Saison des pluies au Bénin : un appel au don de sang

Saison des pluies au Bénin : un appel au don de sang

Au Bénin, la période des pluies est une période très sensible aux maladies entraînant surtout l’anémie.

Des recherches en cours pour une lutte efficiente contre le Paludisme au Bénin

Cette situation implique qu’il y a une très forte demande de sang. Malheureusement, le stock dans les banques de sang est très insuffisant. Le docteur François AHONLONSOU de l’agence nationale pour la transfusion sanguine lance un appel au à tous les béninois.

La grande saison pluvieuse coïncide avec le paludisme. Cette maladie est le premier motif de consultation dans les centres de santé, a dit François AHONLONSOU. Plus grave, le paludisme est la première cause d’hospitalisation. En cela le docteur informe : « comme cela frappe régulièrement et absolument nos enfants, moins de 5 ans surtout, l’une des conséquences les plus graves, c’est l’anémie ». L’anémie anéantie donc l’organisme et tue, sauf traitement, les personnes qui en souffrent.

François AHONLONSOU confie qu’il y a plusieurs moyens de traiter l’anémie lorsque celle-ci connait une aggravation. Il explique : « Et quand l’anémie n’est plus supportable par le corps de l’enfant, c’est le sang qui peut remplacer le sang perdu. Donc, il est question de remplacer surtout ces globules rouges que nous obtenons chez vous béninois ou non, apparemment en bonne santé ». Les personnes à même de fournir leur sang pour sauver des vies doivent répondre à un certain nombre de critères bien précis. Ces personnes jouissant d’une parfaite santé, doivent être âgés de 18 à 65 ans au plus et avoir un poids d’au moins 50 kg.

Face à la pénurie de sang qui s’est déjà installée, l’agence nationale pour la transfusion sanguine appelle les bonnes volontés à venir faire œuvre utile. Elle prend tout de même les mesures pour accueillir les éventuels dons. « Donc, il est demandé que nous soyons capables en cette période de forte demande de pouvoir collecter chez le maximum de béninois du sang dans des poches de moins de demi litre ayant déjà 20 ml d’anticoagulant qui permet de les conserver au frigo ». On retient, qu’il y a urgence que les béninois viennent aux secours des personnes nécessiteuses, qui pour la plupart, périssent dans les hôpitaux, faute d’avoir trouvé le précieux liquide.

Commentaires

Commentaires du site 0