Waapp-Bénin: Les députés autorisent la ratification de 12 milliards Fcfa

Waapp-Bénin: Les députés autorisent la ratification de 12 milliards Fcfa

Deux dossiers d’autorisation de ratification ont été examinés jeudi dernier par les parlementaires sous la présidence de Me Adrien Houngbédji, et en présence des membres du gouvernement.

Après le décès de son fils: la conférence des présidents chez Ahouanvoebla

Le premier est relatif à l’examen du projet de loi portant autorisation de ratification du protocole portant amendement relatif à l’insertion de l’accord sur la facilitation des échanges, dans l’Annexe 1 de l’accord instituant l’Organisation mondiale du commerce (Omc), et le second est relatif à l’examen du projet de loi portant autorisation de ratification de l’accord de financement additionnel, signé à Cotonou le 28 février 2017, entre la République du Bénin et l’Association internationale de développement (Aid), dans le cadre du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (Ppaao) / Waapp-Bénin.

En ce qui concerne le deuxième dossier relatif au Ppaao, il s’articule autour de quatre composantes à savoir la création des conditions favorables pour la production, la diffusion et l’adoption des technologies agricoles, le renforcement des Centres nationaux de spécialisation, l’appui à la création, la diffusion et l’adoption de la technologie axée sur la demande et la coordination, la gestion, le suivi et l’évaluation du programme.

Selon le rapport présenté en plénière, la réalisation de la seconde phase du Ppaao contribuera à développer le marché régional des semences fortifiées et des technologies améliorées, à développer les Centres de spécialisation, à optimiser les connaissances des producteurs et leur utilisation réelle des nouvelles technologies, à attirer les investissements du secteur privé et créer plus de petites entreprises, à contribuer au renforcement de l’intégration régionale et à la révolution verte, à réduire la vulnérabilité de notre pays à l’insécurité alimentaire et à renforcer le plan d’action national pour l’adaptation aux changements climatiques.

Le coût global du projet est équivalent à 13.500.000.000 Fcfa, répartis comme suit, 12 milliards Fcfa au titre de la contribution de l’Aid, soit 89% du coût total du financement additionnel, et 1,5 milliards Cfa au titre de la contrepartie béninoise, soit 11% du coût total du financement additionnel.

Au cours des débats, les députés dans la majorité ont apprécié l’initiative gouvernementale et tout ce que le gouvernement de la rupture fait pour rendre plus productif le secteur agricole au Bénin. Précisons que c’est à l’unanimité que les députés ont donné leur quitus à ces deux projets

L’implication des jeunes dans la production agricole préoccupe l’honorable Rosine Dangniho

Le Ppaao est une initiative pluriannuelle visant à transformer l’agriculture ouest-africaine en agissant sur plusieurs axes, mais quelles sont les innovations dans la production, la diffusion et l’adoption des technologies améliorées ? Quels sont les objectifs pouvant amener le Bénin à l’instauration d’un environnement porteur, pour la coopération régionale ? Quels sont les renforcements des capacités humaines et institutionnelles dans l’ensemble de la sous-région ? Qu’en est-il de la création d’emplois pour les jeunes, l’inclusion des femmes et l’adaptation au changement climatique ?

Telles sont les préoccupations de l’honorable Rosine Dangniho au cours des débats généraux d’hier à l’hémicycle, relatifs à l’étude du projet d’autorisation de ratification de l’accord d’environ 12 milliards Fcfa.

Selon les explications du gouvernement, la première phase dite phase d’initiation vise à mettre en place le cadre et les mécanismes pour le partage des technologies, l’établissement de centres nationaux de spécialisation et le financement de projets de recherche agricole sur base compétitive.

Signalons que le Ppaao vise entre autres à rendre l’agriculture plus productive et pérenne, à améliorer les conditions de vie des consommateurs par la mise à disposition de produits agricoles à prix compétitifs, et à soutenir la coopération régionale en matière d’agriculture en Afrique de l’Ouest, conformément aux plans d’actions de la politique agricole de la Cedeao (l’Ecowap) et du Nepad /Pddaa.

Commentaires

Commentaires du site 0