Rencontre Soro – Toussaint Alain : La Côte d’Ivoire s’engage dans le tunnel de la réconciliation

Rencontre Soro – Toussaint Alain : La Côte d’Ivoire s’engage dans le tunnel de la réconciliation(Crédits : Reuters)

Autour d’un consensus, Guillaume Soro et Alassane Ouattara tendent la main au camp Gbagbo en vue d’une réconciliation effective en Cote d’Ivoire.

Côte d’Ivoire: Gbagbo refuse de recevoir Affi N’guessan et certains caciques

La classe politique ivoirienne fait le pas vers la réconciliation. Le président de l’assemblée nationale ivoirien Guillaume Soro était, il y a peu, à Paris pour parler de paix. Il a eu une rencontre avec Alain Toussaint, un ex-conseiller de l’ancien président Laurent Gbagbo.

L’assise entre le président du parlement Guillaume Soro et l’ancien conseiller de Gbagbo, Alain Toussaint, à Paris, a débouché sur une note de satisfaction. Depuis les affrontements post électoraux de 2010-2011, le tissu social ivoirien s’est complètement effrité. Guillaume Soro décide alors de s’engager résolument sur le chemin de la paix.

S’unir dans la diversité

Le président du parlement ivoirien s’est dit être conscient de la divergence qui a toujours existé entre le camp Ouattara et le camp Gbagbo. « C’est vrai, il y a des différences entre vous et nous que nous ne nions pas. Mais, c’est cette divergence qui fait la richesse d’un pays ». Rien de prospère ne se construit dans la division, ajoute-t-il. D’où, la réconciliation devient une nécessité absolue. Au conseiller de Gbagbo de lui répondre : « Il y a un temps pour faire la guerre, il y a un temps pour faire la paix. Et c’est à ce travail que nous allons nous atteler dans la fraternité ». Selon les deux hommes, l’heure a vraiment sonné pour que la paix revienne.

Le développement prime sur les différends

Guillaume Soro trouve qu’il est temps, aujourd’hui, que les filles et fils de la Cote d’Ivoire s’entendent pour faire décoller réellement le pays. « Nous avons convenu de nous mettre au dessus de nos problèmes, de nos divergences pour regarder, ce qui peut être dans l’intérêt de notre pays », a affirmé le président du parlement ivoirien. Pour Alain Toussaint, « ce qui uni les ivoiriens, c’est leur patrie commune ». Il faut donc travailler à l’aboutissement d’une paix durable.

Il y a des réfractaires à la réconciliation

Les deux hommes se sont avoués, que dans l’un ou l’autre camp, il y a des personnes qui ont intérêt à ce que le processus de paix entamé soit bloqué. Alain Toussaint : « Il y a des gens, tapis dans l’ombre, qui sont réfractaires à la réconciliation ». Ils en prennent, tous deux, acte et promettent ne pas laisser ces personnes empêcher cette marche pacifique engagée.

Tenir désormais un discours apaisant

Soro Guillaume invite son compatriote à tenir désormais un discours apaisant, à sensibiliser les ivoiriens de la diaspora à la concession. Face cette main tendue du camp Ouattara, l’ancien conseiller de Gbagbo encourage Guillaume Soro. Parce que l’entreprise de réconcilier les ivoiriens est une entreprise bien difficile, selon lui. Toussaint Alain s’adresse à lui en ces termes : « Je voudrais remercier le président de l’assemblée pour l’initiative courageuse qu’il a eu de promouvoir le pardon et la réconciliation dans un pays, qui n’est pas traversé par des divisions de seulement depuis 2011, mais depuis au moins 1990 avec l’avènement du multipartisme ».

Il faut libérer les prisonniers politiques

A ce jour, il y a encore plusieurs détenus politiques dans les prisons ivoiriennes. Toussaint Alain, a profité pour évoquer le cas de ces détenus. Soro, dans sa peau d’ancien prisonnier politique, promet, de commun accord avec le président de la République, traiter ces dossiers. Il affirme : « Moi-même en tant que prisonnier politique, je n’ai aucun intérêt à voir persister l’agression des prisonniers politiques dans mon pays » Pour Guillaume Soro, la Cote d’Ivoire se veut désormais un pays de démocratie et des droits de l’homme.

Sans aucun filet, Guillaume Soro demande la confiance du peuple. « Faites-nous confiance ! Faites confiance au président Ouattara ! Prenez-nous aux mots ! Nous allons travailler à la réconciliation », a-t-il conclut.

Commentaires

Commentaires du site 0