Russie: Elon Musk risque-t-il gros ?

Dès le début du conflit avec la Russie, l’Ukraine a bénéficié de manière significative de la technologie Starlink, fournie par SpaceX du milliardaire Elon Musk, pour contrer les avancées militaires russes. L’utilisation stratégique des terminaux Starlink a permis à l’Ukraine d’assurer une communication haut débit fiable et sécurisée sur le champ de bataille, malgré les tentatives de la Russie de perturber les réseaux de communication traditionnels. Cette connectivité a joué un rôle crucial dans la coordination des opérations militaires et dans le maintien des lignes de communication ouvertes, donnant ainsi aux forces ukrainiennes un avantage technologique essentiel dans les premières phases du conflit.

La Russie utilise-t-elle à son tour starlink?

Depuis quelque temps, starlink est accusée de fournir indirectement ses services à la Russie. Cette controverse entourant l’utilisation des technologies de SpaceX par la Russie dans le conflit ukrainien soulève des questions sur la responsabilité des entreprises dans les zones de guerre.

Publicité

Face à des préoccupations grandissantes, une enquête a été ouverte par Jamie Raskin et Robert Garcia, deux membres démocrates de la Chambre des représentants américaine. Ils s’interrogent sur les mesures prises par SpaceX pour empêcher que la Russie ne se serve de Starlink, son service Internet par satellite, à des fins militaires. Les détails de cette enquête, révélés par Reuters, soulèvent des questions sur l’usage potentiel de la technologie américaine par l’armée russe, en particulier dans l’est de l’Ukraine, où les forces armées russes auraient déployé des terminaux Starlink.

L’inquiétude principale réside dans l’emploi présumé des terminaux Starlink hors des frontières russes internationalement reconnues, ce qui, selon Raskin et Garcia, constituerait une menace considérable pour la sécurité de l’Ukraine et celle des États-Unis. Les représentants ont exprimé leur consternation face aux rapports suggérant que la Russie a acquis ces terminaux via des intermédiaires dans des pays arabes, ce qui a poussé Kiev à demander expressément à SpaceX d’interdire l’utilisation des terminaux par la Russie dans les régions occupées.

De son côté, SpaceX, par la voix de sa présidente Gwynne Shotwell et de son PDG Elon Musk, a réfuté ces accusations. Musk a clarifié sur X (anciennement Twitter) que Starlink n’avait jamais directement vendu de technologie à la Russie, mettant en lumière la position de l’entreprise face aux allégations de complicité dans l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Cette controverse survient à un moment où le soutien occidental à l’Ukraine est crucial, surtout après un échec majeur de Kiev dans sa contre-offensive estivale. Les États-Unis, notamment, font face à des défis politiques internes, avec des blocages au Congrès influencés par l’ancien président Donald Trump, qui affectent l’aide destinée à l’Ukraine. Malgré ces obstacles, le président Joe Biden a réaffirmé sa détermination à soutenir Kiev, en plaidant pour un plan d’armement de 95 milliards de dollars.

Publicité

L’enquête menée par Raskin et Garcia met en lumière non seulement les préoccupations sécuritaires liées à l’usage potentiel des technologies américaines par la Russie, mais aussi les défis politiques et diplomatiques auxquels les États-Unis sont confrontés dans leur soutien à l’Ukraine. La réponse de SpaceX, attendue avant le 20 mars, pourrait avoir d’importantes répercussions tant pour l’entreprise que pour son emblématique fondateur, Elon Musk, dans un contexte géopolitique déjà tendu.

Une réponse

  1. Avatar de Anatole Yonn Lissom
    Anatole Yonn Lissom

    Il est difficile de comprendre qu’un citoyen américain aussi important que Musk puisse dans un conflit opposant un autre pays à un allié américain puisse servir les intérêts adverses. Musk a affirmé lui-même avoir fait échouer une offensive ukrainienne sur la Crimée en désactivant les terminaux Starlink aux mains des Ukrainiens. Il peut donc faire pareil pour ceux éventuellement utilisés par les Russes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité