« L’esprit de défense »: L’ordonnance du Gl Félix Hessou pour guérir le Bénin et l’Afrique

« L’esprit de défense »: L’ordonnance du Gl Félix Hessou pour guérir le Bénin et l’Afrique

L’esprit de défense. Paru en deux tomes cette année même, 2017, sous la plume du général de division (Er) Tissou Félix Hessou et aux éditions L’Harmattan à Paris, cet ouvrage se présente comme un diagnostic du mal béninois et africain en général.

Création de la Force unique de sécurité intérieure au Bénin: « Une réforme bien pensée qui s’impose »

C’est aussi un ensemble de chantiers à exécuter pour enfin espérer un envol du Bénin et de tous les pays d’Afrique vers un mieux être durable. Il a été lancé vendredi dernier au camp Guézo à Cotonou. L’esprit de défense est le premier ouvrage inspiré au général de division (Er) Tissou Félix Hessou. L’œuvre publiée aux éditions L’Harmattan à Paris en cette année 2017, a été officiellement lancée le vendredi 28 juillet passé dans l’amphi théâtre Colonel Gaston Coovi du Camp Guézo à Cotonou.

C’est une publication en deux volumes «Une réflexion sur la source et le fondement du patriotisme», et «De l’expérience à l’espérance», respectivement de 188 et 122 pages. Sur ces pages aux formats A5, le général à la retraite transcrit noir sur blanc ses réflexions, pour que rayonnent dans son pays les rayons de «l’esprit de défense et de l’amour de la patrie», qu’il juge être l’essence d’un Bénin nouveau. Il s’agit de pertinentes analyses et projections faites sur la vie et le devenir de la nation béninoise, souligne l’auteur de la postface, Professeur Paul Adanhoumey Agbogba.

«Le mérite du général Hessou est de poser un diagnostic fouillé, clair et courageux, dans un style foisonnant et dru » soutient l’enseignant.

Mais au-delà, c’est à l’adresse de toute l’Afrique selon le général, parce que même-si la réflexion est partie du système béninois, la problématique abordée est la chose la mieux partagée sur le continent africain. «L’esprit de défense, c’est ma modeste pierre apportée à l’édification de la cité. […] L’ouvrage se veut être un plaidoyer en faveur de l’émergence d’une aube véritablement nouvelle, sur toute l’Afrique », confie-t-il.

«L’esprit de défense» en ‘’3D’’

Dans sa présentation du livre, le journaliste, écrivain et critique littéraire, Jérôme Carlos, met l’ouvrage dans une démarche qu’il appelle «les trois D». Il s’agit d’abord de la définition, le souci de clarifier les concepts pour bien fixer l’objet de l’ouvrage, indique-t-il. Ici, l’esprit est défini comme la vie parce c’est l’esprit qui confère l’énergie vitale à toute la création. La défense quant-à elle, est comme le système cohérent qui met en œuvre un faisceau de moyens d’actions concourant à la sauvegarde, à la conservation et à la protection de l’intégrité physique, morale et psychique, rapporte le présentateur.

« Au niveau d’une nation, la défense c’est l’effort de préservation de la santé d’un pays sur tous les plans, aujourd’hui et demain ; c’est aussi un engagement commun en faveur de la sécurité nationale, la volonté commune de construire la paix par une gouvernance de qualité», ajoute-t-il.

La combinaison des deux mots, devient alors un ferme engagement à sauvegarder des valeurs fondamentales et des intérêts supérieurs, qui concourent à l’unité et l’identité d’une nation, apprend Jérôme Carlos. «C’est l’énergie qui permet à l’individu de mieux gérer le patrimoine et de transmettre aux générations futures un héritage digne et de qualité… Elle transcende l’individu et le fait citoyen, […] pour servir la nation au prix de sa vie s’il le faut.». «L’esprit de défense repose sur trois piliers à savoir, l’amour de la patrie, la fierté de lui appartenir, et l’espoir de la promouvoir à travers un projet commun».

Mais l’auteur du livre montre dans la partie suivante comment plusieurs facteurs ont étouffé cet esprit chez le Béninois, et favorisé le règne d’un monde de plus en plus déshumanisé ; un monde matérialiste, de changement pour le changement, où l’on encourage entre autres le culte du chacun pour soi, le refus identitaire, la peur, l’exclusion, la corruption, la politisation à outrance et l’inconscience, l’errance politique… relève Jérôme Carlos. Le journaliste-critique retrouve ici le général dans une démarche de diagnostic. Le second D «C’est le souci de cerner la nature et la profondeur du mal béninois, mais africain» dira-t-il.

Que faire alors ? L’auteur de «L’esprit de défense» y répond dans le troisième D, le décollage.

«Il s’agit d’indiquer comment nous arracher au sol de nos turpitudes, pour prendre un envol vert le ciel, vers l’excellence […] pour que le Bénin se pare de la palette chatoyant de l’arc-en-ciel », mentionne le présentateur.

Le Bénin version général Tissou Félix Hessou

Les dernières réflexions livrées dans l’ouvrage dessinent le Bénin de rêve du général Tissou Félix Hessou, où les citoyens sont armés de l’esprit de défense. Il rêve, rapporte le critique littéraire, d’un pays de valeur et d’excellence, de vision et de création, d’innovation et de d’invention, de vénération du travail bien fait, de gouvernance éthique et morale, de justice et d’équité, de liberté et de bonne mœurs. Pour se faire, il propose dix chantiers. C’est l’appropriation et l’internationalisation de toute la symbolique de la république ; la reconstitution des références historiques ; la rénovation du système éducatif par la refondation de l’école ; la réévaluation et le repositionnement de la société et de la famille dans la formation et la prise en charge du citoyen.

Ce Bénin passe aussi par la valorisation des ressources humaines ; la promotion d’une presse libre, indépendante et responsable ; la promotion d’une diplomatie entreprenante, d’indépendance et de souveraineté ; la promotion d’une sécurité nationale au service de la république ; la reconstruction du système politique et démocratique, et la création et l’animation d’un centre d’étude et de recherche stratégique.

«C’est carrément un programme qu’il nous livre à traves ses réflexions» juge Me Robert Dossou, qui trouve très signifiant le lancement d’un tel livre à la veille de la célébration du 57ème anniversaire de l’accession du Bénin à la souveraineté internationale.

Cette fête, selon l’ancien président de la Cour constitutionnelle, ne doit pas être seulement un moment de festivité, mais aussi et surtout un temps que doivent saisir les Béninois pour faire le point de ce qu’ils ont fait depuis de tout ce temps d’indépendance.

A noter que la cérémonie de lancement de l’ouvrage a aussi été associée à la commémoration des 57 ans de la création des forces armées béninoises.

Commentaires

Commentaires du site 0