Exonérations sur le PVI : « Il y a conflit d’intérêts énorme », selon l’Honorable Djènontin

Exonérations sur le PVI : « Il y a conflit d’intérêts énorme », selon l’Honorable Djènontin

Le Programme de Vérification des Importations fait parler à nouveau de lui.

Relance du Pvi: Les contre-vérités de Koupaki

Le gouvernement béninois accorde des exonérations à Bénin Control et aux sociétés affiliées à Bénin Control dans la gestion du PVI. L’ancien ministre de l’Economie maritime et de la Justice et actuel député Valentin Djènontin dénonce sur soleil fm, le conflit d’intérêts et parle d’un partenariat public-privé anti constitutionnel

Pour avoir été ministre de tutelle du secteur portuaire et ayant vécu, sous l’ancien régime, la crise du PVI entre l’Etat et Patrice Talon, alors, président du Conseil d’Administration de la société Bénin Control SA, Valentin Agossou Djènontin donne des explications de fond sur le dossier PVI. Il condamne fermement les exonérations accordées à Bénin Control.

Ça pose un problème moral

Djènontin estime que dans le cas de figure actuel, Bénin Control ne devrait pas commercer avec l’Etat béninois. Il fait référence à l’article 52 de la constitution béninoise qui interdit tout lien commercial entre le président de la République ou son intermédiaire et l’Etat qu’il dirige. A l’analyse du député, Patrice Talon agit à l’encontre de cette disposition.

Il fait surtout remarquer que lorsqu’il s’est agi de ressusciter le PVI de ses cendres sous le régime actuel, le nom de Patrice Talon, président de la République figurait comme  président du Conseil d’Administration de Bénin Control. Très tôt, des voix se sont élevées et le nom de Olivier Boco a remplacé celui du chef de l’Etat. Jusque là, rien n’y change selon Djènontin. Car, Talon aurait reconnu, lui-même, que Olivier Boco est un ami ; ce qui lui fait porter le chapeau d’intermédiaire.

« Ami, c’est bien un intermédiaire dans le cadre des marchés publics », dénonce-t-il.

En tout état de cause, Olivier Boco demeure un associé de Talon. Plus grave, les enfants du président sont des actionnaires de Bénin Control. Toute chose qui participe du conflit d’intérêt au sommet de l’Etat.

Les ministres méconnaissent le PVI

Valentin Djènontin accuse les ministres des Finances et celui des Infrastructures  et des Transports de ne pas maîtriser le dossier PVI. Notamment, le ministre des Finances Romuald Wadagni, dans une récente lettre adressée au directeur du Conseil d’Administration de Bénin Control, se réfère à un décret de 2011 qui n’existe plus.

« Le décret 061 du 15 mars 2011 a été déjà annulé. », affirme l’ancien ministre.

Il se dit surpris de la mention qui en est faite, dans la lettre du ministre.

En effet, c’est ce décret qui a institué le PVI en 2011. Mais, il a été abrogé à la suite de négociations infructueuses entre le régime de Boni Yayi et les responsables de Bénin Control. Alors, il n’est plus question de s’appuyer sur un décret inexistant pour prendre d’autres décisions.

Ce qui indigne davantage l’Honorable Djènontin, ce ne sont pas les exonérations accordées, car, « ce n’est pas une mauvaise chose en soi. », a-t-il avoué. Il reconnait également que sous Yayi, il était prévu des exonérations sur le PVI. Toutefois, il juge disproportionnés les avantages octroyés à Bénin Control. De surcroît, aucune légalité n’est respectée dans le cadre des autres sociétés concernées par cette mesure.

En effet, le gouvernement a élargi ces exonérations à des sociétés partenaires de Bénin Control. Le danger est que l’affiliation à ces différentes structures n’a pas un fondement juridique. Djènontin : « Avant que Bénin Control ne décide de travailler avec d’autres structures, il devrait demander l’autorisation préalable du ministre de la justice »,puisqu’il s’agit d’une réforme douanière.

Djènontin  voudrait attirer l’attention du peuple sur ce fait, puisque ce gouvernement qui gouverne aujourd’hui par «  la ruse et par la rage »  pourrait bien adopter un document antidaté pour se justifier.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Tonagnon 2 mois

    Personne ne peut saisir la justice pour arrêter la saignée?

  • Avatar commentaire
    ADJRAKATA 2 mois

    De quoi se plaint Djenontin aujourd’hui? Avant d’ouvrir sa bouche il aurait dû faire son mea culpa et demande pardon au peuple beninois avec son mentor le triba liste Yayi pour avoir conduit le pays dans la boue et l’impassr! De plus la majorite des deputés ont montré qu ils sont prets pour de l’argent a voter tout ce que Talon desire, trahissant le mandat reçu du peuple. Donc un changement democratique est peu probable. Ils ne laissent au Benin que 2 choix
    -la resignation qui consiste a subir les caprices de la maffia arrogante au pouvoir en se massant dans les couvents, eglises, mosqués ou temples. Le fait que du Nord au Sud la destruction de l outil de travail de nombreux citoyens ait été faite sans reaction notable montre une lethargie certaine mais le sentiment de revolte est là et monte qu’il serait peu prudent d’interpreter comme un acquis de support a ces mesures irreflechies. C est quoi l’espace public dont ils parlent? L arbre qui est planté devant les maisons ne definit il pas un espace semi public? L’aire devant chaque maison que les occupants nettoient chaque matin en principe ne definit elle pas un espace qui est differend en statut de celui ou paase les voitures, le public? Nous ne sommes oas au Rwanda! Et le bien nommé quartier Gbegamey (aire des hautes herbes) n’est pas la Haie Vive!
    -La 2eme eventualité c est la revolte, la fureur de la rue!
    C’est vrai que jusqu’ici le peuple ne manifeste pas et “qui ne dit rien consent” dit l’adage! Mais jusqu’a quand?

    • Avatar commentaire
      Osseni B. 2 mois

      Adjrakata, savez -vous ce que vous dites? Car on vous a dit de ne pas voter Talon, oui ou non?maintenant le peuple souffre. Djènontin maîtrise ce qu il dit et il n’est pas comme les autres députés qui cherchent les endroits à se refuger.c’est des gens comme Djènontin qui peut tirer l attention au peuple beninois.c’est l intérêt du peuple beninois qui est en jeu.

  • Avatar commentaire
    sonagnon 2 mois

    Il n’y a pas d’organe de contre pouvoir pouvait mettre un terme à ces dérives inacceptables???

    La cour constitutionnelle, la cour suprême, les professeurs d’université font quoi pour défendre le peuple???

    Ils perçoivent des traitements indécents au regard de la situation des salaires en général dans le pays, et sont incapables de faire le travail pour lequel ils sont payés!!!
    C’est du vol!!!

    Le pays est foutu!!!

  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    1..le braquage..sans porter de cagoule..en plein conseils.(des anti patriotes)..de 45 patates par talon..

    2…le pvi..et la privatisation du port et tous les outils industriels du pays..

    3..la tentative ratée..d’instaurer l’impunité…au benin..

    Dis je…sont assez suffisants comme preuve..pour savoir quel est le dessein de talon

    Mais à mon niveau…c’est pas celà..qui me choque…c’est la présence..et la complicité active de abt,et pik

    Or donc…pik..nous a été présenté comme un technocrate..sans compter..sa nouvelle conscience…d’une part

    De l’autre..abt..nous a été vendu..comme un technocrate,honnete travailleur

    Dans les deux cas..qu’on me dise…en quoi ces gens sont honnetes..et qu’ils peuvent porter la charge…de pr..de la republique

    Moi..j’ai conclu…que ce sera une illusion…d’attendre..un messie qui viendra sauver..le benin…..

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Ce n’est pas la morale élémentaire qui étouffe cet es.croc de talon et son gouvernement de ruptucons ; des gens à mépriser profondément