Bénin : grands déballages sur des supposées affaires de corruption à la Mairie de Dogbo

Bénin : grands déballages sur des supposées affaires de corruption à la Mairie de Dogbo

Bénin : Akindès Adékpédjou déplore l’exploitation politique des jeunes

Le maire de Dogbo, Vincent Codjo Acakpo, cité dans une affaire de corruption dans la passation du marché de construction de l’hôtel de ville a été auditionné, il a y quelques jours par le procureur de la république près le tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa.

Accusé lui-même par ses conseillers de détournement des fonds de la coopération décentralisée belge à hauteur de 30 millions, Vincent Codjo Acakpo parle de manipulation et dénonce son premier adjoint Denis Sossoukpoui, qui selon lui a perçu 2 millions de francs CFA pour attribuer frauduleusement un marché à un entrepreneur.

C’est l’heure des déballages à la mairie de Dogbo. Après la sortie médiatique du maire de Dogbo, Vincent Codjo Acakpo, on en sait un peu plus sur l’affaire de corruption dans la passation du marché de construction de l’hôtel de ville et la gestion des fonds de la coopération décentralisée belge. En effet, dans le dossier de corruption qui  bat de l’aile au conseil communal de Dogbo dans le cadre de l’attribution du marché de construction de l’hôtel de ville, le maire Acakpo a été écouté par le procureur de la république du tribunal de première instance de deuxième classe de Lokossa il y a quelques jours. Sur le fond de l’affaire, le tribunal s’est déclaré incompétent renvoyant le maire Acakpo et l’entreprise ERACOB vers l’autorité de régulation des marchés publics.

Pour rappel, lors du dépouillement des offres dans le cadre de passation du marché de construction de l’hôtel de ville de Dogbo, l’entreprise ERACOB, adjudicataire, « aurait soudoyé la commission de passation des marchés publics de Dogbo pour se voir attribué l’offre » selon les dires du maire Acakpo. Après attribution et signature du contrat, une faute grave a été relevée par la tutelle aux dires du maire Acakpo, qui note l’absence de l’attestation de capacité que l’entreprise doit fournir et qui équivaut à un montant total de 45 millions. Selon les explications du maire de Dogbo, l’entreprise ne dispose pas du capital réglementaire dans son compte bancaire pour gagner l’offre soit un montant de 45 millions de francs Cfa, ce qui logiquement a entraîné la cessation des travaux sur le chantier.  Saisi par l’autorité nationale de régulation de marché publique, le maire a rappelé à l’ordre l’entreprise ERACOB. Selon ses dires il a adressé une correspondance pour joindre au dossier le relevé bancaire indiquant le montant sur le compte de l’entreprise.

« Conformément à l’article 90 du code de passation de marché public, j’ai donc adressé une correspondance sous huitaine à l’entreprise pour apporter les documents complémentaires à son dossier de soumission et ce, sur instruction du préfet » a indiqué le maire Acakpo. «  Après ce délai légal et un délai de grâce d’une semaine le marché a été retiré à ERACOB et l’appel d’offre relancé » a renchéri le maire.

C’est donc à la suite de ce bras de fer que l’entreprise ERACOB a saisi le tribunal de Lokossa pour se faire rétablir dans ses droits. C’est suite au délibéré du tribunal qui se déclare incompétent dans le fond du dossier que le maire de Dogbo, Vincent Codjo Acakpo a donné de la voix. Il a dénoncé la corruption qui a émaillé les travaux de dépouillement des offres et l’attribution du marché. Il pointe du doigt son premier adjoint Denis Sossoukpoui qui a pris une somme de 2 millions de Francs Cfa chez l’un des soumissionnaires pour lui attribuer le marché de passation de la construction de l’autel de ville.

« La commission de passation de marché public a pris de l’argent pour l’attribution des offres »

Le maire Vincent Acakpo dénonce la pourriture morale au sein de la commission de passation de marché public à la mairie de Dogbo. Il a également accusé le président de la commission de passation de marché public en la personne de son premier adjoint au maire, Denis Sossoukpoui. « L’entrepreneur m’a proposé à mon bureau la somme de 2 millions F Cfa pour gagner le marché mais je lui ai dis que je ne suis la président de la commission de passation des marchés. Je l’ai donc envoyé vers mon Premier adjoint qui a encaissé les sous sans rien me dire » a déclaré Acakpo. Pour lui, malgré ces efforts pour assainir la gestion publique, ses frères ne veulent pas suivre sa vision de bonne gouvernance. «  Je n’ai jamais fais confiance aux membres de la commission de passation de marché, c’est une magouille qui s’est installé dans cette commission et j’ai pris ma responsabilité en déchargeant de la tête de la commission le président qui mon premier adjoint, Sossoukpoui,  avec qui j’ai un accord politique de gestion au lendemain des joutes électorales »  a –t- indiqué. Une révélation grave qui n’a pas laissé indifférent le mis en cause. Selon les proches de celui-ci, il a annoncé faire une sortie médiatique pour clarifier le fond de ce dossier qui pue assez au sein du conseil communal.

« Le maire Vincent Acakpo a méconnu les textes de marché public »

Selon d’autres sources, le maire de Dogbo aurait exigé la somme de 10 millions sur le marché de construction de l’hôtel de ville, gagné par l’entreprise ERACOB. Au cours d’une tête-à-tête avec l’entrepreneur de la Société ERACOB, dans un restaurant à Dogbo, le maire Acakpo aurait intimé l’ordre à ce dernier de renoncer par écrit au marché qu’il venait de gagner régulièrement. «  Je lui ai répondu Monsieur le maire vous méconnaissez les textes de passation de marché public » nous a confié l’entrepreneur de la société adjudicataire, ERACOB.

Aux dire de ce dernier, c’est depuis ce jour que les problèmes ont commencé et le

Vous devez avoir un abonnement de la liste suivante: 1 jour, 1 mois, 6 mois et 1 an pour consulter la suite de cet article
Connectez-vous ci-dessous si vous avez un compte ou Créez votre compte

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 2 mois

    @Amaury, le gré à gré est une modalité de passation des marchés qui figure en bonne place dans le Code des marchés publics. Son utilisation est bien encadrée et le recours au gré à gré devrait revêtir un caractère exceptionnel. Mais il devenu la règle pour tous les prévaricateurs, d’où sa suspension destinée à nettoyer les écuries d’Augias…Bien entendu, la Presidencs s’applique cette mesure….On ne peut donc que saluer cette initiative qui vise à mettre un coup d’arrêt à la saignée indue des finances publiques au détriment. .des investissements publics….

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 2 mois

    @Aziz, c’est à croire que la corruption est ancrée dans les gênes du béninois. Même mon département natal où la probité constituait une valeur cardinale, tous les coeurs et âmes sont pourries..maintenant….Reste l’espoir du bâton de Talon. Car, seul Talon est en mesure d’abattre le monstre de la corruption au Benin….En effet, pour paraphraser les detracteurs du Président qui le qualifient de voleur, “seul un voleur est mieux à mème de reconnaître et d’attraper un autre voleur ”
    On attend le Chef de l’Etat pour faire le ménage.. …

    • Avatar commentaire
      Amaury 2 mois

      @ALLOMAN

      Que peut-il, s’il laisse ses affidés piquer impunément dans la marmite ?Que nenni !

  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    Il a été admis..que l’eau sale…peut au moins éteindre le feu…s’il n’a pas d’autres utilités

    Tout est question de pédagogie..n’est ce pas..

    La methode talon et toluba…au vu de ce qui se passe dans nos structures décentralisées…commence à liberer…les esprits

    Nul n’est plus à l’abri des dénonciations pour mauvaise partique…

    Chacun se surveille…et si le peuple trouve son compte…je dis tant mieux

    • Avatar commentaire
      Amaury 2 mois

      Et qui surveille les gouvernants et leurs acolytes dans…. ?

      • Avatar commentaire
        ALLOMANN 2 mois

        @Amaury, perdez-vous de vue votre éminente qualité de citoyen et les droits qui y sont attachés, à savoir, la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel, l’organisme en charge de la lutte contre la corruption (Jean Baptiste Elias..), etc…En réalité vos sempiternels griefs contre Talon ne peuvent prospérer devant aucune juridiction, donc il ne vous reste que la calomnie. …..distillée souvent sans preuve….

      • Avatar commentaire
        ALLOMANN 2 mois

        @Amaury, il me semble que vous perdez de vue votre éminente qualité de citoyen et les droits qui y sont attachés, à savoir, la possibilité de saisir le Conseil constitutionnel, l’organisme en charge de la lutte contre la corruption (Jean Baptiste Elias..), etc.pour traduire Talon en justice..En réalité vos sempiternels griefs contre Talon ne peuvent prospérer devant aucune juridiction, donc il ne vous reste que la calomnie. …..distillée souvent sans preuve….

        • Avatar commentaire
          Amaury 2 mois

          @ALLOMAN

          Que peuvent ces juridictions et personnes que vous citez ?
          Ce n’est pas la peine de discuter avec vous tant votre parti pris est flagrant et votre mauvaise foi patente.
          Vous semblez être un financier mais vous n’êtes pas au courant de toutes les pratiques peu orthodoxes qui ont cours depuis avril 2016.
          Moi je ne calomnie personne. Pourquoi croyez vous que le chef de l’état lui-même à dû intervenir pour arrêter les gré a gré. Que dites vous des gré a gré venant du palais et qui ont été publiés sur ce site?