Bénin : Stanislas Houngbédji évalue Talon sur 10 attentes des populations

Bénin : Stanislas Houngbédji évalue Talon sur 10 attentes des populations

Le volet social n’a pas semblé avoir été la préoccupation du gouvernement pour cette première année d’exercice du pouvoir ; D’où l’austérité ressentie...

An 1 de la rupture : « Le Bénin est un pays respecté à l’étranger » selon Agbénonci
Bénin : L’imam Moutawakil relève des erreurs de la gouvernance Talon
Partages

Leader et analyste politique, Stanislas Houngbédji se prononce sur l’an 1 d’exercice de pouvoir par le président Patrice Talon. Gestionnaire Planificateur de Projet et spécialiste en Droit International Economique et droit de l’intégration Africaine, il fonde son appréciation sur le taux de satisfaction de dix attentes du peuple vis-à-vis du régime en place. Sur les dix attentes, une seule a été totalement satisfaite, deux autres le sont avec des possibilités d’amélioration. Quant à la qualité de la gouvernance de façon globale, Stanislas Houngbédji estime qu’elle est « caractérisée par l’opacité autour des actions du gouvernement ». « Le sentiment général c’est que nous n’avons pas encore véritablement rompu avec les anciennes pratiques qui ont plombé l’évolution de notre cher et beau pays le Bénin. C’est plutôt le sentiment d’une continuité ». Et pour y mettre fin, « le chef de l’Etat dois faire le ménage autour de lui et s’entourer de vrais acteurs politiques et de vrais cadres techniques compétents. ».

Un an de bilan ne peut se faire en toute objectivité qu’à l’aune des solutions apportées aux problèmes qui se posaient à nous avec acuité avant l’arrivée du président Talon. Sans aucune prétention d’exhaustivité ni aucune hiérarchisation de priorité dans l’ordre de résolution, je choisi 10 points importants. A cela s’ajoute la qualité de la gouvernance sous Talon : y a-t-il plus d’erreur ou pas ? Enfin Quel sont les perspectives ?

I) Les attentes des populations ayant favorisée l’arrivée de PT

Attentes des populations ayant favorisée l’arrivée de PT Appréciations/état des lieux sous le Pdt Talon après 12mois d’exercice
1 – Concours frauduleux Réglés
2 – Scandale PPEA2 ;   – Scandale ICC Services et consorts ;    – Scandale Maria Gléta Aucun de ces scandales n’a connu de début de résolution.

Pas de solution

3 – Problème d’énergie : Electricité et Eau Amélioration constatée mais peu mieux faire
4 – volet social : Absence de prise en charge des plus démunis dans nos centres de Santé ;  insuffisance du nombre d’enseignant qualifiés dans nos écoles publiques. Pas de solution
5 – Acharnement du pouvoir contre les  opérateurs économiques importants du pays en l’occurrence lui-même Patrice Talon à l’époque Conflit entre le cher de l’Etat et AJAVON Sébastien
6 – Problème d’insécurité Réglé  mais il faut maintenir la veille
7 – Mauvaise gestion de carrière des APE  et absence de dissociation entre fonction politique et fonction technique .cet état de chose fait que bon nombre de cadre après avoir occupé de grande responsabilité sous un régime ,sont contraints  d’aller au « garage » à l’avènement d’un nouveau régime Pas de solution
8 – Réalisation d’audit lors de l’entrée en fonction du nouveau régime mais non publication du contenu ; ce qui entraine l’impunité des cadres fautifs Pas de solution
9 – Non murissement des idées ou actions avant leur  mise en œuvre conséquence : cela entraine les remises en cause perpétuelle. C’est à dire on prend une décision aujourd’hui et quelque temps après on se rend compte qu’on ne la pas bien pensé et on fait un retro pédalage. Pas de solution

Perturbations du faite d’une décision interdisant l’occupation temporel de l’espace public pour raisons de culte religieux.

10 – règlement de la dette intérieur afin de relancer l’économie nationale Pas de solution

II) La qualité de la gouvernance : opacité et austérité couronnée de décisions inutiles et contre productives.

  • La gouvernance actuelle est caractérisée par l’opacité autour des actions du gouvernement : c’est la normo communication a- t-on dit ;  mais seulement cette façon de faire à fait accroitre le taux de suspicion
  • Le volet social n’a pas semblé avoir été la préoccupation du gouvernement pour cette première année d’exercice du pouvoir ; D’où l’austérité ressentie et vécue par les concitoyens.
  • Le chef de l’Etat à réussi à régler le problème des chefs lieux de département mais cela n’a pas eu d’impact
  • Elaboration du PAG et son lancement  6 mois après sa prise de fonction
  • Velléités de restriction des libertés d’association : volonté manifeste de suppression des mouvements d’étudiants et interdiction de marches aux syndicalistes à travers des lignes rouges imaginaires tracées par le préfet du littoral ; ce sont là des décisions inutiles et contre productives.
  • La mise en œuvre du Partenariat Public Privé(PPP) sans prise de loi préalable pour tracer le cadre juridique.
  • L’utilisation de collaborateurs extérieurs avant la prise rapide de loi pour son encadrement.
  • Projet de révision de la constitution mal engagé et soldé par un échec cuisant à l’Assemblée Nationale (avec 60 voix pour ; 01 abstention et 22 contre).
  • Relance du PVI avec Bénin contrôl sans une évaluation conséquente de l’expérience passée sous Yayi(raisons de suspension ,pertinence du PVI  et ses retombées évidentes pour le Bénin ).Et comme par enchantement ,silence radio aussi bien desanciens collaborateurs de Yayi encore aux affaires mais surtout silence des douaniers qui hier ont décrié le PVI et son promoteur.
  • Le sentiment général c’est que nous n’avons pas encore véritablement rompu d’avec les anciennes pratiques qui ont plombé l’évolution de notre cher et beau pays le Bénin. C’est plutôt le sentiment d’une continuité

III)  les perspectives

Il n’est pas encore tard de séduire les Béninois et de remonter la pente .Pour ce faire, le chef de l’Etat dois faire le ménage autour de lui et se faire entourer de vrais acteurs politiques et de vrais cadres techniques compétents.

Tout ceci ne portera véritablement de fruit qu’après unejustice politique rendue à qui de droit car le Nouveau départ ne s’aurait prendre et exercer le pouvoir sans les alliés de la coalition pour la rupture qui sont aujourd’hui écartés de la gestion du pouvoir.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 2 semaines

    Cette méthode de tableau de bord factuel, me plait par sa simplicité de lecture.

    Elle n’explique pas, elle constate.

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 2 semaines

    Une synthèse des actions du gouvernement Talon pour une première année. Plus de la moitié des points abordés sans solution. Cela en dit long sur la gestion du pays par Talon et son gouvernement. Ce que serait souhaitable, c’est que notre PR consacre la 2eme année au social afin d’éviter que les gens descendent dans la rue pour réclamer du pain !