« Tous au Fitheb »: « Mètohwendo » sur la trace des ancêtres

« Tous au Fitheb »: « Mètohwendo » sur la trace des ancêtres

La Compagnie Cotonou cirque (Ccc), ouvre le bal de la programmation du mois de juillet dans le cadre du projet « Tous au Fitheb » avec son spectacle titré « Mètohwendo ».

« Tous au Fitheb » : Douze spectacles pour le mois de mai

A travers cette représentation exécutée dans la salle bleue du Fitheb le mardi 4 juillet dernier à Cotonou, le groupe a sensibilisé les spectateurs sur la nécessité de préserver les valeurs endogènes.

La Compagnie Cotonou cirque (Ccc), sensibilise sur l’importance de la conservation des rites endogènes avec son spectacle titré « Mètohwendo ». C’est à travers une représentation plutôt riche que le groupe a porté le message à la connaissance des spectateurs de la salle bleue du Festival international de théâtre du Bénin, dans la soirée du mardi 4 juillet 2017. Mis en scène par Nidal Amoussouvi Dossavi, « Mètohwendo » démontre que les rites endogènes sont à perpétuer malgré la civilisation occidentale.

Pendant près d’une heure horloge, les membres de la  Compagnie Cotonou cirque ont su allier théâtre, danse, sketch, acrobaties ainsi que de la magie, pour faire passer son message. Caractérisé par des membres jeunes et forts, le groupe n’a pas eu de mal à exécuter ses tableaux pour le plaisir des spectateurs, et ce en deux temps.

La partie théâtrale

« Mètohwendo », c’est l’histoire d’un jeune homme rntré de l’étranger après le décès de son père qui n’est nul autre que le roi de son village. Et comme le recommande la coutume du village, l’un des fils du roi doit lui succéder au trône. Suite à des disputes entre les frères pour la succession, les sages du village ont consulté l’oracle pour mettre fin à la discorde. Contre toute attente, c’est le dernier fils du roi ‘’Akowé’’ qui est désigné par l’oracle pour devenir roi, et par respect pour la tradition les autres frères se sont soumis à la décision de l’oracle et ont accepté leur petit frère comme roi. Mais une fois intronisé, ce dernier a boycotté les traditions et imposé à tout le village des « valeurs » importées. C’est alors que le village tout entier sombra, et que la misère, la mort et la famine, sont devenues le quotidien des habitants. De nouveau consulté, l’oracle révèle que cette situation est causée par le jeune roi qui semble ignorer la nécessité d’honorer les rites endogènes et les sacrifices annuels pour le maintien de la quiétude dans le village. Dépassé par les événements, le roi n’a pas eu autre choix que de revenir sur ces décisions pour sauver son peuple. Il s’est ravisé et a instauré un sacrifice d’urgence pour supplier les ancêtres de son comportement.

Tout ceci a été représenté aux spectateurs avec de courtes transitions en danses cérémoniales, précisément du ‘’akonhoun’’, pour faire référence à la royauté dans le plateau d’Abomey.

Le cirque…

Après avoir fait passer le message du jour avec la partie théâtrale, le groupe a amusé le public à travers sa spécialité, le cirque. Le public a eu droit à des tableaux d’acrobaties parfaitement exécutés et des tours de magie… Les spectateurs émerveillés par l’apparition de deux colombes sur scène se sont extasiés, avec force cris et applaudissements. Jongleries avec des bâtons enflammés, des chapeaux de paysans et d’autres objets…. jeux d’équilibre sur vélos à une roue, etc. ont également meublé cette partie du spectacle.

Commentaires

Commentaires du site 0