Fusion des corps armés au Bénin: « Talon veut finir avec le syndicalisme policier » dixit Iréné Agossa

Fusion des corps armés au Bénin: « Talon veut finir avec le syndicalisme policier » dixit Iréné Agossa

La fusion de la police et de la gendarmerie au Bénin continue de faire des vagues. Dans une récente vidéo publiée sur son compte Facebook, le président du parti "le nationaliste", Iréné Agossa, s’est opposé à cette fusion.

Iréné Agossa : « On ne choisit pas un Président de la République à cause de sa richesse… »

Sa thérapie : la mise en place du centre béninois de l’intelligence. La réforme de la fusion de la police et de la gendarmerie opérée par le gouvernement de la rupture et du nouveau départ est une réforme bizarre qui ne répond à aucune logique a fulminé Iréné Agossa dans une vidéo publiée ce mercredi 16 août 2017 sur sa page Facebook.

« Le projet objectif que nous voyons dans cette réforme, est que le président Talon veut finir avec le syndicalisme policier, il veut finir avec l’intelligence de l’armée » a dénoncé le président du parti “Le nationaliste”, qui condamne vigoureusement cette fusion qui, selon lui ne servira à rien.

Le Bénin n’est pas un pays qui sort de la guerre

Selon l’analyse faite par Iréné Agossa, le Bénin n’a pas de problème avec ses différents corps armés, comme pays qui sort nouvellement de la guerre, et qui a besoin d’unir les forces. L’urgence aujourd’hui est la spécialisation des corps armés et le renforcement de la sécurité a-t-il proposé, avant dévoiler la stratégie sécuritaire inscrit dans le projet de son parti.

Cette stratégie repose essentiellement sur le renseignement, qui va permettre au pays de s’adapter aux nouvelles formes d’insécurité, histoire de mieux se positionner entre les pays de la sous-région.  Il propose également la création du centre béninois de l’intelligence, qui va élargir et organiser des réseaux d’information au sein de toute la population et en particulier dans les milieux suspects.

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 2 mois

    Je reviens sur ce sujet parce qu’il est l’exemple même de choses faites à la va-vite, sans mesure des conséquences. A mon avis bien sûr.

    – La Maréchaussée, ancêtre de la gendarmerie date de 1337 en France. Son rôle était de battre la campagne à la recherche de déserteurs, devenus bandits (coueurs de route) qui semaient la terreur dans les populations sur le passage et les arrières des armées.

    – Malgré ce qu’a affirmé publiquement le président de la république du bénin, la gendarmerie n’a pas été créée par Napoléon (par parenthèse M. “fusion” Napoléon est bien un prénom. Le nom de famille c’est BONAPARTE), c’est la Révolution française qui a créé la Gendarmerie sur les cendres de la Maréchaussée royale.

    – Napoléon, a lui développé la Police (renseignement politique en milieu urbain où il comptait beaucoup d’ennemis).

    l’idée de “AIzanon” est bonne – think tank d’officiers de Gendarmerie à la retraite – mais ils ne faut pas qu’ils attendent pour cela une initiative du Président. Il faut qu’ils se rassemblent par eux même, produisent leur réflexion et la fasse connaitre à la Nation dans les medias. C’est cela être citoyens responsables.
    Sinon devant la Nation et leurs collègues tenus par l’obligation de réserve ils seront coupables – comme les enseignants sous la révolution béninoise – d’avoir laissé saccager le peu qui fonctionnait à peu près bien.

    Pour “Boni Yaya”, pour les missions qui sont similaires, les gendarmes et les policiers n’ont pas du tout, les mêmes modes d’actions, les mêmes moyens, la mêmes organisation.

    Quant au tour de passe passe qui consiste à faire perdre aux gendarmes leur statut militaire et aux policiers leur droit d’organisation syndicale…. Aujourd’hui, tout le monde a compris, que c’est un moyen de les réduire au silence.

  • Avatar commentaire
    Max-gradel 2 mois

    La fusion, le président la est vraiment ridicule je comprend le vieux feu général Matthieu KEREKOU qui en son temps a traité le beninois d’intellectuel tarrer si non je ne peux comprendre la fusion d’un corps para militaire avec un corps militaire. Talon dois comprendre que ce pays n’est pas son village ni sa famille et quand bien même c’est le cas il ne peut agir de la sorte, c’est ce foutre de la nation ça;mais je sais une chose qui me rend confiant impossible n’est pas béninois il fera son temps et partira.

  • Avatar commentaire

    Lire . .”Agossa, un politicard agité….”

  • Avatar commentaire

    Agissez, un politicards agité sans aucune envergure intellectuelle au vu de la qualité de son argumentaire sans consistance. Il n’a aucune idée des conditions particulières ayant présidé à la création de la Gendarmerie en France par Napoléon ni des defis auxquels sont confrontés aujourd’hui nos Etats en matière de sécurité. Que faisaient ces gendarmes lorsque les gangsters trucidaient nos populations durant les denieres années de la presidence de son mentor Yayi Boni?
    Quant à @Napoléon1, il tient à maintenir ce corps désuet parce que créé par son homonyme (quelle idée de s’appeler Napoléon, un nom de famille transformé en prénom ) Les pays anglo-saxons ne disposent pas de gendarmerie, pourtant leur sécurité n’est pas moins bien assurée. Nous avons besoins de rationaliser toutes nos ressources en matière de sécurité (ressources humaines et financières ) et optimiser les synergies. Tout le reste n’est que balivernes…..

  • Avatar commentaire
    Retro 2 mois

    Fusion fusion fusion ….ect ; la sécurité sera sera mieux garantie.

  • Avatar commentaire
    Aizannon 2 mois

    Je suis fils du premier gendarme du Bénin résidant en France. Je suggère que le président Talon cré une autre commission composée des hauts gradés de la police et de la gendarmerie en activité comme à la retraite opposés à la fusion de la gendarmerie et de la police afin de comparer les deux rapports. Merci

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    A la question au rapporteur de la commission chargée de préparer cette Fusion: La question de savoir pourquoi par cette Fusion la Gendarmerie nationale doit évaporer sa dénommination dans le nom de la “Police Républicaine”, le rapporteur répond que l’on a voulu cela, parce que les bailleurs de Fonds ou autres donnateurs ne veulent que donner ou accorder des aides qu’à la Police. La Gendarmerie étant une entité militaire.

    N’est-ce pas absurde et ridicule comme argument?

    Pour structurer les forces de sécurité d’une Nation, le motif à la base doit-il être les dons ou autres aides à recevoir de l’extérieur?

    C’est là où nous sommes encore après 57 ans d’independance.

    D’un autre côté, les représentants de Talon déclarent, vouloir fusionner les deux Corps pour mieux répondre aux exigences de la lutte contre le terrorisme montant.

    Comme si tout le monde désormais dans le pays est bande de terroristes qu’il faut combattre.

    Plus de respect des libertés publiques, plus de respect du droit de l’homme des Citoyens.

  • Avatar commentaire
    Boni YAYA 2 mois

    Moi je sais que ca règle un problème d’efficacité des finances publiques. Meme l’arme en est conscient. Pourquoi diversifier le corps alors qu’ils ont les memes roles.Il faut avoir l’honnêteté de le dire au lieu de s’accrocher aux avantages de quelques individus.

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 2 mois

      Non mon cher,

      Quand vous dites que la Gendarmerie et les agents de Police ont les mêmes roles, cela démontre que vous ne savez pas de quoi vous parlez.

      La Police assure l’ordre dans les milieux urbains. C’est pour cela que ses agents sont formés.

      La Gendarmerie intervient pour le maintien de l’ordre en Milieu non évolué et en Milieu rural. Les gendarmes ont recu la formation de la Police judicière et peuvent après constat et établissement d’un crime déférer le présumé coupable devant le juge de l’instruction, ce qui n’est pas le cas d’un commissaire de Police qui obligatoirement doit remettre ses constats et son Rapport au procureur de la République lequel a une fonction politique. Le Procureur dépend du pouvoir exécutif ayant pour Chef hierarchique le ministre de la justice.

      Le juge d’instruction est inamovible et a son Ressort dans le pouvoir judiciaire. Il ne dépend pas du Gouvernement.

      Vous voyez bien que cette fusion annoncée devait servir en réalité une volonté cachée, celle de politiser les poursuites en matière de sécurité. Si cette Fusion passait, tout le monde pourra à tout instant être soupconné, accusé, perquisitionné et déposé en garde à vue jusqu’au Maximum du délais fixé par la loi (7 jours de garde à vue dans les chiottes des commissariats), même si son innocence plutard devait être prononcé par un juge.

      Voyez-vous bien ce que Talon veut s’offrir: Il veut s’offrir par la Fusion, la Transformation des gendarmes en Polices, une arme légale pour réduire ainsi ses adversaires politiques.

      La Gendarmerie a été créée Par Napoléon Bonaparte en 1798 pour que la Police ne s’occupe que de la sécurité civile et que les gendarmes de la sécurité en Milieu rurale et des infractions ou crimes perpétrés par les militaires.

      C’est pour cela que les gendarmes sont formés aussi au maniement des armes lourdes. Les policiers non.

      Vous imaginez un agent de Police pénétrer un camp militaire pour y faire de la perquisition et des arresttations? Les militaires lui feront sa fête.

      Vouloir donc chambouler tout cela est une ignorance notoire de la part de Talon. Cela ne passera pas.

      L’efficacité, ce n’est pas dans la Fusion des deux Corps, mais dans la spécilisation chacune dans son champs d’action voulu par la constitution, afin qu’ils puissent rivaliser d’excellence. La spécialisation a toujours un gain.

      La France qui a créé l’institution, la Gendarmerie, n’a jamais douté de sa Raison d’être pour la sécurité du pays.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    Cette Fusion de la Gendarmerie et de la Police, nous Devons l’empêcher.

    Si le pouvoir exécutif pouvait par la volonté de la constitution disposer des Forces de sécurité intérieure il n’a pas à toucher à leur structure.

    Talon veut tout se permettre, même ce à quoi la constitution ne lui donne pas droit. Le peuple doit dire nièt.