Or en Afrique : ce producteur active une initiative pour booster la production

L’or possède une grande valeur sur le marché international des minerais. Le métal jaune est extrêmement convoité par les plus grandes puissances de la planète. Certains des plus grands producteurs d’or se trouvent en Afrique. On peut évoquer par exemple le Burkina Faso qui est dans le peloton de tête des nations productrices d’or sur le continent africain.

La rente aurifère contribue à 14% du PIB national et 80% des exportations. La production industrielle de l’or est bien en place au pays des Hommes Intègres, cependant, on remarque aussi que la production artisanale est toujours bien ancrée. La production artisanale a ses inconvénients et conscientes de cela, les autorités burkinabè ont enclenché des mécanismes pour mieux structurer le processus de production.

Publicité

Les orpailleurs ont recours à certaines méthodes pour traiter l’or et ses techniques ont de terribles répercussions sur l’environnement. De plus, l’exploitation artisanale engendre des pertes de minerais qui ont des teneurs importantes en or. Pour répondre à ces défis, le gouvernement a décidé de doter les acteurs du secteur aurifère de centre de traitement mutualisé de minerai d’or.

Le gouvernement burkinabè prévoit la construction d’une dizaine de ce genre de centre partout au Burkina au profit des orpailleurs. Le 18 mars dernier, en présence du ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières, le premier centre de traitement mutualisé de minerai d’or a vu le jour. Selon des sources concordantes, environ 2000 orpailleurs vont exploiter ce centre de traitement.

Quelles sont les spécificités de ce centre ? En gros, il possède un concasseur, un broyeur, un concentrateur et une table à secousse permettant de séparer l’or des résidus. « C’est le lieu pour moi de lancer un appel à l’endroit de toutes les organisations d’artisans miniers, premiers bénéficiaires de cet outil, à l’utiliser prioritairement pour le traitement de leur minerai et à nous accompagner dans le processus de formalisation et d’organisation des sites d’orpaillage » a laissé entendre le ministre des Mines burkinabè.

Avec ces centres de traitement, le Burkina veut se donner les moyens d’accroître sa production aurifère et préserver dans le même temps son environnement. Le gouvernement de transition travaille à créer une chaîne de valeur autour de l’industrie de l’or. Il y a quelques mois, l’on se rappelle que le président de la Transition a lancé les travaux de construction de la première raffinerie d’or du pays. Cela a pour objectif de mieux gérer les capitaux générés par ce domaine stratégique pour la nation ouest-africaine.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité