Bénin – Mairie de Ouidah : « Sévérin Adjovi est parti et bien parti. », dixit Roger Gbégnonvi

Bénin – Mairie de Ouidah : « Sévérin Adjovi est parti et bien parti. », dixit Roger Gbégnonvi

Après plusieurs tentatives de destitution déjouées, Sévérin Adjovi a été finalement écarté de la tête de la mairie de Ouidah vendredi dernier. Roger Gbégnonvi, s’en réjouit, mais souligne combien le maire Sévérin Adjovi a été pour Ouidah un grand échec.

Destitution du maire de Ouidah : La maladie du maire n’a pas freiné l’ardeur du préfet, selon Henri Agossa

« Oui cela était dans l’air depuis la première fois que nous l’avons loupé. », a déclaré Roger Gbégnonvi. Il fait bien partie des frondeurs qui ont souhaité que le maire Sévérin Adjovi s’en aille.

En effet, la première tentative de déchoir le maire de Ouidah s’est soldée par un échec pour les frondeurs. Roger Gbégnonvi donne les raisons. « Il nous a manqué un 13 ème apôtre. Aujourd’hui, au lieu de 13 apôtres, on en a eu 15 et il est parti et bien parti. ».

Il y avait 3 conseillers jusque là resté fidèles à Sévérin Adjovi en plus de lui-même, ce qui faisait 4. Et c’est cette frange qui a maintenu le maire déchu dans ses fonctions tout le temps qu’à duré la polémique.

Malheureusement pour lui, le dernier vote de vendredi dernier convoqué par le préfet de l’Atlantique a donné un autre tableau. 2 des 3 soutiens de Adjovi se sont alignés derrière les frondeurs ; ce qui a concouru à le démettre de son fauteuil de maire de Ouidah.

Nous venons d’échouer doublement

Roger Gbégnonvi est revenu sur la gestion du maire déchu Sévérin Adjovi qu’il qualifie de catastrophique. « Il est parti. Et permettez-moi de vous dire, alors que je suis dans le camp de ceux qui ont demandé et obtenu  son  départ, j’ai le sourire et le triomphe modérés. Parce que nous venons d’échouer doublement. ». Pour lui, le maire Sévérin Adjovi ne méritait pas la confiance placée en lui. Il a maintenu Ouidah dans l’immobilisme. Rien n’a progressé le temps que Adjovi a passé à la tête de la mairie.  En cela réside le premier échec.

Plus inquiétant, le développement de la commune de Ouidah, surtout de la ville a pris un coup grave. C’est un recul total, martèle Gbégnonvi. « Une ville qu’il aurait du prendre par la main pour lui dire lève toi on avance ! Non seulement, il l’a maintenue dans l’immobilisme, mais aussi, il l’a fait reculer.  ».

Sévérin Adjovi n’est plus maire de Ouidah. Qui d’autre pour le remplacer ? Pour le moment, rien n’est encore précisé. Mais, sous peu, le conseil communal se réunira pour décider de qui va conduire désormais et jusqu’en 2019, les destinées de la ville historique de Ouidah.

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    aziz 3 semaines

    Allomann..

    Il faut laisser ce petit..là

    Meme une armée de thiantacoune,de baye fall,et de milices de modou kara..ne peuvent m’attraper dans dakar..

    Il oubli..que je coure tres vite..

    usain..bolt…c’est petit…!!!

    En plus..au mole 1..à pettersen,et et sur le boulevard lamine gaye..j’ai quelques amis..halpular…des durs à cuire

  • Avatar commentaire

    https://www.24haubenin.info/?Communique-Presidence-de-la-Republique-du-Benin

    Une seule question : notre pays a y-il encore un président ?? Merci de vos réponses..

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 3 semaines

    Vous avez réclamé sa tête sur un plateau d’or. Elle vient de vous être offerte. En avant dorénavant le développement de Ouidah. Ne revenez surtout pas nous dire dans quelques mois que plus rien ne marche.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 semaines

    Est-ce que ce gbegnonvi a un mandat de conseiller communal ?
    Il a une belle plume certes , mais fouille- merde , caractériel , frustré, c’est peut-être celà qui a justifié sa mise à la porte du gouvernement yayi boni , mais avant du séminaire .
    Ce gbegnonvi serait utile en écrivant un peu sur l’absence de talon sur la scène nationale , sur le PAG qui bat de l’aile , sur le budget 2017 qui ne sera pas réalisé, sur la baisse drastique du budget 2018 , sur ce qui se passe à la RB etc etc
    Au passage , qu’il n’espère plus jamais avoir un strapontin ministériel , même avec l’es.c.r..o.c de talon

    • Avatar commentaire
      Edo Agonglovi 3 semaines

      Oui ! Oui Adjovi est bien parti . Tant mieux . Au fait que gagne Roger Gbegnonvi dedans ? Quand il a été ministre sous Yayi quelle a été sa performance ? C’était de donner une liste de langues nationale a valoriser dans les écoles. Même lés langues impopulaires. C’était pour plaire a Yayi et maintenir son poste. Alors que sa position de haut cadre universitaire ne sied pas pour ce poste
      Aujourd’hui c’est la destitution de Adjovi qui fait sa joie. C’est pour faire un clin d’œil a Talon.
      Adjovi ! Laisse le pouvoir au nouveau bon samaritain. Avec Talon ils vont construire un

  • Avatar commentaire
    aziz 3 semaines

    roger gbeyonvi…!!! encore lui et toujours lui

    Prétentieux,le monsieur qui sait tout..est cas..

    Il se veut intellectuel pur..avec ses contorsions sémantiques que lui seul comprend…et qui d’ailleurs cache toujours une certaine condescendance

    Ils sont tous jaloux..de adjovi…qui a reussi sa vie…meme si c’est avec des methodes…douteuses

    Pourquoi..il s’en merde ..meme avec la politique..?

    • Avatar commentaire
      ALLOMANN 3 semaines

      Mon cher @Aziz, Adjovi a certainement réussi sa vie avec les méthodes que l’on sait….Mais, à l’évidence il a échoué à faire progresser la cité historique de Ouidah. ……A propos de Gbegnonvi, j’avoue que c’est un intellectuel de haut vol qui pproduit et qui n’a pas peur de s’exprimer sur tous les sujets tabous de notre foutu pays….Tiens, sa dernière prose porte sur la démographie galopante au Benin ….où des parents irresponsables prennent prétexte de la gratuité populiste de la césarienne et de l’école primaire décrétée par le triste Yayi Boni pour proliférer à tout va….En 1974, l’année où je passais le bac, on dénombrait 3,5 millions de béninois.. .aujourd’hui. .10 millions d’âmes (je cite Yayi Boni)…sans aucune politique de maîtrise en place…
      @Aziz, le snack non loin de la Mairie de Dakar, c’est bien l’Imperial????…ou bien????

      • Avatar commentaire
        aziz 3 semaines

        Dans l’angle… immeuble gili baye…à coté de l’agence de voyage..royal air maroc…

        • Avatar commentaire
          Agadjavidjidji 3 semaines

          Je tiens enfin une occasion rêvée de te faire kidnapper par mes cousins Thiantacounes pour te faire payer tes tirades répétitives contre Hercules & les Fons.

          Tu es cuit!!!!

          • Avatar commentaire
            aziz 3 semaines

            j’irai la bas..avec mes freres du fouta..donc

          • Avatar commentaire
            ALLOMANN 3 semaines

            @Agadjavi, on va continuer à nous étriper sans concession sur le forum, mais dans la vraie vie, la solidarité doit être de mise, surtout à l’étranger..Et puis, sache que @Aziz se meut à Dakar incognito, parmi ses frères du fouta djalon et du fouta toro. ..Par ailleurs, sous ses faux airs de régionaliste endurci, il doit être sympa…je présume,.à l’instar de mon meilleur ami au Lycée Behanzin, le peulh Abdoulaye Diallo….que je n’ai jamais oublié.. ..On se retrouvera un de ces quatres, pour déguster une bonne bière. ..afin d’atténuer les ardeurs de la canicule naissante à Dakar…

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 3 semaines

        ALLOMAN et gbegnonvi sont ils malthusiens ? C’est triste ce raisonnement , faire un corollaire d’une démographie galopante , avec l’école gratuite et la gratuité de la césarienne ; si vous êtes eunuques ou avez subi l’ablation de vos testicules est-ce le problème des beninois ! Foutez le camp

        • Avatar commentaire
          Agadjavidjidji 3 semaines

          Olla…

          Laisses le petit doigt de Gbegnonvi et focalises toi sur la lune qu’il indexe. Adjovi a-t-il été oui ou non nuisible à Ouidah????

          Epargnes nous de tes sauts d’humeur de dimanche soir.

          • Avatar commentaire
            OLLA OUMAR 3 semaines

            Agadjavi , que ce gbegnonvi se mette son petit doigt profond là où je pense