une potentielle demande de rencontre entre le Premier ministre japonais Fumio Kishida et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un. Cette annonce a été relayée par Kim Yo Jong, la sœur influente de Kim Jong Un, bien que cette dernière ait jugé une telle rencontre peu probable sans un changement de politique de la part du Japon.

Selon les informations publiées par l’agence de presse officielle KCNA, Fumio Kishida aurait exprimé son désir de rencontrer Kim Jong Un dans un proche avenir. Toutefois, cette déclaration a été émise sans le consentement explicite du Premier ministre japonais, qui a déclaré devant le Parlement ne pas être informé de cette proposition. Malgré cela, il a souligné l’importance des pourparlers de haut niveau avec Pyongyang pour résoudre les conflits persistants entre les deux nations.

Publicité

Les relations entre le Japon et la Corée du Nord ont été historiquement tendues, marquées par des contentieux tels que l’occupation japonaise de la péninsule coréenne entre 1910 et 1945 et les tirs de missiles nord-coréens au-dessus du territoire japonais. Un point de friction majeur demeure également l’affaire des enlèvements de citoyens japonais par les services secrets nord-coréens dans les années 1970 et 1980.

En 2002, Pyongyang avait admis avoir enlevé 13 ressortissants japonais dans le but de les utiliser pour former des espions nord-coréens à la langue et à la culture japonaise. Suite à cette admission, cinq des personnes enlevées ont été autorisées à rentrer au Japon, laissant les familles des autres victimes dans l’angoisse et l’incertitude.

Malgré ces tensions historiques, Fumio Kishida a exprimé à plusieurs reprises sa volonté de normaliser les relations avec la Corée du Nord. Lors d’un discours aux Nations unies l’année précédente, il avait affirmé le désir du Japon de rencontrer Kim Jong Un « sans conditions », insistant sur la résolution de tous les différends en suspens, y compris celui des enlèvements.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité