Affaire 54 kg de cocaïne au Bénin : Comment les deux indiens ont été libérés

Affaire 54 kg de cocaïne au Bénin : Comment les deux indiens ont été libérés

Bénin : les deux indiens emprisonnés pour trafic de cocaïne libérés, l’état condamné

Après un long week-end de privation de liberté, les deux indiens Manoj Issac et Neeraj Kabdal ont retrouvé hier leur liberté. Selon des sources proches du dossier, c’est vers 2h du matin qu’ils ont été libérés.

Ils ont eu leur salut grâce au trio de juges composé de Freddy Yèhouénou, Bayo Dassoundo et Hervé Alavo. C’est ce collège de juges qui a écouté les deux prévenus et a enfin retenu que le blanchiment de capitaux comme chef d’accusation ne saurait faire objet d’une poursuite particulière, puisqu’étant consubstantiel au trafic de drogue pour lequel la Cour d’appel a relaxé les deux prévenus.

Il a simplement ordonné la relaxe des deux individus et la rétrocession de leurs biens numéraires saisis depuis vendredi passé, où ils ont été cueillis après la décision de la Cour d’appel qui les libérait. Cette décision, faut-il le préciser, a été rendue contre la volonté du parquet qui a requis

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 12
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 5 mois

    La justice beninoise m’épate de plus en plus , adjaka l’intrépide , bravo, la maison justice dont tu es le fer de lance , est un vrai rempart contre l’installation de l’autocratie des ruptu.c.ons au benin , sans oublier notre cour constitutionnelle présidée par holo , quant à l’assemblée nationale, c’est la honte presque totale ( absous nos 23 ou 24 deputés rebelles et indépendants )

  • Avatar commentaire
    magbedo 5 mois

    C’est triste pour mon pays. Les députés doivent impérativement revoir la loi contre la répression des trafiquants de drogue. Que veulent ces juges pour les populations béninoises? Savez que le trafic de drogue entraine l’insécurité et la violence sous toutes ces formes, et même la perte des valeur de la jeunesse.
    Que la loi soit revue pour une punition sévère.
    Tout individu quel qu’il soit impliqué petitement dans une affaire de trafic de stupéfiant doit être puni d’abord de 15 ans d’emprisonnement avant même son jugement. Il faut la répression soit sans pitié. Ce qui se passe au Bénin commence par devenir inquiétant. Le trafic de drogue est un crime. La jeunesse béninoise et le peuple béninois sont menacés.

    • Avatar commentaire
      aziz 5 mois

      La repression de la drogue..est indispensable et nécessaire et ceci..partout.

      Mais..les pays..les plus nantis que nous avec..des moyens conséquents…n’ont pas arrivé au bout du fléaux…et que peut donc..un pays comme le benin..

      la pauvreté,la cupidité et certaines tares…sont l’essence meme de ce fléaux..

      Pour le cas d’espece..ici au benin..rien ne prouve..que ces indiens..comme adjavon sont coupables

      Moi..je pense…que c’est un moyen…pour le clan talon..aidé par des barbouzes inexpérimentés..de liquider..un faiseur de roi..et de piquer une affaire juteuse….

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 5 mois

        Cela fait penser au singe qui a une banane dans sa bouche et deux dans chacune de ses mains et qui ne sait pas par laquelle commencer. Pure gloutonnerie !

  • Avatar commentaire

    Qui viendra investir au Bénin avec cette façon d’éliminer les concurrents? Affaire cocaïne, de blanchiment etc…

  • Avatar commentaire
    Amaury 5 mois

    C’est une bonne nouvelle pour la justice béninoise. Tout espoir n’est donc pas perdu.
    La justice est et sera toujours le dernier rempart contre toute arbitraire, brimade et autre pouvoir absolu et personnel.

  • Avatar commentaire
    Africano 5 mois

    Tout cela démontre qu’ils sont harcelés. On a l’impression qu’on veut les maintenir en prison afin de s’accaparer de leur business. C’est une honte et ça ternit l’image du Bénin

    • Avatar commentaire
      Karl 5 mois

      Africando, vous dites “afin de s’accaparer de leur business? “Non, Talon est en plein dédans désormais par le bais de son épouse. Elle est désormais exportatrice du noix de cajou. Vous comprenez alors pourquoi on s’acharne contre les deux pauvres Indiens qui, avant leur arrestation, étaient des pionners dans le secteur. Pauvre pays qui s’est fait avoir par cette bande d’arrivistes. En agissant ainsi, ils peuvent être sûrs qu’aucun investisseur ne viendrait jeter son argent par la fênetre dans ce pays. Leur PAG restera toujours un document toffoué.

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 5 mois

        Alors la technique consisterait à faire la liste des affaires qui marchent dans le pays pour les rafler à ceux qui les détiennent. Bravo Patrice Talon.
        Les Yayi Boni ne faisaient que de petites affaires avec Mme Yayi Boni qui importait e vendait les casques pour moto. Obligation avait été faite à tous ceux qui possédaient une moto d’acheter ces casques sous peine d’amendes. On les critiquait mais avec Patrice Talon Yayi Boni et sa femme passent pour des débutants côté business, n’empêche qu’ils inauguraient une pratique inconnue de tous nos autres présidents. Vous imaginez Mme Macron en femme d’affaires ?

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 5 mois

    Et rebelote, les deux indiens cessent de limer les bareaux de la prison et retrouve leur liberté mardi vers 2 heures du matin.c f.

    • Avatar commentaire
      aziz 5 mois

      Cahin caha…les beninois..recouvrent..leur droit légitime..à une justice juste…avec des juges..qui disent le droit

      On ne peut que s’en féliciter…

      Sous yayi..ces juges..ont pu défier le pouvoir…et sous talon..ils continuent…et je dis bravo

      En effet..la justice..parait de plus en plus etre…le dernier rempart…par rapport..aux brimades,aux chasse au sorciere,aux réglements de compte…et autres tares

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 5 mois

        Beaucoup d’erreurs de débutant depuis un certain temps. Que font-ils au juste en conseil de ministres ? Les gens n’en peuvent plus ! La justice aussi vient de montrer son incapacité ! Bien sûr ces deux indiens savent que chez eux en Inde il y a pire car la plupart du temps c’est deux poids deux mesures. L’état beninois n’étant pas un état voyou, il urge de mettre les choses à plat et de dire la loi rien que la loi.