« le Bénin, plateforme des services numériques de l’Afrique de l’Ouest » selon Rafiatou Monrou

« le Bénin, plateforme des services numériques de l’Afrique de l’Ouest » selon Rafiatou Monrou

« Les méga données pour un méga-impact », est le thème retenu cette année pour la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information

Bénin: Rafiatou Monrou menace de sanctions les opérateurs GSM

Réaffirmant la vision du gouvernement de la rupture et du nouveau départ, ce mercredi à l’occasion de la célébration de la journée mondiale des télécommunications et de la société de l’information, le ministre de l’économie numérique et de la communication Rafiatou Monrou, a rappelé le contexte de la mise en place de cette journée.

Célébrée depuis 1969, l’objectif est de sensibiliser l’opinion à l’utilisation de l’internet et des technologies de l’information et de la communication (Tic) dans les domaines économique et social.

Selon Rafiatou Monrou, le choix de ce thème vise à se pencher sur le potentiel des mégas donnés aux services du développement et sur les possibilités de transformer un volume incroyable de données en information susceptibles de favoriser le développement. Le thème est en adéquation avec la vision du président Talon.

‘’La stratégie sectorielle a pour objectif de transformer le Bénin en la plateforme des services numériques de l’Afrique de l’Ouest. Il s’agira de donner au Bénin un accès généralisé à internet à des prix abordables, disposer d’ici 2019 de plus de 3000 km de fibre optique installée’’.

Le ministre souligne que ce projet et d’autres projets phares vont renforcer la connexion haut débit des méga données de toutes les villes béninoises.

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    Che Guevara 4 mois

    La connexion internet est plus rapide au Liberia , en Sierra Leone qu’au Benin…

    https://www.fastmetrics.com/internet-connection-speed-by-country.php

    Le Rwanda a beaucoup d’avance sur les autres pays africains.

  • Avatar commentaire
    Tchite ' 4 mois

    Je suis du secteur et j’ai travaillé au Bénin puis à l’extérieur.

    Tout a été dit, je veux juste rajouter qu’en plus de la reponsabilisation des ignora.nts dans le secteur, ils emploient aussi des membres de leur famille incompétents qui comptent sur leur relation et ne font rien du travail qu’ ils sont supposés faire.

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 4 mois

    Vous nous parlez allègrement de 3000 km, mais quelle qualité de service donnez-vous ? Mme le Ministre, êtes-vous fière de faire cette communication en votre âme et conscience ? En combien de temps téléchargez-vous un fichier de 500 Mo ? Votre connexion ADSL reste-t-elle stable pour combien de temps dans une journée ? Arrivez-vous à regarder, à moment voulu, une vidéo ou une télé en ligne sans être interrompue ? Quel est votre budget mensuel pour l’internet ? Quel est le poids financier de Bénin Télécoms dans le PIB national ? Si du jour au lendemain, MTN, Moov et Glo pliaient bagages, pensez-vous que le Bénin continuerait encore à communiquer ? Qu’est devenu Libercom, le 1er réseau du Bénin. Mme, un seul conseil, cessez avec les slogans et travailler pour que les béninois vous applaudissent. Cessez de nous ennuyer avec des classements Doing Business dont nous connaissons très bien comment les chiffres s’obtiennent.

    • Avatar commentaire
      Che Guevara 4 mois

      Si madame peut deja répondre a toutes ces questions pertinentes, elle se rendra compte que le Benin a du chemin a parcourir pour realiser son reve.

  • Avatar commentaire
    Alo 4 mois

    Sur quoi vous basez-vous pour dire que le Bénin est le “dernier en Afrique en matière de télécommunication moderne”?
    Pourquoi dénigrer le pays juste parce qu’on est contre le gouvernement?
    Talon passera, et le Bénin restera.
    Seule une critique objective peut faire avancer.

    Veuillez consultez le site ci-dessous, vous verrez que vous avez tort.

    La coalition mondiale « Alliance for Affordable Internet », a publié son rapport 2017 sur l’accessibilité de l’Internet dans le monde. Les dix pays d’Afrique où Internet est plus abordable :

    1- Maurice

    2- Maroc

    3- Nigeria

    4- Botswana

    5- Côte d’Ivoire

    6- Rwanda

    7- Afrique du Sud

    8- Ghana

    9- Bénin

    10- Kenya

    source: http://www.agenceecofin.com/internet/2704-46908-les-dix-pays-africains-o-l-acces-a-internet-est-le-plus-abordable-selon-alliance-for-affordable-internet

    • Avatar commentaire
      Che Guevara 4 mois

      misleading stats.

      Comment peut on parler d’internet abordable sans integrer le prix du service payé par le consommateur dans la methodologie ?

    • Avatar commentaire
      Dodjo CHIPOTO 4 mois

      @Alo, ce classement ne prouve rien du tout, à l’instar des autres Doing Business dont on nous bassine les oreilles et qui n’ont rien à voir avec la réalité. Moi je vis au Bénin et dans deux autres pays de l’Afrique de l’Ouest (Dakar et Abidjan). Dans ces pays, on n’a pas besoin de classement X ou Y pour constater la qualité et le coût accessible des prestations de opérateurs de télécom. Vous savez c’est comme qui dirait que nous sommes maudits au Bénin!!! Yayi Boni et ses affidés ont passé tout leur temps (10 ans) à nous chanter “Bénin, quartier numérique d’Afrique” On s’énerve quand cette Ministre reprend les mêmes slogans nombrilistes alors que les télécom sont un vrai sinistre au Bénin. Je ne vais pas vous faire un dessin sur le parallélisme de l’évolution de Sonatel au Sénégal et de Bénin Telecom qui étaient partis sur les mêmes bases en 1993. Toutes ces deux entreprises avaient le même plan de développement, notamment de la fibre optique. Ces deux entreprises se sont endettées à l’extérieur à cet effet. Sonatel a réussi son pari au point de dégager aujourd’hui 200 milliards de bénéfices. A Bénin Telecom, le DG d’alors (Devinez?) a utilisé l’emprunt auprès de Titan pour financer la campagne de Kérékou après avoir dilapidé une partie (une centaine de milliards multipliée par deux par la dévaluation. Cette dette a due être endossée par l’Etat à hauteur de 200 milliards) . Les investissements réalisés étaient plutôt dérisoires. Dans le même temps, Sonatel endettée auprès de Alcatel a fait un swap (emprunt en CFA auprès des banques du Sénégal pour solder la dette extérieure) en remboursant de manière anticipé Alcatel, évitant ainsi le doublement de la dette avec l’arrivée de la dévaluation. Les résultats de Sonatel sont les fruits de cette gestion intelligente de patriotes conscients de la nécessité de faire progresser leur pays.
      Voilà où nous a conduit la veuleurie de nos cadres. Nous allons continuer de nous enfoncer si ne prend garde; A bon entendeur ….!!!!!

  • Avatar commentaire
    ADJRAKATA 4 mois

    Internet haut debit par ci Benin plateforme… par la ! Assez de phrases! Aujourd’hui la plupart des sms de MOOV ou MTN ne parviennent pas a leurs destinataires a l etranger aux USA ou en France. Pardon Mme la Ministre arretez nous ce racket! Ce sera deja ça de fait et on aura le temps d’attendre la realisation de vos promesses! Pour le moment votre gouvetnement est champion des contrats gré a gré de la creation de taxes (vignettes, securite a l’aeroport) des casses mal programmees et des promesses!
    Ne prenez pas exemple sur lui!

    • Avatar commentaire
      Dodjo CHIPOTO 4 mois

      Internet méga débit par ci, Bénin, plateforme numérique de l’Afrique de l’Ouest par là, alors que nous sommes les derniers en Afrique en matière de télécommunication moderne avec :
      – une qualité de service le plus médiocre et au coût le plus élevé (1,5 Go à 7.500 Fcfa au Bénin alors que Orange Sénégal offre 2,5 Go de qualité 100 fois supérieure à 5 000 Fcfa);
      – un secteur des télécom atomisé (plusieurs opérateurs pour un petit marché) ne permettant pas de réaliser des opérations d’optimisation bénéfique à la clientèle
      – des aberrations comme Benin Télécom divisée en deux entités (deux Directions Générales avec toutes charges induites) et dont les chiffres d’affaires n’atteignent même pas le dixième du bénéfice 2016 de Orange Sénégal (200 milliards, je dis bien 200 milliards de bénéfice)
      – une autorité de régulation incapable de réflexions prospectives pour proposer une réfonte profonde de cette chienlit (Voir la réforme initiée en Côte d’Ivoie qui a permis d’éliminer du marché les opérateurs qui ne respectent pas leurs obligations) afin de mettre le pays sur la rampe du développement numérique, du vrai développement tout court
      – on se contente de proclamations aussi vaine qu’incongrue et ridicule (Bénin, quartier numérique d’Afrique) : sortez un peu de notre foutu pays et vous vous rendrez compte de notre retard qui se révèle véritablement abyssale.
      ça suffit maintenant !!!!!!