Passation des marchés par la mairie de Cotonou : Patrice Talon rappelle Léhady Soglo à l’ordre

Passation des marchés par la mairie de Cotonou : Patrice Talon rappelle Léhady Soglo à l’ordre

A la rencontre de vendredi entre le président de la République et les maires du grand Nokoué, les propos tenus par le maire de Cotonou ont, pour beaucoup, irrité le Président Talon

Bénin : Une brèche pour Talon dans l’univers de Léhady Soglo

Plusieurs sujets de divergence dont la signature de contrats de construction de marchés par la mairie de Cotonou ont été évoqués par Léhady Soglo et auxquels Patrice Talon n’est du tout pas resté indifférent.

Des sujets qui fâchent

Léhady Soglo, contrairement à ses collègues, a soulevé, à travers son discours préparé, la question de l’opposition maintenue du gouvernement à la signature de contrats à longue durée par la mairie de Cotonou. Le maire a longuement insisté sur le projet de construction de trois (3) marchés dans la ville de Cotonou. Au même moment, le gouvernement, lui, prévoit la construction d’une trentaine de marchés et dont les travaux vont démarrer en juillet prochain.

A cette requête du maire de Cotonou, Patrice Talon déclare qu’il ne peut y avoir de contrats excédant six (6) mois pour la mairie « Il faut que le maire soit prévenu que vous devrez faire des contrats de courte durée, 3 mois ou 6 mois renouvelable ». Patrice Talon ajoute que les contrats au-delà d’un ou deux ans comportent des risques de préjudice sachant que le vaste plan de construction de marchés du gouvernement débute en Juillet.

Par ailleurs, le Chef de l’Etat a rejeté la demande du maire de Cotonou quant à l’idée de donner des instructions au Préfet du Littoral pour que les contrats de ramassage d’ordures et de voiries soient très tôt autorisés. Toutefois, le chef de l’Etat a tenu de faire comprendre au maire de Cotonou leur convergence sur ce point. Il dit : « Monsieur le maire, je ne pense pas que nous soyons en divergence pour ce qui concerne les marchés en attente et en souffrance de signature pour les ordures de Cotonou ».

En effet, avant cette rencontre du vendredi dernier, les relations entre le gouvernement et la mairie de Cotonou sont tendues.

« Ce n’est pas notre faute, mais nous n’avons pas de bons rapports avec la mairie de Cotonou », a affirmé le chef de l’Etat.

Pour cette audience, Léhady Soglo, à l’exposé de ses revendications et jugements, a écorché le président Patrice Talon, qui lui a fait des remontrances.

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    Helian 6 mois

    Talon est ridicule. Voilà un chef détat qui se bat pour des marchés de construction de marches. Il ne sais pas ce qu’est son role??

  • Avatar commentaire
    Dossou 6 mois

    Nous avons cherché ce grain de baobab et l’avons mis en terre .sa germination a ete bonne et voila ses fruits ne sont plus comestibles comme tant souhaité.or la place qu’occupe cet arbre,elle est vraiment precieuse .cet arbre n’est pas du tout benefique a la population qui se sent deja gênee de l’emplacement.non seulement ses fruits son tronc volumineux pertube le passage ,ses feuilles tombent et pourrissent l’environnement et ses racines cognent les pieds et font tomber tout le monde.que ferons nous de cet arbre avant qu’il n’enfonce solidement ses racines principales?

  • Avatar commentaire
    Emmanuel 6 mois

    Quelle est la base légale qui fonde le gouvernement à limiter la mairie de Cotonou à ne signer que des contrats de 3 à 6 mois ?
    C’est purement et simplement de l’abus de pouvoir qui devrait être attrait devant la cour suprême

    • Avatar commentaire
      Agadjavidjidji 6 mois

      Une interprétation conjointe des trois textes ci dessous pourrait régler votre problème:

      1)Loi 97-028 portant organisation de l’Administration Territoriale de la République du Bénin

      2)Loi 97-029 portant organisation des communes

      3)Loi 98-005 portant organisation des communes à statut particulier

      Au début de la vielle citoyenne, se trouve la connaissance des textes qui organisent la République.

  • Avatar commentaire
    Abiodun 6 mois

    Quelle est cette guerre au bord du ridicule qui continue entre le gouvernement et la municipalité de Cotonou? L’essentiel n’est-il pas que notre ville cesse de donner l’impression d’une cité abandonnée? La direction des services techniques est inexistante tant sa carence crève l’oeil.

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 6 mois

      “Quelle est cette guerre…ridicule…” La bataille pour l’opinion publique béninoise, dans laquelle la Mairie a déjà fait le “break”, en s’occupant des conditions de vie des gens; pendant que le Préfet les piétinait ainsi que leurs biens.

      Suivant la stratégie qui semble être une nature, le Président tente d’empêcher ceux qu’il considère comme de la concurrence (la Mairie), de faire pour prendre leur place.

      Comme à propos des sociétés béninoises: tu as un créneau que tu as travaillé, il essaye de t’empêcher et de te prendre ce qui semble t’être profitable (les marchés ici en l’occurrence).

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 6 mois

    L’état veut construire des marchés , tant qu’à faire , il n’a qu’à construire des latrines

  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji 6 mois

    L’essentiel est que les infrastructures socio communautaires prennent corps à Cotonou pour soulager les plus vulnérables d’entre nous. Les passe d’armes entre Talon et les Soglo ne nous intéressent pas.

    • Avatar commentaire
      Amaury 6 mois

      @Agadjavi..,

      Toujours dans une neutralité bienveillante pour Pata !

      • Avatar commentaire
        Agadjavidjidji 6 mois

        @Amaury….

        Si tu veux mon avis, je te dirai que les lois sur la décentralisation au Bénin, tout en s’évertuant à doter les communes d’une apparente autonomie font de l’Etat Central le véritable maître du jeu. Le lien hiérarchique entre le préfet et le maire est bien voulu et donc n’est pas là par hasard.
        Talon est bel et bien dans le périmètre de ses prérogatives.

  • Avatar commentaire
    sonagnon 6 mois

    La mairie de cotonou est elle un département ministériel du gouvernement pour que TALON fixe les limites des projets à entreprendre???

    C’est ça la décentralisation au Bénin???

    Sa volonté de manger seul et de tout régenter cadre mal avec l’esprit de la décentralisation qui est de permettre le développement à la base avec la participation des communautés concernées.

    Cet homme est une malédiction pour notre pays, où a t il connu ces exemples de centralisation???
    Certainement ces pratiques rappellent celles des dictateurs comme BOKASSA et EYADEMA père!!!

    Certes, la gestion des SOGLO n’est pas sans reproche, mais ce n’est pas une raison de tuer l’esprit de la décentralisation.

    Au sommet de l’état, donne t il le bon exemple pour régenter tout???

    Il est vrai que le coupeur de tête n’accepte pas du tout qu’on s’amuse avec un couteau à ses côtés.
    Il doit reconnaître et respecter les attributions des mairies et laisser les maires conduire librement les projets de développement de leurs localités.

    Son PAG n’a pas à empêcher les autres de répondre aux préoccupations de leurs mandants. Chacun prêche pour sa paroisse dit on.

  • Avatar commentaire
    Amaury 6 mois

    Il est réellement décevant ce Pata. Toujours entrain de montrer son irritation. Par ailleurs, sur quelle base fixe-t-il un délai de 6 mois pour les contrats de la mairie.
    La vraie décentralisation et la construction d’un État de droit chez nous ne sont pas pour demain.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 6 mois

    Pas les nerfs très solides le Président avec ces manifestations de contrariété publique…

    Sa stratégie est, de limiter l’envergure des actions de la Mairie, au profit des populations et d’essayer que le gouvernement en fasse plus d’ici à 2021…

    La Mairie a un boulevard avec de multiples réalisations, plus aisées, plus rapides, en plusieurs endroits de la ville (proximité avec l’électorat).

    Il suffira de ne pas oublier de prendre à témoin la population, de l’impossibilité d’en faire plus; du fait des entraves du fait du Gouvernement.