Emprunt Obligataire : la CNSS souscrit 40 sur les 150 milliards, un risque énorme selon Ajavon

Emprunt Obligataire : la CNSS souscrit 40 sur les 150 milliards, un risque énorme selon Ajavon

Sébastien Ajavon : Les banques ont été forcées de donner de l’argent de la CNSS pour souscrire à l’Emprunt obligataire.

CNSS : Magouille autour d’un concours de recrutement

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a contribué à hauteur de 40 milliards sur les 150 milliards de l’Emprunt Obligataire lancé il y a quelques mois par le chef de l’Etat Patrice Talon. C’est plutôt ce qu’à déclaré Sébastien Ajavon, le Président du Patronat qui avait présidé le Conseil d’Administration de la CNSS, dans son entretien télévisé de dimanche dernier.

Une échéance très longue

Face au journaliste, Ajavon dévoile les non dits de Talon à propos de l’emprunt obligataire de 150 milliards de francs cfa. Il a déclaré que la CNSS est le plus gros contributeur avec 40 milliards de francs cfa sur 150. Pour Ajavon, la caisse court un grand danger via cet emprunt accordé à l’Etat. Le risque est d’autant plus élevé lorsque le Dépôt à Terme (DAT) a été porté à 12 ans au lieu de 04 selon les textes de la caisse. En clair, Selon le président du Patronat béninois, « l’Etat bloque l’argent de la CNSS à long terme. On ne peut pas mettre l’argent de la CNSS dans les banques pendant 12 ans ». Il trouve que cette longue échéance aura des répercutions graves sur les citoyens béninois. Et comme déconvenue, « Au cas où les banques viendraient à perdre leurs chiffres d’affaires, c’est la caisse qui perdrait toute sa vie. Ce sont les employeurs et employés qui aurons de gros soucis à la retraite. Il y aura un arrêt de payement des pensions », pense Ajavon.

Un Emprunt au forceps

Sébastien Ajavon, rappelle que l’argent de la CNSS est déposé dans les banques qui l’exploitent, selon une échéance donnée, avant de le rendre, histoire de permettre à la caisse de rentabiliser. C’est donc auprès de ces banques que l’Etat a pris les 40 milliards en guise d’Emprunt Obligataire. Mais, Ajavon dénonce la méthode par laquelle l’Etat a procédé pour soutirer cet argent aux banques. « Les banques ont été forcées de donner de l’argent de la CNSS pour souscrire à l’Emprunt obligataire. Si non, on viendrait leur arracher les DAT de la caisse qui se trouvent dans ces banques là, et qui n’appartiennent pas à l’Etat », prouve-t-il.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Joseph Dilley 2 mois

    Continué moi je vous suivre

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    la CNSS souscrit 40 sur les 150 milliards de l’emprunt obligataire opéré par le Gouvernement Talon. Ce n’est pas Ajavon seul qui le dit, Talon lui-même l’a avoué.

    Mais ceci constitue un risque majeur pour tout ceux qui travaillent et cotisent pour leurs Pensions et retraites. La caisse nationale de sécurité sociale n’est pas une Banque nationale à statut public dans laquelle l’Etat pouvait au besoin puiser du fonds comme bon lui semble.

    Engager la CNSS à souscrire pour un emprunt de long terme (comme le fait Talon), est une irresponsabilité notoire et montre combien de fois Talon et son équipe pataugent dans le paysage financier sans tenir compte des principes élémentaires en la matière.

    Il est vrai que la CNSS pouvait être parfois en situation de surliquidité, qui pouvait justifier un certain Placement, mais qui pouvait au maximum durer en-dessous de 4 ans, c’est à dire un engagement de court terme. Un Engagement de 10 ans ou de 15 ans comme lui propose ici le gouvernement, fait courir à la CNSS un risque majeure dont les répercutions seront très graves pour nous tous et surtout pour ceux qui pendant leur vie active auront régulièrment cotisé à la CNSS et verront le paiement régulier de leur retraite annulé ou réduit parce que La CNSS aura eu des difficultés pour rentrer dans ses fonds engagés pour raison d’incapacité de l’Etat à honorer ses obligations.

    Un risque donc très probable lorsqu’on sait que dans ce pays, nous avons eu déjà une banqueroute d’Etat avec la chute de tout le système bancaire et sans oublier aussi les difficultés permanentes de la trésorerie de l’Etat béninois.

    C’est dans ce sens qu’il faudra veiller au grain. Il ne faudrait pas que Talon et son équipe méprisent tous les principes raisonnables pour emprunter ici et là les fonds au nom du peuple et finalement se les partager et disparaître après selon la formule: Aprés nous le déluge.

  • Avatar commentaire
    Jean 2 mois

    Un narcotrafiquant donneur de leçon d´énonomie !!!!! , cela n´est possible qu´au Bénin. Ce pays étonne et étonnera toujours.

    • Avatar commentaire
      GIBO 2 mois

      N’oubliez pas qu’il reste le premier créateur de richesse employeur Béninois et ailleurs il serait plus chouchouté donc ne faisons pas d’amalgame et voyons les choses en face.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    On a bien raison de dire que talon l’es.croc et les ruptucons sont des braqueurs

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 2 mois

    Je ne partage pas cette interprétation de Ajavon. Dire que c’est l’argent de cnss qui a été alloué en emprunt au gouvernement est une ignorance de l’orthodoxie bancaire
    Ajavon ne pouvant connaître l’origine des fonds bancaires . Ajavon est un illettré qui fait des approximations sur un sujet dont il n’a pas la maîtrise .

    • Avatar commentaire
      Baba 2 mois

      L’illettré c’est vous qui défendez talon et ses acolytes dans ce dossier je suis désolé pour