Or en Afrique : petit producteur, ce pays réalise 2.3 milliards $ de recettes

Dans le secteur industriel africain, l’Ouganda n’est pas considéré comme un acteur majeur. Cependant, cela n’empêche pas le pays de s’illustrer comme une place forte de la vente de l’or. En effet, l’Ouganda s’est spécialisé dans l’exportation du métal jaune. D’après des informations mises en avant par l’agence Reuters qui cite des sources émanant de la Banque Centrale, les exportations d’or ont considérablement augmenté en 2023, ce qui a permis de générer des bénéfices s’élevant à 2.3 milliards de dollars.

Il faut dire que le pays d’Afrique Centrale a mis les petits plats dans les grands pour mettre en place un écosystème stimulant autour de la chaîne de valeur aurifère. On retrouve dans le pays d’Afrique Centrale plusieurs types de raffineries d’or qui permettent d’accroître les exportations d’or. De grands producteurs africains affluent en Ouganda afin de bénéficier d’installations à la pointe de la technologie pour traiter leur or.

Publicité

Comme on l’a indiqué en début d’article, l’Ouganda n’est pas un grand producteur d’or malgré la présence de quelques gisements. Le potentiel des gisements d’or ougandais est estimé à 31 millions de tonnes. En temps normal et avec un tel potentiel, les investisseurs devaient se bousculer en Ouganda pour profiter de ce filon lucratif. On note l’absence de mines industrielles d’or, mais le pays arrive à tirer son épingle du jeu.

Les premières autorités ont réfléchi à un moyen de tirer autrement des dividendes dans le secteur aurifère. C’est ainsi que des raffineries, des centres de traitement, des structures spécialisées dans le négoce ont vu le jour. L’Ouganda envoi un message du genre : « Venez valoriser votre or chez nous ». Le pays préfère mettre l’accent sur d’autres minerais tels que le graphite et les terres rares.

En partenariat avec de grands investisseurs, l’Ouganda pilote des projets extrêmement ambitieux pour valoriser ses gisements de graphite et de terres rares. Le potentiel économique de l’Ouganda n’est plus à démontrer. Outre le secteur minier, le pays d’Afrique Centrale dispose d’autres atouts non négligeables. C’est le cas dans le secteur de l’agriculture, de la pêche, du tourisme, des biens et services. Les premières autorités activent en ce moment des mécanismes audacieux pour tirer tout le potentiel du numérique et offrir de nouvelles perspectives à la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité