« Making Africa Work » : Un manuel pour booster les performances économiques de l’Afrique

« Making Africa Work » : Un manuel pour booster les performances économiques de l’Afrique

L’hôtel Azalai de Cotonou a servi de cadre, hier mercredi 26 juillet 2017, au lancement du livre « Making Afrika Work ». Ce livre partage des idées pratiques sur comment faire décoller les performances économiques de l’Afrique et assurer sa croissance au-delà des matières premières.

Africa-France : Lionel Zinsou promeut l’idée de réseau entre jeunes leaders africains et français

C’était à la faveur d’une cérémonie organisée à cet effet, par la Fondation Konrad Adenauer et celle de Brenthurst. Dans la matinée d’hier mercredi 26 juillet 2017, a eu lieu à l’hôtel Azalai de Cotonou, la cérémonie de lancement du livre « Making Afrika Work ».

Composé de 11 chapitres et subdivisé en deux parties, ce manuel montre des stratégies qui ont réussi ailleurs, afin que l’Afrique s’inspire de ces expériences pour réduire la pauvreté et non pas réinventer la roue. Avant d’entrer dans le vif du sujet, la représentante résidente de la Fondation Konrad Adenauer, Elke Erlecke, a planté le décor.

Pour la fondation, déclare-t-elle, l’économie sociale de marché est un idéal. Selon ses explications, si la politique économique est effectivement une réalité dans les pays, elle impactera sans doute les conditions de vie des populations africaines. Pour se faire, ajoute-t-elle, l’implication de tous les acteurs s’avère indispensable. « L’économie et la démocratie sont longuement liées », a conclu la représentante résidente pour inviter les différents gouvernants à prendre la responsabilité qui est la leur.

S’en est suivi la présentation du livre « L’Afrique en Marche », de sa traduction en français, par le président Olusegun Obasanjo, co-auteur. Il a expliqué que ce livre permet non pas de blâmer, mais plutôt de voir ce que l’on peut faire pour le développement de l’Afrique. « L’Afrique en Marche » se présente comme un témoignage et un manuel pour comprendre comment garantir la croissance économique au-delà de l’exploitation de matières premières, et comment créer les emplois dans toute l’Afrique. Abondant dans son sens, le docteur Greg Mills, co-auteur également, a laissé entendre que l’objectif de cette cérémonie n’est pas de faire de la propagande pour la Fondation Konrad Adenauer et celle de Brenthurst, mais plutôt d’identifier les défis qui attendent l’Afrique d’ici 2045. « Ce livre est un guide pratique pour les gouvernants » a-t-il précisé.

« Un livre à point nommé »

Honorant de sa présence à cette cérémonie de lancement du livre « Making Afrika Work », le ministre des affaires étrangères, Aurélien Agbénonci n’a pas manqué de rappeler que son gouvernement est en phase avec ses auteurs. C’est pour cela, témoigne-t-il, que nous avons fait de la consolidation de la démocratie le premier pilier du gouvernement. Aussi, indique-t-il, nous nous sommes engagés à l’organisation de nos économies. « Améliorer les conditions de vie des Béninois est notre troisième choix » a laissé entendre le ministre, avant de souligner que ce livre arrive à point nommé. Pour Albert Tévoédjrè, le développement n’est pas impossible en Afrique.

« Nous avons la chance aujourd’hui d’avoir ce livre parce qu’il va permettre de mettre en place une petite catéchèse, afin d’éradiquer la pauvreté de masse » s’est-il réjoui.

A préciser que le Bénin a eu l’insigne honneur, parmi les pays francophones dans lesquels sera aussi fait le lancement, d’accueillir en premier le lancement de « Making Afrika Work »

Commentaires

Commentaires du site 0