Bénin : Le FSP exige les états généraux du peuple

Bénin : Le FSP exige les états généraux du peuple

Les membres du Front pour un sursaut patriotique (FSP) ont investi les rues de Cotonou, hier jeudi 22 juin 2017, pour effectuer une marche pacifique de protestation contre les réformes en cours sous la ‘’Rupture’’.

Urgent: Examen en ce moment de la Charte du Front pour le Sursaut Patriotique

Ils appellent le gouvernement à revoir son mode de gouvernance et à pencher pour plus de mesures sociales. Branchages et pancartes en mains, vuvuzela à la bouche, les membres du Front pour un sursaut patriotique (FSP) et d’autres manifestants ont dit non au président Talon et à son gouvernement pour les réformes en cours.

De la bourse du travail à la place de l’Etoile rouge en passant par le carrefour Saint Michel, la foule est allée grossissant par endroits à travers les rues. Acteurs politiques, syndicalistes, étudiants, travailleurs et autres anonymes étaient de la partie.

Ce défilé a été marqué par des cris hostiles non seulement au gouvernement mais aussi au préfet du Littoral qui avait interdit la marche. Quelques arrêts faits de chants et d’animations ont également meublé la manifestation. Ces arrêts ont surtout été ponctués de déclarations des ténors du FSP. Pour Eugène Azatassou, il s’agit d’une lutte menée pour le bien-être du peuple et non contre la personne du président.

«On a faim ! Talon, démission ! », N’ont cessé de scander les manifestants le long du trajet.

Le FSP dénonce

A l’arrivée au point de chute de la marche, place de l’Etoile rouge, le porte-parole du front, Jean Kokou Zounon a lu une déclaration. La déclaration, a fait l’état des lieux des quatorze mois de gestion du pouvoir par le gouvernement Talon. Jean Kokou Zounon a peint le tableau en noir et dénoncé l’autocratie et l’impunité caractéristiques de la gouvernance depuis le 6 avril 2016.

« Depuis son arrivée, le pouvoir de Patrice Talon ne cesse de faire tomber de façon agressive sur la tête de la jeunesse, des travailleurs et du peuple, des mesures  d’une gouvernance autocratique, clanique, d’impunité, de famine et de mépris du peuple », fait-il remarquer.

« On nous avait promis la Rupture, mais l’impunité s’est renforcée et des criminels économiques sont logés bien au chaud et en sécurité au palais de la République. On nous avait promis la compétence, mais c’est le clientélisme et l’appartenance au clan qui sont devenus des règles de nomination dans les hautes fonctions de la fonction publique et de la diplomatie», s’est ensuite désolé Jean Kokou Zounon.

Les privatisations en cours dans différents secteurs et les liquidations de sociétés, sont autant de dérives dénoncées. Pour le porte-parole du front, le combat du FSP est fondé sur les exigences du peuple, relativement à l’emploi des jeunes et au refus de la privatisation des secteurs vitaux de l’économie.

Le FSP exige

C’est pourquoi le FSP adresse également au gouvernement des exigences dont notamment l’arrêt « des privatisations  sauvages » de même que le dédommagement et le relogement des gens déguerpis. Des exigences qui selon Jean Kokou Zounon ne peuvent être satisfaites que par une gouvernance où le patriotisme et la probité sont érigés en règles.

« La seule issue, c’est la réunion d’une assise nationale, des états généraux du peuple pour un gouvernement patriotique et de probité », a conclu le porte-parole du FSP.

A noter que la marche a bénéficié d’un bon encadrement des forces de l’ordre, notamment la police nationale.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 mois

    On ne peut plus continuer à accepter Talon au pouvoir avec tout le conflit d’intérêt dans lequel il nage pour ruiner le pays à son seul Profit.

    Ce n’est pas cela le but de la democratie.

    Ce ne pas cela le but de l’Etat de droit.

    Sonvenons-nous, Talon avait bien Promis ne pas faire revanche sur l’Etat, s’il arrivait à être élu et qu’il s’abstiendrait de percevoir des sommes que la justice lui auraient accordées pour dédommagement.

    Mais une fois élu, dès sa prise de fonction c’est le premier acte de remboursement de l’Etat à lui que les tribunaux auraient fixé qu’il a mis en avant pour se faire décaisser plus 42 milliards FCFA pour lzui-même et ses héritiers.

    C’est de jamais vu dans l’histoire du pays.

    Et s’en est suivi le pillage systematique du pays. Les récettes de la Douane, c’est une entreprise appartenant à lui qui les encaisse. Les privatisations diverses des sociétés d’Etats qui vont à lui et à ses amis.

    Les marchés de gré à gré sont devenus normalités.

    Non, on ne saurait laisser Piller ainsi toutes les richesses du pays par un homme venu de nulle part devenu Président de la Républque.

    Talon doit partir de gré ou de force.

  • Avatar commentaire
    Jean 3 mois

    Ce signifie ce machin de FSP?
    Je n´arrive pas à les comprendre, que veulent-ils en réalité?
    Etats généraux, Etats généraux, Etats généraux, Etats généraux, nous sommes dans un état de droit et celui qui a été élu doit exercer son mandat en toute liberté.
    Si ce FSP veut le pouvoir, qu´ils se préparent pour 2021 au lieu de vouloir nous embrouiller.

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 3 mois

    Le chien aboit, la caravanne passe. Allez ranger vos pancartes et allez organiser vos états généraux à Djacotomé, fief des communistes de la première heure au Bénin (Coup de chapeau quand même à l’éminent patriote Pascal Fantodji). FSP un mélange incongru (Yayi Boni et ses sbires des FCBE avec Paul Essè Iko et Zounon, quel mélange détonnant et indigeste ……

  • Avatar commentaire
    Boni YAYA 3 mois

    Mon cher je suis d’avis avec toi! ce sont nos amis PCB qui veulent les états Généraux et comme notre Grand Frere AZATASSOU Eugene était PCB et a déserte les rang et rejoindre les FCBE afin du gouté au pouvoir , a sa chute il s’associe a ses amis d’hier pour reconquérir le pouvoir.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 3 mois

    Je n’ai pas pris la peine de lire les élucubrations du FSP.
    Aussi je ne sais pas non plus ce qui se cache derrière ce sigle.
    Seulement ; je veux dire à ce petit groupe d’agitateurs qu’il y a le temps des élections et le temps des actions politiques.
    Attendez 2021 pour vos états généraux de je ne sais quoi si vous parvenez au pouvoir .
    Ce qu’on vous demande, là defense des acquis démocratiques, là defense des travailleurs.
    Si c’est pour la politique politicienne ; moi je ne suis pas dedans . Les Beninois non plus.
    Nos compatriotes ont faim . Ils ont besoin de travail.
    Dont acte .