Maitriser sa colère: cette technique marche à tous les coups

Maîtriser sa colère peut parfois sembler être une tâche herculéenne pour certains individus. Les émotions en ébullition peuvent rapidement devenir incontrôlables, mais il existe une lueur d’espoir : la science a découvert une technique efficace pour apaiser cette tempête intérieure.

Pour ceux qui ont souvent du mal à contenir leurs accès de rage, la perspective peut sembler décourageante. Pourtant, une étude récente publiée dans la revue Clinical Psychology Review apporte un éclairage précieux sur la meilleure approche à adopter pour dompter la colère.

Publicité

Deux écoles de pensée s’affrontent souvent lorsqu’il s’agit de calmer la colère : s’isoler et rechercher le calme ou, au contraire, se défouler pour évacuer l’excès d’émotions. Mais quelle méthode est réellement la plus efficace ? Pour répondre à cette question, des chercheurs ont entrepris une analyse approfondie de 154 études impliquant plus de 10 000 participants.

Les résultats de cette étude ont clairement distingué deux types d’activités : celles qui visent à diminuer l’activation émotionnelle, comme la respiration profonde, la pleine conscience et la méditation, et celles qui l’augmentent, telles que frapper un sac de frappe, faire du jogging ou du vélo.

Contre toute attente pour certains, les activités visant à réduire l’activation émotionnelle se sont avérées être les plus efficaces. Peu importe le genre, l’ethnie, l’âge ou la culture des participants, ainsi que leur statut social, ces méthodes ont montré leur efficacité de manière significative. Que l’on soit étudiant ou non, délinquant ou non, avec ou sans handicaps intellectuels, les bienfaits de ces activités restent constants.

De plus, il est intéressant de noter que la manière dont ces activités sont dispensées n’a pas d’incidence sur leur efficacité. Qu’elles soient proposées sur des plateformes numériques, par des chercheurs ou des thérapeutes, en sessions individuelles ou de groupe, sur le terrain ou en laboratoire, leur impact reste indéniable.

Publicité

À l’opposé, les activités visant à augmenter l’activation émotionnelle se sont révélées globalement inefficaces. Les données recueillies n’ont pas permis de dégager de tendance claire quant à leur capacité à gérer la colère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité