Bénin : le gouvernement réduit les frais de transit des véhicules d’occasion

Bénin : le gouvernement réduit les frais de transit des véhicules d’occasion

Par arrêté interministériel signé du ministre des transports Hervé Hèhomey et de celui des finances Romuald Wadagni, le gouvernement du Bénin a autorisé une baisse d’environ 25% sur les taxes appliquées aux véhicules d’occasion.

Réformes de la santé au Bénin : La rupture confirme la gouvernance de l’opacité

Alors que les ventes étaient quasiment au ralenti, dans le rang des importateurs, la mesure est salutaire. Ils passent de 400.000 à 305.000 FCFA.

Les frais de transit des véhicules d’occasion ont été revus à la baisse pour le grand bonheur des acteurs de la filière, au Bénin, comme partout dans la sous région. Pour la plupart d’entre eux, les importateurs s’accordent à reconnaître le bien fondé de cette décision du gouvernement. Cette mesure est mise en application depuis le jeudi 06 juillet dernier.

En souffrance depuis l’avènement au pouvoir du président Patrice Talon, la filière véhicule d’occasion va reprendre du poil de la bête.

C’est un cadeau du ciel

Cette réduction sur les frais de transit des véhicules d’occasion n’est pas encore connue de tous. Bientôt, la clientèle ayant délaissé le port du Bénin au profit de celui de Lomé ou d’ailleurs, va revenir au port de Cotonou. A en croire le Président de la fédération des acteurs de la filière des véhicules d’occasion du Bénin Félix Gbaguidi, cette nouvelle donne arrange les importateurs du Bénin.

« C’est un cadeau du ciel qu’ils ont reçu. A Lomé, 300 mille. Celui qui va quitter le Nigéria pour Lomé, il va se loger à l’hôtel. Toutes ces dépenses là. Or, il quitte le Nigéria et s’arrête ici à Cotonou. Il paye 305 mille francs pour sortir son véhicule, qu’est-ce qu’il va aller chercher  à Lomé ? », a-t-il fait remarquer sur radio Frisson.

Le Bénin doit négocier avec le Nigéria                

Le trajet Cotonou-Lagos passant par la frontière de Sèmè-Kraké, depuis un moment, a été interdit de passage aux transporteurs de véhicules d’occasion. Cette décision émane du gouvernement nigérian. Pour cela, Félix Gbaguidi propose : « Il faut que le chef de l’Etat aille voir le président du Nigéria pour qu’on puisse ouvrir la douane. Parce que beaucoup de nos clients n’aiment pas passer par les voies frauduleuses. ».

Il est à rappeler que la crise de la filière est née suite à la chute du Naira au Nigéria, assortie de cette interdiction d’importation de véhicules d’occasion par voie terrestre dans le pays, venant du Bénin. Cette baisse de devise a considérablement influé sur l’économie béninoise, dont l’une des conséquences directes est la paralysie du secteur véhicules d’occasion.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    cletus 1 mois

    Bonjour. Moi c’est celtes je suis au Cameroun. J’aimerai savoir comment se passe le processus de dédouanement des véhicules au bénin. Des véhicules à mettre en transite pour le Cameroun. Quel sont les frais à prévoir .les Véhicule passent de nouveau au Nigeria?

  • Avatar commentaire
    Gouverneur 2 mois

    J’ai du plaisir à lire les commentaires sur ce forum. je ne peux m’empêcher de dire mon admiration à tous. Ce matin je pense particulièrement à Aziz qui a servi une bonne d’humour, en tout cas très bien pour moi, pour lancer ma journée

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 2 mois

    Le gouvernement a dû faire ses calculs et a dû certainement trouver qu’il était plus profitable de taxer des chiffres d’affaires en hausse que de gratter des revenus régulièrement en baisse du côté des importateurs. Mais la question de l’environnement ne se pose pas car nous ne sommes pas encore à la protection de la santé des beninois. Des idées simples peuvent faire leur chemin. De grands garages d’état qui pourraient procéder au contrôle technique et à la mise aux normes de ces véhicules diesel ou essence ne coûteraient que quelques millions et rapporteraient beaucoup à l’état et sur le plan de la santé de nos compatriotes. De plus l’embauche et la formation de vrais mécaniciens permettrait de réduire le nombre de “sans emploi” pour ne pas dire chômeurs. Dans nos pays sous développés c’est cette vue à court terme qui empêche les progrès et freine le développement.

  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    Il faut..aussi diminuer..les droits de douanes pour les véhicules…en consommation interne….

    Ainsi..donc..nos amis du forum..peuvent changer..leurs montures et nous éviter..les go slow…qu’ils nous créent..dans la circulation..

    Amaury..avec sa mercedes..200d..des années..1975

    Agadjavi..avec sa r4..

    Tundé..avec sa citroen..ami 8..

    Segni..avec sa r12..qu’on attribuait..aux sous prefet..pendant la révolution..

    Joe…sa 403..bachée…dont on ne trouve plus les pieces..

    La foudre…avec..sa toyota starlett..qui est sous cale…depuis 5 ans

    Hihihihi kikikiki

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      Précision de taille.

      La voiture..403 bachée de joeleplombier…se démarre avec une manivelle…et avec un apprenti chauffeur…tenant une grosse cale en bois…dont le role…est de sauter de l’érriere du véhicule…encore en mouvement…et mettre la cale…au niveau des pneus arrieres

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 2 mois

        Je vois que notre ami Aziz national s’est bien remis de ses frayeurs puisqu’il a retrouvé son sens de l’humour dans toute sa plénitude… Tant mieux.

        • Avatar commentaire
          aziz 2 mois

          Frayeurs….?!….c’est ce que tu dis doucement…comme ça..?

          Je rentre demain..en alsace..le temps..qu’ils finissent avec..avec les conneries

        • Avatar commentaire
          aziz 2 mois

          Une deuxieme précision…mes amis…que j’aime bien…ollah et gsm…eux..ils roulent avec…les anciennes…voitures..reformées…les fameuses voitures noires…des camarades… memmmmmbres..du comité central du prpb…

          Hihihihi kikikiki