Mali: Choguel Maïga lâché par les siens

Au Mali, le climat politique est marqué par un conflit interne au sein du Mouvement du 5 Juin – Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), exacerbé par les récentes critiques à l’égard du Premier ministre de transition, Choguel Maïga. Une faction significative du mouvement, menée par des figures telles que l’imam Oumarou Diarra, Maître Mountaga Tall et Jeamille Bittar, accuse Maïga de ne pas avoir su instaurer la paix et l’unité, pointant du doigt une gouvernance jugée autocratique. Ces dissensions soulèvent des interrogations quant à la stabilité du leadership de Maïga au sein du M5.

Le rejet de Choguel Maïga par une partie du M5-RFP s’accompagne de vives critiques sur sa capacité à diriger efficacement. Ses détracteurs lui reprochent de ne pas être à la hauteur de ses responsabilités, en particulier dans sa gestion de la crise interne au mouvement. Les propos tenus par ses porte-voix, jugés injurieux et diffamatoires, attisent davantage les tensions, mettant en lumière un climat de méfiance et de rancœur.

Publicité

Par ailleurs, le soutien indéfectible d’une autre frange du M5-RFP, menée par Boubacar Karamoko Traoré et Abdel Kader Maïga, témoigne de la polarisation au sein du mouvement. Ces fidèles alliés du Premier ministre de transition défendent sa position, malgré les appels croissants à son remplacement. Cette division interne suggère l’existence de motivations sous-jacentes, possiblement liées à des ambitions personnelles et à des luttes de pouvoir.

Les tensions au sein du M5-RFP ont été exacerbées par des accusations lancées par Choguel Maïga contre certains militaires, qu’il suspecte de chercher à déstabiliser le mouvement. Ces allégations, soutenues par des propos audacieux d’Abdel Kader Maïga envers des figures militaires de haut rang, révèlent des divisions profondes non seulement au sein du mouvement, mais aussi au sommet de l’État, mettant en évidence un environnement politique maliens de plus en plus fracturé.

La situation actuelle pose la question de la survie politique de Choguel Maïga. Malgré les rumeurs persistantes sur son éventuel limogeage, les autorités militaires n’ont pas encore décidé de se séparer de ses services. L’issue de cette crise interne au M5-RFP et son impact sur la position de Maïga restent incertains, dans un contexte où les défections au sein du mouvement se multiplient, alimentant un climat d’instabilité et d’incertitude.

6 réponses

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Le Putsch militaire n’est pas la voix du peuple, il est et demeure la concertation entre individus qui semblent s’entendre sur un point pivotant du jour qui est « Prise du pouvoir » par la force. Rien d’étonnant de lire que Choguel Maïga soit mordu dans le cul par les siens.

  2. Avatar de Ekanyé
    Ekanyé

    Ça finira comme ça a l’habitude de finir. Rien de nouveau sous le soleil. Le temps est un allié très fiable. On ne perd rien à patienter

  3. Avatar de Son Eva
    Son Eva

    Il va falloir clarifier que le Docteur Choguel Kokalla Maïga occupait le poste de PM au nom du M5 -RFP. En faisant ses preuves, Assimi doit déclarer dans les heures à venir que Choguel occupe désormais le poste de Premier Ministre pour ses compétences personnelles et son mérite prouvé, non plus comme venant d’un groupe de parties politique.
    Aussi le Docteur Colonel Abdoulaye Maiga doit être gardé à son poste de Ministre de l’ Administration territoriale en respectant sa subordination au Premier Ministre Chef de gouvernement et en faisant très attention à certaines fréquentations et liens de tout genre avec certaines personnes.
    La brouille entre les deux hommes témoigne de la vivacité des actions menées jusqu’ici.
    Assimi se doit de les rappeler à l’ordre avec le concours de Imame Haidara de Nioro. Les défis à relever sont énormes. Le temps n’est pas à la division qui profiterait aux forces ténébreuses qui tirent sur les ficelles depuis l’étranger. Ne laisser aucune faille entre Choguel et les 5 colonels. Le Mali a besoin de vous voir travailler ensemble. Vous faites la fierté du continent. Cela ne plaît pas aux esclavagistes, colons, impérialistes et leurs valets en Afrique.
    Assimi et Haidara doivent ramener le calme dans la haute hiérarchie militaire et le gouvernement. Quant aux partis politique, il faut les ignorer. Les organisations de la société civiles panafricanistes en valent mieux.

  4. Avatar de Dr Doss
    Dr Doss

    Vive Choguel Maïga vive Choguel Maïga vive Choguel Maïga et vive Choguel Maïga !!! Honte honte honte et honte aux endocolons les valets internes de l’impérialisme néocolonialisme et la recolonisation de l’Afrique. Tchoko natchoco notre monnaie le Sahel auras lieu, nous appelons notre camarade le colonel Assimi Goïta et son gouvernement de faire bloque autour du premier ministre Choguel Maïga et de ne pas tomber dans cette piège de déstabilisation. Car on ne change pas une équipe gagnante, l’Afrique nous vaincrons voyez l’affaire c’est aussi simple à comprendre notez moi très très bien ça dixit Dr Doss

  5. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Ils abordent déjà la phase « ligueurs » contre les autres ? On en est déjà à l’étape « Janvier ASSOGBA » ?

    « propos…injurieux…diffamatoires » Ils savent parler autrement ?

    ça c’est petit (de la brindille), ils ont proférer des injures publiques à l’ONU même

    \\\\.///
    (@_@)

    1. Avatar de (@_@)
      (@_@)

      ils ont proféré

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité