Au Maghreb, la division s’accentue entre ces deux rivaux

Les relations entre le Maroc et l’Algérie sont marquées par une série de tensions historiques et politiques qui vont au-delà de la question emblématique du Sahara occidental. Les différends incluent également des désaccords sur la délimitation des frontières, des accusations mutuelles de soutien à des mouvements séparatistes, ainsi que des divergences sur des dossiers régionaux et internationaux.

Ces conflits ont conduit à des périodes de fermeture des frontières et à une méfiance institutionnalisée, entravant toute forme de coopération économique et politique approfondie. Ces obstacles ont non seulement affecté les relations bilatérales, mais ont aussi eu un impact significatif sur les efforts d’intégration régionale, comme en témoigne l’état de paralysie de l’Union du Maghreb arabe (UMA).

Publicité

Dans un contexte de renouvellement de la dynamique de coopération régionale, l’Algérie, la Tunisie et la Libye ont mis en place une série de rencontres tripartites. Cette initiative, qui prévoit des réunions tous les trois mois, vise à encourager le dialogue et la collaboration face aux défis économiques et sécuritaires communs. La première de ces rencontres est prévue en Tunisie, illustrant l’importance accordée à une action concertée pour surmonter les obstacles à l’intégration régionale.

La solidarité entre l’Algérie et la Tunisie joue un rôle pivot dans ces efforts de revitalisation, les deux pays s’appuyant sur leurs relations bilatérales pour promouvoir une nouvelle forme de coopération au sein du Maghreb. Cette initiative est considérée comme une étape essentielle pour sortir l’UMA de son immobilisme, en posant les bases d’un Maghreb plus uni. Toutefois, cette démarche algérienne a suscité des réactions au Maroc, où certains voient dans cette alliance tripartite une tentative d’exclusion du royaume.

Les autorités algériennes rétorquent que leur objectif est de renforcer l’unité régionale et que la porte reste ouverte à une éventuelle participation marocaine, malgré les divergences actuelles. Le ministre algérien des Affaires étrangères a mis en lumière l’état critique de l’UMA, la décrivant comme étant dans un état de « coma ». Selon lui, l’enjeu est de revitaliser cette organisation sans pour autant en créer une nouvelle, en tenant compte de la nécessité de relancer les mécanismes de coopération existants.

Dans ce paysage géopolitique complexe, le Maroc continue de développer sa propre stratégie, notamment avec l‘Initiative Atlantique pour le Sahel, visant à étendre son influence dans la région. Ce contexte reflète la multiplicité des enjeux et des aspirations des pays du Maghreb, dont l’avenir commun reste incertain, malgré les efforts en cours pour surmonter les divisions.

Publicité

Une réponse

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

     » je t’aime , moi non plus  » semble être le sens des relations entre la Maroc et l’Algérie.
    Le Maroc a signé un occord de bonne entente avec l’État sioniste d’Israël , alors que l’Algérie défend la présence à part entière de la Palestine à l’ONU.
    Quant au Sahara occidental , l’Algérie soutient le principe d’une autodetermination des sahraouis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité