Affaire 18 kg de Cocaïne: Le jeu de ping pong continue entre le camp Ajavon et la douane

Affaire 18 kg de Cocaïne: Le jeu de ping pong continue entre le camp Ajavon et la douane

Me Moustapha Issiaka reproche à la douane de ne s’être pas prononcé juste au moment où le procès avait lieu.

Verbatim de la réaction du collectif des avocats de Sébastien Ajavon

Quelques jours après la nouvelle sortie de Marcellin Laourou, Me Issiaka Moustapha un des avocats de Sébastien Ajavon a encore contredit hier celui-ci et reprécisé a nouveau ce qu’il a déclaré le lundi 24 avril sur Café média. Dans l’émission MA PART DE VÉRITÉ de  Golf Tv, l’avocat a mis l’accent sur deux points essentiels. Il soutient toujours que les plombs du conteneur portant la drogue ont été brisés et substitués. A cela, il faut ajouter que Cajaf Comon n’est mêlé ni de prêt ni de loin au processus de convoyage de la marchandise. Pour lui, Sébastien Ajavon est victime d’un coup politique.

Manœuvre politique

Me Moustapha Issiaka reproche à la douane de ne s’être pas prononcé juste au moment où le procès avait lieu. Pourtant, elle avait 15 jours pour faire appel de la décision rendue par la cour. Il trouve que les deux sorties organisées par la douane à travers Marcelin Laourou relèvent de la pure manœuvre politique. Car, ces sorties font suite à celle de l’opérateur économique Sébastien Ajavon qui a ouvertement affiché son engagement dans la vie politique.

« Les plombs ont été réellement brisés et substitués »

Me Moustapha Issiaka a inscrit en faux tous les faits détaillés par Marcellin Laourou.  Il maintient toujours que les plombs du conteneur ont été réellement brisés. Selon lui, le chargeur et le transporteur de la cargaison ont confirmé que les scellés qui étaient sur le conteneur au départ ne sont pas conforment à celui retrouvé à l’arrivée de la marchandise au port de Cotonou. Les documents ont été exhibés par l’avocat et font mention des références du conteneur et des plombs posés à l’origine.

Les scellés ont été changés dans la nuit du 27 au 28 octobre

Me Moustapha Issiaka a insisté sur le fait que le jour du 27 octobre 2016, les documents remis à la société d’aconage à Cotonou par le transporteur, la société MSC, ne souffraient d’aucune irrégularité. Sur la base de soupçons, la brigade maritime a exigé auprès de l’aconier la mise à disposition du conteneur. Et c’est dans la nuit du 27 au 28 octobre, à en croire l’avocat de Ajavon, que les scellés ont été changés.

Ce qui étonne est que, « ni le destinataire, ni le transporteur n’a été informé de cette démarche. L’aconier a pris la responsabilité, sans qu’il n’y ait aucune réquisition de la justice, de remettre le conteneur entre les mains de la brigade maritime qui soustrait ledit conteneur à la surveillance de l’aconier pendant cette nuit et va déposer le conteneur à la brigade maritime ». Ce n’est que le matin du 28 octobre que les parties ont été convoquées pour l’ouverture du conteneur. C’est ainsi qu’il a été retrouvé sur le conteneur, 01 seul scellé au lieu de deux.

Le seul plomb retrouvé appartient à la maison Haijin et non MSC

Il précise que ce scellé est nettement différent des inscriptions sur les documents de transport principalement sur la couleur et les numéros.  D’ailleurs, « ce n’est pas un plomb de la maison MSC. C’est un plomb de la Maison Haijin, une ligne chinoise qui n’a rien à faire dans ce trajet ». La représentation de la société Haijin est Ecotrans à Cotonou. Interrogé, Ecotrans a décliné sa responsabilité en ce qui concerne la fourniture du plomb qui n’est plus usité par Haijin depuis près de 7 ans.

Défaut d’enquête

« Dans les procédures réglementaires, en de telles circonstances, on arrête immédiatement toute action sur le conteneur et on recherche d’abord ce qui a pu se produire » a déclaré Moustapha. Contrairement aux normes, la douane ne s’est pas empêchée d’ouvrir  le conteneur sans enquête préalable. « Sans doute parce qu’elle savait ce qu’elle cherchait ! », s’est-il exclamé.

Ajavon ne décide pas du trajet d’un navire

Quant au caractère suspicieux du trajet(… Cotonou-Lagos Lagos-Cotonou) emprunté par le navire en provenance du Brésil, relevé par Marcellin Laourou, Me Issiaka dénonce la mauvaise foi totale du représentant de la douane.

« Le navire MSC SOPHIE n’est pas un navire appartenant à Sébastien Ajavon. Et sur ce navire il y avait bien d’autres conteneurs. Ce n’est donc pas Sébastien Ajavon qui décide du trajet ».

Ce trajet tel décrit, est dû à la charge que portait le navire qui a donc fait l’option d’aller d’abord se délester au Nigéria avant de revenir au Bénin. Selon l’avocat, le représentant de MSC a été interrogé pour savoir si un probable incident serait survenu sur le conteneur à son passage au Nigeria. « Il a répondu Non, car il n’y a pas eu de transbordement d’une part. Et d’autre part il atteste que la position du conteneur au milieu d’autres conteneurs ne permettait aucun accès ».

La détorsion des informations

L’avocat a souligné la présence de toutes les parties au procès et surtout, la présentation des  orignaux des documents de transport qui n’ont pu être contestés par la douane.

« C’est la preuve que les échanges documentaires qui ne s’exécutent qu’avec les documents originaux et qui consacrent la prise de responsabilité du destinataire n’avaient pas été faits. Ils ont été faits le 1er décembre 2016, soit un mois environ après le procès ».

Pour lui, les informations recueillies auprès de la SEGUB par la douane ne sont pas vraies. Me Moustapha Issiaka en fin d’émission a trouvé que les agissements de Marcelin Laourou prouvent qu’il s’entendait coupable d’un délit d’entrave à exécution d’une décision de justice. Une affaire dont il se garde de donner les suites possibles.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 6 mois

    Quand je lis la légèreté de l’analyse de cet avocat; je me pose la question sur la formation des avocats dans notre pays.
    Comment devient-on avocat du barreau dans notre pays ???
    Se pose une fois de plus, la question de la formation des formateurs .
    Une sortie inopportune. S’il a des griefs contre la douane; qu’il assigne ce service de l’Etat devant les tribunaux .
    Ce que je crois .

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 6 mois

      @Joeleplombier,

      les avocats au Bénin, sont visiblement aussi bien formés que ceux d’ailleurs.

      Une simple question à vous: “l’autorité de la chose jugée”, vous dit quelque chose?

      je ne sais pas si vous êtes un professionnel du droit, moi- même je n’en suis pas un.

      Cependant notre culture générale nous enseigne que, le civisme qui doit nous habiter en tant que Citoyen de notre Etat, ne nous permet pas de trouver à redire ou à tenir des discours Partisans autour d’une affaire qui a le statut de “l’autorité de la Chose jugée”.

      La douane est un service de l’Etat, ses représentants sont des fonctionnaires assermentés sur le respect des principes et des valeurs sur lesquels est fondé l’Etat.

      Remarquez-donc que dans cette affaire nous ne sommes plus à l’étape des accusations, de la mise en garde à vue ou de la détention préventive. L’affaire est jugée en présence de tous les partis (l’Etat, les representants de la douane et les autres).Tous les charges et les décharges ont été élucidés, tous les arguemnts et les contre-arguments ont été épluchés et le procureur de la République a eu 15 jours pendant lesquels, il aurait pu fait valoir son droit de rejet du jugement, il ne l’a pas fait, d’où aujourd’hui “le statut de l’autorité de la Chose jugée” pour cette affaire.

      Mais pouvons nous être heureux aujourd’hui de ces répresentants du Service de l’Etat comme le douanier Laourou qui sachant bien qu’il a l’obligation du respect de la chose jugée, se permet de rouvrir une polémique autour de cette affaire devant les cameras et les micros de la télévision jusqu’à évoquer ce qui serait vrais pour lui ou ce qui ne l’est pas et inviter l’accusé à un débat public.

      Monsieur Laourou se permet cette divagation et cette infraction en tant que fonctionnaire, certaienement qu’il se sent couvert par le pouvoir au sommet. Mais il oublie qu’un fonctionnaire qui se laisse instrumentaliser par sa Hierarchie ne va pas loin.

      Demandez vous, où est Phillip Houndégnon aujourd’hui.?

      Les Gouvernements passent, ce qui reste toujours, c’est nous le peuple.

      Pour vous Joeleplombier, je tiens à dire ceci: Pamphil Zomahou a été accusé de tentative de coup d’Etat sur commande de Patrice Talon dans ce pays. Une accusation soulevée par Yayi Boni pour l’emprisonner. Nous avons trouvé cette accusation sans fondement puisqu’il n’y avait aucune preuve palpable qui pouvait prouver cela et nous nous sommes désolidarisés de Yayi Boni.

      Que Patrice Talon devenu Président, Pamphil Zomahou qui devent son Chef de Renseignement, soulève aussi une accusation qui après toute véréfication en constat de tout un tas de manquement de la part des Services de l’Etat s’est revélée sans fondement et jugée par les tribunaux comme douteuse, nous a incité à nous désolidariser de Talon aussi dans cette affaire.

      Tout ceci nous montre qu’aussi bien Yayi Boni,que Patrice Talon et toutes leurs bandes respectives font tout pour tirer notre pays dans la boue et en faire une République bananière.

      Nous autres, nous n’allons pas decevoir nos populations. Les Yayi Boni, les Patrice Talon et tous ceux-là qui se complaisent dans ce jeux de flou et de mensonge pour voler les ressouces du peuple, nous verrons toujours sur leur chemein.

      Nous allons les anéantir.

  • Avatar commentaire
    Philippe 6 mois

    Et si on parlait d’autres questions comme la production agricole avant campagne ?

  • Avatar commentaire
    Alexjosel 6 mois

    ENCORE VOUS! DE GRACE SHUT UP!
    AU BENIN, QUAND ON JETE LES ENFANTS DES PAUVRES INJUSTEMENT EN PRISON TOUT LE MONDE OU LA MAJORITE DES BENINNOIS TROUVENT QUE CES ENFANTS SONT COUPABLES SANS SAVOIR A CHERCHER S’IL Y INJUSTICE, ABUS DE POUVOIR ET SURTOUT ABUS D’AUTORITE SINON LA CORRUPTION.
    COMBIEN DES TRAFIQUANTS DE DROGUE SONT JETES EN PRISON TOUTES LES SEMAINES AU BENIN?
    LES COMMERCANTS DE NOUS SONT DES MALHONNETES PAR NECESSITE ET SURTOUT DS TRAFIQUANTS DE TOUT GENRE…ILS CHERCHENT TOUJOURS A CONTOURNER LES REGLES PRE ETABLIES PIRE ILS FONT DE FAUSSE DECLARATIONA LA DOUANE, TOUJOURS!!!
    ALORS POURQUOI TOUJOURS POLITISER LES AFFAIRES A CARACTERE JUDICIAIRE, ET COMMERCIALES, EN EFFET LES AVOCATS D’AJAVON SONT DANS LEUR ROLE….SEULEMENT LES PLAIDOIRIES N’ENGAGENET QU’EUX…LEUR PAROLE N’EST UNE PAROLE D’EVANGILE ENVORE MOINS DU CORAN
    NOUS VOULONS DES DEBATS PUBLIQUES AVEC DES PREUVRES AL’APPUI…AUTREMENT TAISEZ VOUS!!!
    AU FAIT A QUI PROFITE LA POLITISATION D’UNE AFFAIRE CRIMINELLE DE DROGUE??? C’EST A AJAVON ET SON CLAN.
    COMPRENNE QUI VOUVRAIT!!!