Exposition de LioSpirit : Le visage sale de Cotonou au Fitheb

Exposition de LioSpirit : Le visage sale de Cotonou au Fitheb

Grand Nokoué – Bénin : le conseil municipal de Cotonou adopte le document sous réserve

Le photographe environnementaliste Cédric Cakpo Alias Liospirit, expose depuis hier au siège du Fitheb à Cotonou, une douzaine de photos. Ces photos présentent l’état avancé d’insalubrité de Cotonou, dans le but de sensibiliser la population à ce propos.

La salle Théodore Béhanzin du siège du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb), ex Ciné-vogue, donne depuis hier lundi 5 juin 2017, une vue globale du vrai visage environnemental de la ville de Cotonou. C’est à travers des photographies accrochées par endroits à l’intérieur de la salle. Elles portent la griffe de Liospirit.

Cédric Cakpo à l’état civil, le jeune photographe environnementaliste fait voir en substance dans cette salle, la moisson de la promenade de son objectif dans les 13 arrondissements de Cotonou. Chaque arrondissement est rapporté dans la présente exposition par une image. En résumé de son constat, Liospirit parle de «Cotonou, la belle ville au visage de l’insalubrité».

«Après avoir parcouru les 165 quartiers des 13 arrondissements, nous avons constaté que Cotonou est sale» affirme-t-il.

Des photographies de Cotonou

L’exposition montre entre autres, des terre-pleins centraux et des collecteurs d’eau transformés en dépotoirs. On voit sur les images comment des populations vivent à proximité voir sur des tas d’ordures, avec des excréments d’animaux.

«Nous avons une ville insalubre, voir sale» a reconnu le secrétaire général de la préfecture du littoral Wilfried Gbaguidi, au vernissage de l’exposition dans la matinée de ce lundi de pentecôte, également journée mondiale de l’environnement.

L’objectif du jeune photographe à travers cette exposition qui va durer trois jours, c’est d’amener dit-il «à une prise de conscience générale sur l’état d’insalubrité des 13 arrondissements de Cotonou par la photographie». Ceci, en vue d’un changement de comportement, ce qui parait juste et important d’après le Sg de la préfecture. Pour lui, certes l’état à une grande responsabilité à ce propos, mais c’est aussi une conséquence du comportement incivique des populations qui dénote d’un manque de prise de conscience.

Il a appelé à une action commune entre structures étatiques ou privées et les populations, pour trouver des solutions idoines à ce grand problème environnemental.

«La préfecture est très consciente du problème ; des réflexions sont en cours pour agir avec la mairie» a-t-il fait savoir.

Le photographe quant à lui, pense pérenniser l’initiative. Pour la deuxième édition en 2018, il entend élargir son champ à d’autres villes du Bénin, dont Porto-Novo et Abomey-Calavi. Aussi, envisage-t-il initier un prix de la ville ou de l’arrondissement le plus propre.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 3 mois

    Excellente initiative que cette exposition. C’est le rôle des artistes de déranger et de mettre la société face à des miroirs pour l’interpeller (théâtre, romans, films, photos…).

    Tous mes voeux de succès à cette exposition et aux artistes béninos pour lesquels l’exercice de leurs arts est particulièrement difficile