USA : Les riches ont désormais un ultime but (CNBC)

Photo unsplash

Les familles aisées des États-Unis montrent un intérêt croissant pour l’acquisition de secondes citoyennetés et de résidences nationales, considérant ces options comme des paravents contre les risques financiers. Selon une enquête de CNBC, les Américains devancent désormais toutes les autres nationalités en matière de sécurisation de résidences alternatives ou de citoyennetés supplémentaires. Cette tendance révèle une stratégie de diversification bien comprise par les personnes fortunées dans la gestion de leurs investissements et de leur statut légal international.

Dominic Volek, responsable du groupe clients privés chez Henley & Partners cité par la chaîne américaine, explique que posséder plusieurs passeports, ou ce qu’il appelle des « portefeuilles de passeports« , est une manière pour les riches de se prémunir contre l’instabilité et l’incertitude. L’acquisition de citoyennetés supplémentaires n’est pas tant une question de renoncement à la nationalité américaine, souvent dissuasive financièrement en raison de l’« exit tax », mais plutôt une stratégie de complémentarité à leur passeport américain.

Publicité

Les destinations prisées pour ces passeports supplémentaires incluent le Portugal, Malte, la Grèce et l’Italie. Le programme de « Visa d’or » du Portugal, nécessitant un investissement de 500 000 euros, est particulièrement populaire car il offre un chemin vers la résidence et la citoyenneté, ainsi qu’une liberté de voyage à travers l’Europe. De son côté, Malte attire également de nombreux Américains avec son Visa d’or pour un investissement immobilier de 300 000 euros, offrant des droits de résidence complets en Europe.

Au-delà de la facilitation des voyages, les passeports secondaires offrent une flexibilité vitale pour les citoyens américains, britanniques et israéliens, notamment dans des régions du monde moins accueillantes. Ces passeports sont également précieux pour les voyages d’affaires, permettant aux dirigeants d’éviter de devenir des cibles de ressentiment ou d’actes hostiles dans des États en déliquescence ou des pays à haut risque.

L’essor des « portefeuilles de passeports » sert aussi des objectifs personnels, tels que la planification de la retraite, le désir de se rapprocher de la famille vivant à l’étranger, ou encore les opportunités liées au travail à distance. Pour certains, la politique intérieure américaine joue également un rôle dans leur décision de diversifier leur domicile.

Selon les projections de Henley, le phénomène de migration des millionnaires devrait atteindre un nouveau sommet en 2024, stimulé par des conflits mondiaux, des politiques gouvernementales ciblant les fortunes et une instabilité politique croissante. Environ 128 000 millionnaires sont attendus pour changer de pays cette année, avec les États-Unis demeurant une destination privilégiée pour l’immigration des millionnaires mondiaux, tandis que la Chine enregistre une perte nette significative de ses résidents fortunés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité