Erosion côtière à Grand-Popo: Menace d’une seconde embouchure

Erosion côtière à Grand-Popo: Menace d’une seconde embouchure

La place du 10 janvier située à Gbècon dans la commune de Grand-Popo, est menacée par l’érosion côtière. Une bonne partie de la ville de Hillacondji est déjà engloutie par la mer, et si rien n’est fait, cette autre partie connaitra une 2ème embouchure.

Nonvitcha 2017 au Bénin : le programme dévoilé

C’est pour constater de visu l’ampleur de l’érosion dans la commune de Grand-Popo qu’une délégation de la Banque Mondiale, les responsables du projet WACA et des cadres du ministère Cadre de Vie et de Développement Durable, ont effectué ce mardi 27 juin 2017 une descente pour visiter certains points menacés de destruction.

Quatre points ont été visités par la délégation composée du Directeur du département des changements climatiques au niveau de la Banque Mondiale, James Clos, du point fiscal du projet WACA au Bénin, Bassabi Moussa Bio Djara, de la Direction Générale des Eaux et Forêts, du PUGEMU, du Conseil Communal de Grand-Popo, avec à sa tête le maire Anani Hlondji.

C’est l’embarcadère d’Agbanankin sur la rivière de Gbaga, à la frontière fluviale bénino-togolaise, qui est le premier endroit visité. Après cela, le cap a été mis sur l’embouchure dite de la bouche du Roi, située dans l’arrondissement d’Avlo, à 10 km de Grand-Popo. La délégation y a aussi constaté le phénomène d’érosion. La place où est célébrée chaque 10 janvier la fête du culte Vodoun, est coincée entre les érosions côtière et fluviale, car distance qui sépare la mer et le fleuve est très infime.

Aux dires de Bio Bassabi Moussa, point focal du projet WACA au BéniGrand-Popon, si rien n’est fait dans l’immédiat, d’ici deux ans, il y aura une autre embouchure à ce niveau. « La situation est grave et il faut agir au plus vite, a-t-il poursuivi ».

50 milliards pour protéger la côte

WACA est le projet d’adaptation Erosion des zones côtières en Afrique de l’Ouest. Il prend en compte le Bénin, le Togo, le Ghana et la côte d’Ivoire. C’est un projet de plus de 50 milliards de cfa qui sera financé par la Banque Mondiale. Les quatre points visités et cités plus haut sont pris en compte par le projet. Ce projet pilote intégré de la gestion du littoral qui sera mis en œuvre en 2018, prend en compte la protection côtière, la gestion des ressources naturelles, la création des aires communautaires, la protection de la biodiversité et le développement économique local à travers les activités génératrices de revenus (AGR).

Par exemple, il est prévu l’aménagement de la place du 10 janvier à travers une politique de sauvegarde environnemental, la protection du site vodoun, et le dragage du fleuve mono a la hauteur du 10 janvier. La mer ayant déjà englouti une partie de la ville de Hillacondji, il faut chercher une autre activité aux pêcheurs qui ont perdu leurs maisons et leurs biens. Et la pèche n’étant plus fleurissante a cause de l’usine de phosphate de Kpemè au Togo, le projet ‘’Waca’’ a prévu la reconversion des pécheurs en marchands, sur un site dénommé village Louis-condji. Ce village a été également visité par la délégation.

Le dernier point visité est le site de hilacondji, frontière Bénino-togolaise, le point le plus érodés. Si rien n’est fait, cette partie va disparaitre de la carte de la commune de Grand Popo. Il urge donc que des actions soient menées pour sauver la commune de Grand Popo de l’érosion côtière et fluvial, ce double péril imminent. La délégation de la banque mondiale a pris la mesure de la situation en demandant au point focal ‘’Waca’’ Bénin, d’accélérer la procédure pour que les travaux démarrent le plutôt possible.

Il faut souligner qu’a la fin de la visite, le directeur du département des changements climatiques de la Banque mondiale, James Close, a été fait citoyen de la commune de Grand Popo, à travers un habillement typiquement Popo : pagne et serviette au cou, avec une canne en main.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 5 mois

    @Joeleplombier, vous persistez dans ce que l’on appelle de la critique facile et qui, à force, devient vaine. Il faut quant même avoir l’honnêteté de reconnaître que ce Ministre a élaboré un plan cohérent dont la mise en oeuvre a commencé avec l’assainissement des plages de Cotonou (ce qui pourrait déplaire à mon ami @Aziz habitué à se soulager en plein air dans son village de Kopargo….), la reprise des travaux de la route des pêches reconfigurée, le début de l’asphaltage des routes, etc.) Prenons le pari que dans un an, les réalisations seront palpables afin de faire taire tous les sceptiques de mauvais augure qui, comme tout bon béninois à l’esprit morbide, ne souhaite que du mal à son prochain. Et cette tendance est si ancrée dans nos chromosomes au point que même certains de nos patronymes le véhiculent à l’instar de notre forumer GBETOMAGNON (l’homme est mauvais -béninois bien sûr)…..Eloignons-nous de ces considérations morbides qui nous retardent depuis la nuit des temps……Là où je vis depuis plus de 20 ans avec @Aziz, les populations exhalent une mentalité plus positive…même si elles ont d’autres travers……

    • Avatar commentaire
      aziz 5 mois

      je n’arrive pas à comprendre…les gens..qui ont des doutes..sur le changement climatique..

      Ce qui se passe à grand popo…c’est petit…et doit etre pris comme un avertissement..

      C’est tout la cote maritime et cotonou…qui sont en danger

      Ailleurs c’est pire…

      Ceux qui ont la chance de mettre pied…au sénégal…consteront..qu’au benin..on peut encore ..respirer

      La ville endémique de rufisque..a déja vu disparaitre une partie de son charme dans la mer..

      Saint louis également..certains quartiers n’existent meme plus..

      Joal..cette ville avec son charme colonial..ville de senghor également

      Enfin…à thiaroye..carrément..c’est un cimetiere…ent

      ier..qui a disparu dans la mer..

      pour un gouvernement..responsable..il faut anticper..et laisser les gens..encore dans cotonou…est impossible d’ici 50 ans

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 5 mois

    Ce Tonato ministre du cadre vie est malheureusement un ministre de la parole.
    Remarquez tout de même â part le déguerpissent de nos pauvres parents avec le turbulent Toboula ; qu’a t’il fait de probant depuis plus d’un an ???
    Paroles et paroles

    • Avatar commentaire
      aziz 5 mois

      Je trouve..que tu n’es pas tres honnetes

      A sa place..tu ferais quoi…?

      A l’impossible nul n’est tenu

      Apres tout..un ministre c’est quelqu’un à qui on délègue une partie du pouvoir régalien politique..et ne peut pas avec ses bras..faire ce qu’il ne peut pas faire

      Il faut des moyens et des cadres..pour agir..sans compter..les procédures administratives idiotes et inutiles

      On peut etre non..rupturiens…et avoir de la mesure dans ses propos

      Que c’est facile..de critiquer…..n’est ce pas