Hélicoptère TY-ABC de la Sobeh : Comment il a été détourné pour les voyages de Yayi (partie 2)

Hélicoptère TY-ABC de la Sobeh : Comment il a été détourné pour les voyages de Yayi (partie 2)

Censé être utilisé pour déplacer les agents qui font les forages sur les côtes béninoises, l’hélicoptère acquis a été habilement « détourné » de l’usage commercial auquel il était destiné.

Achat de l’hélicoptère Ty-Abc au Bénin: Un véritable scandale financier

Acheté courant février 2014 et ramené au pays, c’est en juillet que l’hélicoptère immatriculé TY-ABC sera opérationnel avec le recrutement d’un pilote et d’un mécanicien civils pour s’en occuper tel que décidé par le conseil des ministres du 14 juillet 2014.

Pour ce recrutement, la SOBEH n’a pas cherché trop loin. Grâce à ses contacts, elle a réussi à toucher une société pétrolière au Nigéria qui l’a aidé à prendre contact avec AERO SUPPORT LLC dont le siège est à Delaware aux Etats- Unis. Cette société spécialisée dans l’exploitation des hélicoptères a signé le 24 août 2014 un contrat avec la SOBEH. C’est grâce à ce contrat qu’AERO SUPPORT LLC a mis à la disposition de la SOBEH un pilote et un mécanicien spécialisés en  hélicoptères. Il s’agit d’Eric Olivier Duprez, pilote d’hélicoptère et de Yves Maleplate, mécanicien.

Tous deux sont des français et exerçaient à Port Harcourt au Nigéria.  Mais Eric Olivier Duprez précise être venu au Bénin pour la première fois en Juin 2014 pour « checker » le premier hélicoptère avant de démarrer effectivement en aout de la même année. Mais une fois sur place, les trajectoires de l’hélicoptère immatriculé TY-ABC ont changé. Au lieu de transporter les agents des firmes pétrolières sur les plates formes en haute mer où se font les forages, l’hélicoptère a commencé à faire des déplacements de Cotonou vers les autres villes du pays avec souvent à bord le président Boni Yayi.

Olivier Duprez qui ne se rappelle plus de la date du premier vol raconte que c’est le colonel Soulé Abou alors Directeur du cabinet militaire du Chef de l’Etat qui l’a contacté pour déplacer le Chef de l’Etat vers une ville du septentrion. Et c’est ainsi que de jour en jour, l’hélicoptère a commencé à servir aux déplacements du Chef de l’Etat en laissant de côté la cause pour laquelle il a été acheté.

En vérité, tout a été fait pour que l’hélicoptère ne serve jamais à cette fin. En effet, selon le code de l’aviation civile béninoise, les normes requises exigent qu’avant que l’hélicoptère ne soit amené à voler et à être exploité pour des fins commerciales,  il lui faut avoir un certificat de navigabilité qui est « le document attestant qu’un aéronef est apte à faire une navigation aérienne ».

En plus, la structure qui l’exploite doit détenir un Permis d’exploitation aérienne(PEA), « document délivré à une entreprise par l’autorité aéronautique civile d’un Etat attestant que l’entreprise concernée possède les capacités professionnelles et organisationnelles pour assurer l’exploitation d’aéronefs en toute sécurité. Mais la délivrance de ces documents par l’Agence nationale de l’aviation civile(ANAC) requiert certaines exigences auxquelles doit se conformer la SOBEH.

Le certificat de navigabilité délivré par le constructeur n’est valable et n’est validé que s’il est accompagné d’un contrat de maintenance avec une structure agréée. Mais son obtention n’a pas été facile parce que la SOBEH n’a pas daigné signer aussitôt, le contrat avec la société de maintenance basée au Nigéria.

« La SOBEH n’a signé ce contrat qu’après que l’hélicoptère parti pour un check up régulier ait été immobilisé à Port Harcourt après le refus de Aerocontractors Company of Nigéria ait attendu la signature du contrat qui ne venait pas », raconte M. Duprez qui ajoute que pendant des mois, l’hélicoptère a volé sans le moindre papier puisque la SOBEH hésitait à signer le contrat de maintenance.

Pour le PEA, selon nos investigations, aucune démarche n’a été faite  par la SOBEH. Cette information a été confirmée par M. Prudencio Béhanzin, Directeur Général de l’ANAC qui nous a confié que « la SOBEH n’a jamais été détenteur d’un PEA ». Selon le Règlement numéro 6 de l’aviation béninoise (RAB6), « l’exploitant doit avoir désigné des responsables acceptables par l’ANAC pour l’encadrement et la supervision des domaines suivants : les opérations aériennes, le système de maintenance, la formation et l’entrainement de l’équipage, les opérations au sol, le système qualité… ».

Sans le PEA, l’hélicoptère est donc d’usage privé. Et désormais il sert de moyen de déplacement au président Boni Yayi. Chose curieuse, pendant ce temps, la SOBEH continuait toujours à payer chaque mois près de 100 millions à louer auprès Bristow Helicopters Nigeria Limited des hélicoptères pour le déplacement des agents. Duprez dit avoir longtemps poussé les responsables de l’ANAC et le ministre Kassa pour se faire délivrer le PEA mais rien n’a bougé. Au contraire, il a été parfois réprimandé et ses courriers aux autorités, le Chef de l’Etat en l’occurrence, sont restés sans réponse.

« J’ai compris que personne n’en voulait. Tant que la situation restait en l’état, tout le monde en profitait. Kassa utilisait aussi l’hélicoptère pour des fins privées dès que le président avait tourné le dos. Serait-il intéressant de parler de tous ses déplacements privés Cotonou- Bassila dès que le président avait quitté le pays ? Je pense que cela le mettrait très mal à l’aise », accuse le pilote.

Le ministre Kassa s’en défend. Joint pour opiner sur la question, il a répondu ironiquement que c’est par manque de clients qu’il a décidé de le mettre à la disposition du chef  de l’Etat. « Quand vous n’avez pas de contrats, il faut trouver des moyens pour chauffer l’appareil », a-t-il dit. A la SOBEH où on cultive une sorte d’omerta sur le dossier, le directeur général Michel Saka n’en sait pas grande chose. Son prédécesseur Jean-Jacques Atchadé qui a géré tout le dossier refuse aussi d’en parler.

« Je suis en retraite et je n’aimerais pas parler de ce dossier, allez voir mon successeur », nous a-t-il dit.

Seule une source anonyme en a parlé : « Une fois acheté, l’hélicoptère a servi au déplacement des autorités, je pense que c’est le but secret visé depuis le début. Les opérations pétrolières ont juste servi d’alibi pour l’achat ».

Vers un procès inutile

Le 25 mars 2016, soit trois mois après le crash, le directeur général (DG) de la SOBEH d’alors Jean Jacques Atchadé envoie un courrier au DG de Aero support LLC en la personne du pilote Eric Duprez, pour lui notifier la résiliation du contrat de travail en citant l’article 3 dudit contrat qui parle des obligations contractuelles découlant de l’exploitation de l’hélicoptère.

Il cite également les articles 1328 et 1328.1 du code civil de 1804 et affirme que chaque partie  est libérée de ses obligations contractuelles étant donné que l’aéronef est irréparable. Le 29 mars, dans sa réponse, Eric Duprez affirme que la SOBEH gère deux hélicoptères et que l’indisponibilité de l’un ne peut entrainer la résiliation du contrat. Qu’en plus, il n’est écrit nulle part dans le contrat que l’accident de l’hélicoptère allait entraîner la résiliation des contrats du pilote et du mécanicien et que si résiliation il doit avoir, ce dernier doit être fait par chacune des parties après un préavis de six mois notifié par écrit.

Il l’invite aussi à payer les six mois d’arriérés de salaires prescrits selon le contrat. Dans une lettre adressée au DG SOBEH le 11 avril 2016, Me Lionel Agbo, avocat de Aéro LLC support réclame pour ses clients la somme de 83.318.460 F CFA. Depuis, Eric Duprez et son compatriote Yves Malplate n’ont reçu aucun kopeck. Installé depuis plusieurs mois à Dakar, Eric Duprez affirme avoir saisi le tribunal commercial de Paris- juridiction choisie de commun accord avec la SOBEH- pour se faire rendre justice. Le Bénin risque gros et pourrait perdre beaucoup d’argent.

Commentaires

Commentaires du site 14
  • Avatar commentaire
    Sonagnon 4 mois

    Si moi après réflexion je me suis opposé au candidat de Yayi Boni, c’est justement parce que je pense que des gens doivent rendre compte à la justice.
    Et moi, je n’ai pas soutenu Lionel Zinsou pour ces raisons. Donc que la justice s’intéresse à la gestion Yayi Boni, cela va de soit.
    Seulement, le régime Talon n’est pas qualifié pour juger Yayi Boni.

    Ce n’est pas en sortant les dossiers de Yayi que nous allons perdre de vue que l’urgence aujourd’hui, c’est de mettre Patrice Talon hors d’état de nuire!!!
    Je suis conscient que Yayi Boni a échoué, et il doit répondre devant la justice, si nécessaire.
    Aujourd’hui le Bénin a une autre priorité c’est d’arrêter le ridicule dans lequel nous nous trouvons avec l’escroc de Talon.

  • Avatar commentaire

    Jean et tundé sont tombés sur la tête ; voilà un hélico payé à grand frais , en sous emploi , Yayi boni l’emprunte pour visiter le bas peuple du pays profond , inspecter les nombreux travaux de construction de route , de ponts , d’hôpitaux etc etc , au risque de sa vie , et il se trouve des ” scrognegneux ” comme tundé qui veulent en faire un procès , si votre es.cr.oc de talon , est claustrophobe, peureux , pour l’emprunter l’hélico , c’est son problème

  • Avatar commentaire
    Jean 4 mois

    OLLA OUMAR,
    Lorsqu´il s´agit des dérives de Yayi Boni, tu restes muet.
    Je te comprends, ainsi va l´honnêteté intellectuelle au Bénin.
    A chacun de tirer ses conclusions.

    • Avatar commentaire
      Tundé 4 mois

      Olla et les autres vuvuzelas vont restés muets . Ils sont en complicité de crimes. Ou sont les gont gont et les autres barbouzes du système ?
      Amaury est en repos médical, certainement.
      Il y 7 ans, dans ces contradictions, je disais à Sonagnon qu’une vendeuse d’akassa à tokpa raisonne bien mieux.
      Notre Napoléon 1 imbu de ses charabias n’a toujours rien à dire ? Depuis 3 jours que ces articles bien structurés pleuvent pour nous convaincre que ce pays à connu un tsunami économique par le yinwelandisme d’un ivrogne imbibé dans le culte de sa personnalité ! !!
      Dites moi , comment peut-on remettre à l’endroit, un tel pays sans des réformes fortes, brutales ?
      Ceux qui critiques ce gouvernement de la rupture , sont des rigolos qui n’ont pas le sens patriotique.
      Yayi a rasé l’éthique, la morale, l’économie, les finances, l’administration, la santé et l’éducation du Bénin pour 50 ans !!!! Il avait instauré une mafia socio-politique régionaliste
      En lieu et place de vos critiques, ce gouvernement doitente être encouragé

      • Avatar commentaire
        aziz 4 mois

        Ta mauvaise foi..

        Ta malhonneteté..

        Tes contorsions sémantiques..pour eviter de voir la realité en face..

        Ta condescendance et ton air hautain du spécialiste sortit tout droit de science po..

        Dis je ne vont pas ébranler dans nos convictions..

        Tu es hélas le seul…à ne pas faire un lien..entre talon et yayi boni..

        Qui sont ces gens là…qui ont amené yayi au pouvoir..par le lobbying,par la logistique,par le concours financier…avec une arriere pensée…non dissimulée.

        Qui a formé tous les gouvernements de yayi..

        Qui en était le premier beneficiaire…

        Qui parmi..les auto proclammés spontanés..n’ont pas géré le pays…avec yayi..en dehors de abt…

        Alors venir faire le procès de yayi…en ignorant les autres…eh bien mon gar…tu nous prends…pour des blaireaux…n’est ce pas

        Un hélico…qui s’écrase…n’est pas quelque chose d’extraordinaire

        Enfin…autour de nous voyons..bien..des regimes qui s’accrochent..éternellement au pouvoir…eh bien disons merci…à yayi…d’avoir eu la sagesse de respecter la const…

        Il avait tous les moyens..de garder..le pouvoir autant qu’il le voudra..

        Sujet tres serieux….à méditer

        • Avatar commentaire
          Tundé 4 mois

          @Aziz

          Donc le chef de la pegre Yayi est un nain qui s’est fait manipuler tout en temps ? Quelle ineptie!!!!

          Il faut être le dernier des abrutis pour laisser faire autant de forfaits dont la responsabilité vous incombe. C’est tragiquement sinistre ce vous décrivez là !!

          Si Talon est parvenu à ce que vous dites, ce serait une preuve qu’il présente intelligence supérieure dont il faut tenir compte.

          Enfin, je me détache toujours des rumeurs et des ragots courant les rues d’un pays ou là jalousie, la haine et le cynisme ont fait le lit des compétitions. Voilà pourquoi, je ne vous suivrez pas dans vos allégories qui tentent de disculper ce magnifique vaut rien que le destin avait propulsé à la tête de ce pays,

          Comment peut-on gouverner le Bénin en faisant abstraction du désastre de la gestion de Yayi qui a tout destructuré sur son passage ?
          Quelle crédibilité peut avoir un état, quand un régime à su siphonner plus de 1000 milliards de ressources ?

          Je redemande aux critiques acerbes des piètres performances économiques actuelles, de m’apporter ses réponses.

          La SONAPRA a bouffé 20 fois son capital !!! Vous critiquez sa privatisation . On fait quoi avec ?

          Bénin Télécom avec le petit neveu à sa tête, il n’y a plus de capital, plus d’investissements, le DG paye à 5 millions . On fait quoi avec ?

          Le mouroir de CNHU , par une politique de course à l’enrichissement personnel des professeurs et autres personnels soignants, des trafics en tout genre y sont installés. On y trouve du viol des malades et des aidents jusqu’à la prostitution. …. On fait quoi avec ?

          Je peux continuer comme ca, toute la journée!!!!!!!!!

          Expliquez moi , comment peut-on en 15 mois, avoir des performances économiques dans un pays qui refusent, empêchent et décrient des réformes ?

      • Avatar commentaire
        Sonagnon 4 mois

        Quelqu’un qui soutien ce régime de Talon avec tout ce qui se passe, est disqualifié pour donner des leçons.
        TUNDE, pour moi manque de lucidité.

  • Avatar commentaire
    Tundé 4 mois

    Chapeau pour ce travail de LNT qui nous permet de retrouver les qualités d’un bon journalisme. Une belle investigation, bien détaillée et bien documentée.
    Je désespérais de Mr Foly qui s’engageait contre l’élu politique qui introduit une révision de la constitution.

  • Avatar commentaire
    Tundé 4 mois

    Yayi doit se rendre en prison lui même. On va le garder en preventive pour toutes les violations flagrantes de toutes les lois existantes et regissantes tous les domaines de la vie. Quelle loi m Yayi boni n’a pas violée ? Il a tué dagnivoh, il a violé les femmes d’autrui, il a violé les lois de finance, les lois électorales ont été profondément violées par un KO retentissant ! !!! Il a violé les lois de l’aviation internationale, les loiservices maritimes , les lois monétaires par ICC services,
    Oh mon coeur, un violeur dans tout ……..
    Quand il pleurait lors de la campagne, que Talon va le tuer et lorsqu’il se battait pour un 3eme mandat, il savait tout ce qu’on allait découvrir sur le prédateur violeur qu’il est .
    Yayi doit aller devant les tribunaux.
    Olla Oumar, aziz et les soufifres de sonagnon et de gou gou tô de Aumaury ouvrez vos yeux et soyez patriotes !!!!!!!
    Comment peut-on condamner un gouvernement qui succède à des pilleurs patentés du genre ? Kassa siphonne l’eau et prend l’hélico pour se rendre à Bassila!!! La Rupture ne va pas le couvrir ……

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 4 mois

      Il ne reste plus qu’à Yayi boni d’aller violer tundé , et OLLA OUMAR va l’´aider avec un manche à balais enrobé de piment fort ; tundé va aimer ça grave , “honvi ” qu’il est

  • Avatar commentaire
    aziz 4 mois

    On t’a dit qu’il souffre de la diarrhée…notre cher bien aimé yayi boni…le timonier national…?

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 4 mois

    YAYI BONI OU YAYA BONI , EN TOUT CAS IL AURA DU KA .KA OU CA. CA DANS LES FESSES EN CE MOMENT .
    DEPUIS 1960 , NOUS N’AVONS JAMAIS VU UN PRESIDENT AUSSI CONTROVERSE !