Chaque citoyen burundais doit contribuer à l’organisation pratique de la présidentielle de 2020. C’est la nouvelle décision du gouvernement burundais. A travers une ordonnance commune présentée hier lundi par les ministres de l’intérieur et des finances, les citoyens burundais sont appelés à contribuer financièrement à l’élection présidentielle de 2020. Cette trouvaille du gouvernement Nkurunziza est fortement critiquée par les opposants qui voient une façon déguisée de voler le peuple.

A en croire le président de l’observatoire de lutte contre la corruption Gabriel Rufyiri, cette ordonnance est tout sauf un impôt qui sera prélevé de façon volontaire. C’est un prélèvement financier obligatoire a-t-il indiqué en se référant à l’article 70 de la loi fondamentale burundaise, qui stipule que « la solidarité nationale est proclamée quand il y a une catastrophe naturelle ».

L’organisation des élections étant une mission régalienne de l’Etat, elle ne peut être classée dans le cas de catastrophes naturelles, s’est-il désolé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.