Énergie en Afrique : cette initiative qui met en concurrence plusieurs pays

La demande en énergie atteint des sommets ces derniers temps. Avec le déclenchement du conflit russo-ukrainien qui a grandement impacté le secteur de l’énergie, on constate qu’il y a de nouveaux marchés qui ont émergé. Le continent africain occupe une grande place dans cette nouvelle configuration. Certains des pays les plus puissants de la planète se bousculent aux portes de l‘Afrique pour signer des contrats d’approvisionnements énergétiques.

Le potentiel est immense aux quatre coins de l’Afrique. À court, moyen et long terme, le continent va se positionner comme une place force du circuit d’approvisionnement mondial. C’est fort de ce constat qu’une banque dédiée au domaine énergétique verra le jour dans quelques mois en Afrique. De nombreux pays se livrent une bataille sans merci pour abriter le siège de cette future banque de l’énergie. Le Nigeria, le Ghana, l’Afrique du Sud, l’Égypte, le Bénin, la Côte d’Ivoire et l’Algérie sont les pays qui se sont déclarés candidats pour accueillir la Banque africaine de l’énergie.

Publicité

Pour devenir hôte de cette banque de l’énergie, les pays en lice devront respecter des critères précis. Tout d’abord, le pays devra disposer d’un bâtiment adéquat. Ensuite, il doit signer un accord avec le gouvernement hôte, et souscrire dans le même temps au capital social de la banque. Le processus est lancé et pour le moment, c’est le Ghana qui possède un train d’avance sur les autres.

Le Nigeria, du fait de son statut de plus grand producteur de pétrole en Afrique se sentait naturellement légitime pour abriter le siège de la banque africaine de l’énergie. Cependant, le Ghana est décidé à démontrer qu’il a de solides arguments à faire valoir. Ainsi donc, le Nigeria ne bénéficiera d’aucun passe-droit et la puissance ouest-africaine va devoir constituer un dossier en béton pour mettre toutes les chances de son côté.

Il faut dire que le pays qui sera choisi pour abriter le siège de la banque africaine de l’énergie va bénéficier de nombreux avantages. En outre, le pays va non seulement renforcer son influence sur le marché énergétique régional et international et il aura un accès privilégié aux investissements énergétiques. La bataille s’annonce par conséquent très acharnée. Tous les pays candidats veulent mettre en place des mécanismes audacieux pour dynamiser leur secteur énergétique. La banque africaine de l’énergie représente une opportunité pour ces pays de se créer de nouvelles perspectives.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité