Mauvaise nouvelle pour l’homme le plus riche d’Afrique

Aliko Dangote, magnat nigérian de l’industrie, a bâti un empire diversifié qui s’étend bien au-delà des frontières de son pays natal. Fondée sur le commerce du ciment dans les années 1970, la Dangote Group s’est rapidement étendue à d’autres secteurs, notamment l’agroalimentaire, l’énergie et les matières premières. Au fil des décennies, Dangote est devenu synonyme de réussite industrielle en Afrique, incarnant une figure de proue dans des secteurs clés de l’économie africaine.

Au sein de cet empire, Dangote Sugar Refinery (DSR) occupe une place de choix en tant que principal producteur de sucre blanc au Nigeria, avec une capacité impressionnante de raffinage de 1,44 million de tonnes de sucre brut par an. Néanmoins, l’exercice financier 2023 a marqué un tournant sombre pour DSR, qui a enregistré une perte nette de 73,7 milliards de nairas (48,7 millions $), une première dans l’histoire de l’entreprise.

Publicité

Ce recul contraste nettement avec l’année précédente où DSR affichait un bénéfice net de 54,7 milliards de nairas (36,1 millions $). Ce revirement de situation s’explique en grande partie par des pertes de change colossales de 172,3 milliards de nairas (113,8 millions $), résultant directement de la dévaluation du naira. Cette dépréciation de la monnaie nationale a non seulement affecté DSR, mais a également eu un impact significatif sur d’autres entreprises agroalimentaires au Nigeria, témoignant d’un problème économique plus large.

La dévaluation du naira a entraîné une escalade des coûts de financement pour DSR, qui ont explosé, passant de moins de 10 milliards de nairas (6,6 millions $) à plus de 201 milliards de nairas (132,8 millions $). Cette augmentation des coûts de financement, combinée à une hausse des coûts de vente, des charges administratives et des impôts, a considérablement alourdi la structure des coûts de l’entreprise.

En dépit de cette conjoncture difficile, DSR a réussi à augmenter son chiffre d’affaires de 9,4 % par rapport à l’année précédente, atteignant, 441 milliards de nairas (291,5 millions $). Cependant, cette hausse n’a pas suffi à compenser les dépenses élevées qui ont dépassé 604 milliards de nairas (399 millions $), plongeant l’entreprise dans le rouge.

Cette période tumultueuse pour DSR souligne les défis auxquels sont confrontés les géants industriels nigérians dans un environnement économique instable. La situation de DSR incite à une réflexion sur la nécessité d’adopter des stratégies plus résilientes face aux fluctuations monétaires et économiques. Pour Dangote et ses entreprises, il s’agit d’un rappel que même les plus grands ne sont pas à l’abri des aléas économiques.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité