Diabète: cette épice permet de contrôler la glycémie selon une étude

Dans le monde, 537 millions de personnes sont touchées par le diabète. Une maladie complexe, qui impacte fortement le quotidien de toutes celles et ceux qui sont concernés. Cécité, insuffisance rénale ou encore risques accrus d’infarctus, les dangers et symptômes du diabète, s’ils ne sont pas pris en charge assez tôt, peuvent être vraiment impactant !

S’il existe plusieurs moyens de réguler la glycémie chez les diabétiques, notamment les piqures d’insuline, des méthodes plus naturelles existent. En effet, une étude réalisée par les scientifiques de l’UCLA, l’Université de Californie à Los Angeles a permis de mettre à jour les bienfaits d’une épice très connue. Et seulement 4 grammes de cette dernière, au quotidien, permettraient de réguler la glycémie.

Publicité

Le diabète, mieux contrôlé grâce à une épice ?

Cette épice, c’est la cannelle ! En effet, prendre un tout petit peu de cannelle, tous les jours, permettrait de donner à son corps, toutes les armes pour mieux contrôler la glycémie. Pour en arriver à une telle conclusion, les scientifiques de l’UCLA ont étudié un groupe de 18 personnes, qui a été divisé en deux parties. La première a reçu un placebo, la seconde, a reçu 4 grammes de cannelle, par jour, sur une période de quatre semaines.

Et les résultats auraient dépassé les espérances des chercheurs. En effet, la cannelle a elle seule a réussi à réduire la concentration de sucre dans le sang. En plus de ces excellents résultats, les scientifiques ont noté qu’il n’y avait eu aucun effets secondaires sur les patients concernés. Mais pourquoi la cannelle aide-t-elle ? À l’heure actuelle, les chercheurs ne sont pas en mesure de l’expliquer.

Pourquoi la cannelle est-elle si efficace ?

Selon eux, la cannelle dispose d’importantes teneurs en polyphénols. Et ce même polyphénol est connu des scientifiques pour être capable, à eux seuls, d’améliorer la sensibilité de l’organisme à l’insuline. En outre, la cannelle aurait la capacité à impacter le microbiote intestinal favorisant ainsi la digestion. Une plus grande étude, avec plus de participants, est cependant nécessaire pour confirmer ces observations premières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité