Bénin : Le social, ce ventre mou du gouvernement Talon

Bénin : Le social, ce ventre mou du  gouvernement Talon

A plus d’un an d’exercice du pouvoir, le gouvernement de la rupture n’a pas encore démontré sa vision de la résolution des problèmes sociaux.

Bénin: « Le président rentre très bientôt…», annonce Sacca Lafia

Et à défaut de les résoudre, le pouvoir s’emploie plutôt à créer des situations qui compliquent davantage le quotidien des citoyens. « Serrer la ceinture, d’ici un an ou deux les populations verront les retombées au plan social du programme d’action du gouvernement ». Voilà un exemple de propos lénifiants qui sont servis aux populations pour atténuer leurs souffrances du moins psychologiquement. Pourtant les actes qui sont posés par le régime sont plutôt  de nature à les accroître.

C’est dans ce sens qu’il faut comprendre certaines décisions  impopulaires prises en conseil  des ministres lors des premiers mois d’exercice du pouvoir.  C’était le cas de la suppression subite de la vente du charbon et du bois de chauffage qui constituait une activité génératrice de revenus pour de nombreuses familles. Cette mesure même  si elle poursuivait un objectif noble, celui de la protection de l’environnement, péchait de n’avoir pas prévu un plan de reconversion de ces nombreuses femmes vendeuses de bois et de charbon dans les marchés.

Il a fallu des marches de protestations pour que le gouvernement revienne à de  meilleurs sentiments. Dès le mois de novembre 2016, le gouvernement annonçait la fin de l’occupation de la voie publique pour des activités commerciales et autres services. Et en début du mois de janvier 2017, les populations ont vécu impuissantes, ces opérations barbares de libération de la voie publique. Les hommes et des femmes qui occupaient la voie publique pour obtenir la pitance quotidienne ont été contraints de libérer les lieux.

C’est sans mesures d’accompagnement que ces personnes ont été déguerpies et sont allées grossir les rangs des citoyens sans activités ni revenus. C’est le même gouvernement qui a décidé de la liquidation de trois entreprises d’Etat qui étaient sous la tutelle du ministère de l’agriculture : l’Onasa, la Sonapra et L’Ons. Au bout  du compte,ce sont plus de 1000 agents qui ont été invités contre leur volonté à aller reprendre contact avec le chômage. Les mouvements d’humeur et les sit-in de ces derniers ont été sans influence sur la détermination du gouvernement.

Chemin de croix

Ce cycle de privatisations des entreprises d’Etat ,synonymes de mise en chômage continue. Le port autonome de Cotonou, le Cnhu et la Sbee seront dans les prochains jours, les entreprises qui verront leur personnel ou une bonne partie d’entre eux, obtenir leur certificat de mise au chômage.

Des pratiques qui contrastent fort bien avec le Programme d’action du gouvernement de créer à termes, 600.000 emplois. En attendant la réalisation ce programme qui apparaît aux yeux de certains comme un mirage, les citoyens sont d’abord priés de perdre le peu d’emplois qui existe.

Cela est d’une grande curiosité quand on imagine que parmi les priorités d’un gouvernement, doit figurer en bonne place la ferme volonté d’améliorer les conditions de vie des populations.Et pendant qu’on perd des emplois, il se susurre que le retour du programme de vérification des importations, Pvi,a eu comme effet immédiat la hausse  des prix des produits de première nécessité sur le marché. A ce point,on peut dire que les populations dans l’espoir d’un mieux-vivre à venir, ont encore emprunter un long chemin de croix.

Commentaires

Commentaires du site 4
  • Avatar commentaire
    Coeur d'Emeraude 5 mois

    Discutable, je pense qu’il ne faut pas créer des emplois pour créer simplement parce qu’on veut réduire le nombre des chômeurs! Non. Dans les entreprises publiques, le spectacle auquel nous assistons est tellement désolant! Puis que le salaire est garanti, on se soucie peu des gens dans le besoin. S’il faut réduire le personnel pour garantir un service de qualité, moi je suis pour. Il faut que les gens fassent véritablement le travail pour lequel ils sont payés. Il faut que nous cultivons ce que j’appellerais la conscience professionnelle.

  • Avatar commentaire
    Bruno Alowanou 5 mois

    Qu’appelez vous social au Bénin? La distribution de l’argent comme le faisait le tout puissant boni lors de ses tournées et meetings? C’est çà le social? Le social qu’exige les grands charognards de la république c’est de rentrer dans les contusions secrètes avec l’actuel gouvernement et continuer par piller et paupériser l’économie nationale pour que leurs fils demeurent toujours maires, ministres, Dg et bien placés au détriment de la jeunesse. Peuple béninois réveil toi et ne laisse pas les pilleurs sevrés par les actions de la bonne gouvernance de la rupture te flouer ils ne feront pas mieux que ce qui se fait actuellement.

  • Avatar commentaire
    Je crois 5 mois

    Quel est ce pays où l’on fait du social avec l’argent des autres au lieu de travailler pour produire de la valeur ajoutee.
    Au bénin nous sommes paresseux corrompus détourneurs de fonds publics et pleurnichards.C’est lamentable

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 5 mois

    Le gouvernement n’a rien à démontrer, il n’a tout simplement pas de volet social dans sa politique (s’il en a une).

    Quant aux promesses des “retombées des mesures du PAG” paroles, paroles… Il n’y a de PAG que de papier et, pas le début d’un commencement d’exécution si je ne m’abuse.
    1) Personne n’a suffisamment confiance, pour prêter de l’argent au gouvernement
    actuel du Bénin (personnalité trop sulfureuse du président),

    2) Le Bénin n’a pas les capacités de réaliser un projet multi-domaine d’une telle ampleur. C’est au mieux une vue de l’esprit, plus probablement une affabulation éhontée.