Lutte contre la corruption au Bénin : Mathias Hounkpè doute de la sincérité du gouvernement

Lutte contre la corruption au Bénin : Mathias Hounkpè doute de la sincérité du gouvernement

Le politologue béninois Mathias Hounkpè était l’invité de l’émission hebdomadaire « sans langue de bois » de la station de radio soleil fm. Il s’est prononcé sur la gouvernance du président Talon, les sujets brûlants de l’actualité béninoise.

Soirée politique à la Fondation Friedrich Ebert: Le projet de révision au scanner des experts

Il émet surtout de sérieuses réserves sur la sincérité du gouvernement dans la lutte contre la corruption. Il évoque aussi bien d’autres aspects. Mathias Nkpè a abordé au total dix points au cours des 90 mn des échanges avec les présentateurs de l’émission Donklam Abalo et Virgile Ahouansè.

Son regard sur l’avènement des hommes d’affaires au pouvoir

Sur cet aspect son point de vue n’a pas varié. Il continue de soutenir que l’avènement des hommes d’affaires aux affaires n’ a jamais amélioré le monde des affaires : «C’est plutôt lorsque les hommes d’affaires prennent conscience de leur puissance et décident avec les dirigeants pour mieux organiser le monde des affaires». C’est peut être cela qui entraine la question du conflit d’intérêt.

A propos du conflit d’intérêt

Mathias Npkè affirme que dans l’esprit de la Cédeao : «la déclaration des biens concerne aussi bien le Chef de l’Etat que les membres de sa famille. Puisqu’il peut ne pas faire fortune, mais enrichir les membres de sa famille». Il soutient aussi que le président de la république déclare au peuple le statut de son ami Olivier Boko qui l’a remplacé comme Pca à la tête de ses entreprises. Que le Chef de l’Etat explique en quelle qualité, ce dernier voyage avec lui par l’argent du contribuable. Il a fustigé aussi le fait que le Chef de l’Etat voyage aussi avec son fils. Il a illustré avec le cas De Manuel Valls qui a été contraint de rembourser de l’argent qui a financé le déplacement de son fils qui était à ces côtés lors d’un voyage officiel. Mathias Nkpè a aussi décrié le fait que le Chef de l’Etat ait acheté une propriété de l’Etat malgré l’aval de la Cour constitutionnelle. Il craint que ses successeurs n’en fassent autant. Il éprouve la même déception sur les marchés de gré à gré.

Des marchés de gré à gré

L’invité a son idée claire sur la question : «les marchés de gré à gré se déroulent dans les ministères. Il s’agit de saucissonner les marchés qui doivent faire objet d’appel d’offre pour devenir redimensionner aux marchés de gré à gré. Je trouve que c’est un combat entre les collaborateurs du Chef de l’Etat et c’est un des camps qui a gagné». Son scepticisme est plus prononcé pour ce qui concerne la lutte contre la corruption.

De la lutte contre la corruption

L’invité trouve que les indices prouvant de la sincérité de la lutte contre la corruption par le gouvernement sont difficiles à percevoir. Le cas des audits est très frappant : «si le gouvernement veut auditer la gestion de Yayi Boni, autant auditer ses 10 ans de gestion plutôt que choisir certaines périodes et certaines structures seulement. Seulement donne l’impression des audits et structures ciblés».

Au sujet de la poursuite des personnalités, il estime que ceux qu ont bien géré les affaires ne devraient rien avoir à se reprocher. Il cite le cas de Komi Koutché, qui déclare avoir géré avec diligence les structures qu’il a gérées.

Sur des réformes institutionnelles et politiques

Mathias Hounkpè estiment que l’on peut procéder à la réforme du système partisan sans nécessairement opérer la révision de la constitution. Surtout que : « le président de l’Assemblée nationale et le président de la république en ont chacun parlé lors de leurs discours d’investiture».

A propos de la Haute Cour de justice : « il suffit seulement de modifier sa loi organique donc pas besoin également ici de réviser forcément la constitution»

A propos du «j’aviserai du président Patrice Talon»

Mathias Hounkpè trouve que le président devrait respecté sa parole qu’il a donnée lors de son investiture. Celle de ne faire qu’un seul mandat : « je reste convaincu que le président de la république ne changera pas de parole cela risquera de se retourner contre lui le moment venu».

De  la révocation du maire et de la décentralisation

Le politologue estime que tel que les choses se sont passées dans l’empressement et la précipitation, on peut penser qu’il y avait une réelle envie de se débarrasser du maire de Cotonou. Au sujet de la décentralisation, il trouve que : « on n’a pas réussi à amener le peuple à comprendre que c’est lui qui doit à la base s’approprier du contrôle de la gestion des collectivités.

Concernant la rupture Talon – Ajavon

Mathias Hounkpè affirme que le président Talon avait commis une erreur stratégique. Il ne devrait pas se brouiller avec la 3è force politique après la présidentielle de 2016 : « Si Ajavon était toujours lié à Talon, le vote sur la prise en considération du projet de révision de la constitution se serait certainement passé autrement».

De l’appréciation de la gestion du régime du nouveau départ

L’invité de Sans Langue de Bois ressort trois types de réalisations :

1) Les réalisations qui suscitent de l’admiration

«C’est par exemple la désignation des chefs-lieux de département suivie de la nomination des préfets. On peut aussi citer l’annulation des concours dits frauduleux

2) Les actions qui sont matières à débat

«On peut citer ici le projet de révision de la constitution qui a connu un dénouement que tout le monde connait. Il est question pour Patrice Talon de revoir les parties à modifier et à relancer

3) Les actions sur lesquels le gouvernement entretient le mutisme

Mathias Hounkpè trouve que le chef de l’Etat devrait expliquer au peuple pourquoi le budget 2017 doit revenir à 1300 milliards et non plus 2010 tel qu’adopté par le parlement.

Des projections sur les législatives à venir

L’invité de Sans Langues de Bois estime que les législatives de 2019 seront difficiles parce que tout dépendra des stratégies développées par les différents acteurs. On ne peut pas encore prévoir la razzia de Yayi Boni au nord, un peu comme ca ne sera pas facile au sud ni pour Ajavon encore moins pour le Prd, l’Un, la Rb et autres. « En ce moment la situation politique est morose, les acteurs  politiques sont taciturnes, personne ne veut prendre le risque de parler», a-t-il laissé entendre

Commentaires

Commentaires du site 15
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 1 mois

    Ne cherchons pas midi à 14 H. Nous savons tous que les politiciens (LVS, TOBOULA, TALON, HOUNGBEDJI, …), sont TOUS impliqués dans des affaires de malversation aux dépens des finances publques et du Bénin.

    Cependant, ce sont les méthodes utilisées par le Gouvernement et les risques qu’elle font peser sur le système politique au Bénin, qui sont dénoncées.

    Il n’est pas besoin pour les dénoncer, de prétendre que le maire (ou ex-maire) de Cotonou est honnête.
    De même qu’il n’est pas utile, de nier que la procédure est à visée politicienne.

    Tout est vrai, mal pour le bénin et, conduit par des amateurs, qui plus est malhonnêtes.

    • Avatar commentaire
      aziz 1 mois

      Je ne suis pas un oiseau de mauvaise augure…!!!

      J’observe,j’analyse et je questionne toujours notre histoire…apres les indépendances..

      Chaque fois…que les bidasses…sont intervenus…c’est pour mettre fin..aux contradictions..des hommes politiques..

      Il se fait..que la maniere..des rupturiens..de gouverner ce pays..pose probleme..

      Les mécontents. deviennent nombreux…et le peuple qui chie du sang…ne trouvent plus son compte…

      Les rupturiens..passent plus du temps..à vulgariser..le pag…au lieu de l’appliquer

      J’ai meme eu…à prédire…qu’on assistera..à voir..des ennemis d’hier dans une coalition..dont le but est de chasser les rupturien…en tout cas les empecher de gouverner..

      Yayi,les soglo,les azanai,les adjavon…avec en arriere plan..et en embuscade…lz…avec le soutien…précieux de la france

      on va me reprocher..de délirer..comme d’habitude

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 1 mois

    @Gombo la démonstration que vous tentez de faire pour prouver les capacités de Lehady ne fait que l’enfoncer dans son profil de prédateur des ressources publiques!!! Les différentes fonctions qu’il est censé avoir occupé ne vous rappelle-t-elles pas les abus qui sont entrain d’être sanctionnés en France : le fils conseiller du père, le fils assistant et adjoint du père et le fils remplaçant du père….Et vous osez défendre des positions de cette nature faites de collusions, de concessions, et de prédation des ressources de notre peuple au profit d’une famille et son rejeton. Moi, je continuerai à vilipender un tel système qui produit ce nous voyons…incapacité, Cotonou toujours dans la gadoue…… Dans ces conditions, tous les moyens juridiques sont bons pour l’ejecter de la Mairie…il lui reste les recours….point

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 1 mois

    On continue de parler d’acharnement contre ce fils de son père qui gère la mairie de Cotonou comme une entreprise familiale léguée par dévolution monarchique? Marchés gré à gré, Cotonou en lutte contre l’inondation ou on dépense chaque année plus de 5 milliards sans résultats tangibles, octroi intutitu personae d’indemnités diverses sans délibérations du Conseil communal, dissipation de preuves permettant de faire l’état des recettes de la ville……. Voilà ce qui se passe dans toutes les mairies du pays et qui disqualifie le processus de décentralisation…..
    Lehady a quel diplôme? Où à t il déjà fait ses preuves en tant cadre ou manager? Quelles sont les ressources qui lui ont permis de s’acheter un château en bord de mer à Cotonou? Des questionnements dont les populations attendent des réponses afin de décourager à jamais la prédation continue des ressources publiques par des individus investis par le peuple….. Même jusque dans les contrées les plus reculés le système est généralisé (Dogbo …….)

    • Avatar commentaire
      Amaury 1 mois

      @ALLOMAN

      Je comprends et je suis d’accord avec vous que ce que vous décrivez est inacceptable.
      Juste une question : ces faits reprochés empêchent-ils de respecter les lois de la république pour punir leurs auteurs et les démettre de leur poste ?

    • Avatar commentaire

      @Alloman,

      Il faut étayer vos affirmations doctes par ne serait ce qu’un commencement de preuve. je ne suis pas un soutien de LVS mais tenter de salir les gens pour les détruire est malhonnête. Apportez des preuves de malversations (personne ne jure qu’il n’y en a pas) avant de déblatérer.
      1- Les diplômes ne m’impressionnent pas, mais puisque vous en parlez, LVS a fait la Kennedy School of Government ( administration publique) a Harvard. C’est mieux que le Toboula qui n’a même pas fini l’ENAM
      2- LVS a été assistant politique du président Soglo pendant 5 ans
      2- LVS a été adjoint au maire de Cotonou pendant plus de 10 ou 15 ans

      Quels sont les emplois qui préparent a l’administration municipale ? être fonctionnaire du ministère de l’urbanisme comme Toboula ? cet ignare a t-il jamais géré 1 franc ( public ou prive) dans sa vie ? Tous les maires du Benin doivent ils user leur costards de conseils en management comme Allloman prétend le faire, avant d’être autorises a gérer une mairie ? trop de prétention pour ces gens qui vous demandent de leur preter votre montre pour vous donner l’heure…

      Bien des énarques en France commencent leur carrière comme assistants parlementaires et finissent députés ou maires. LVS n’a rien invente !

      Quand au prétendu château en bord de mer, il n’a rien de plus scandaleux que les somptueuses villas CENSAD, celles du quartier JAK, de la zone Radio-OCBN, occupées par d’autres béninois…
      Allez donc interroger les propriétaires de ces maisons et leur geniteurs… (Soglo pere peut certainement aider son fils a s’installer…)
      Si vous voulez demander aux béninois de toutes couleurs de justifier l’origine de leur signes extérieurs de richesse, vous avez du chemin…

      Il faut qu’on soit sérieux.
      Retendre qu’on veut lutter contre la corruption et la mauvaise gestion alors même qu’on est le parangon du siphonnage des ressources publiques, c’est l’hôpital qui se moque de la charité !
      La persécution de LVS, car c’est en une, n’a qu’une seule raison, éliminer les opposants réels ou potentiels, intimider tous ceux qui sont tentes par des velléités d’indépendance par rapport au clan TALON…
      Cela ne fait que commencer, mais l’échec est certain!!

      • Avatar commentaire
        Joeleplombier 1 mois

        Gombo
        Merci pour cette petite leçon de compréhension de texte à notre ami @Alloman.
        Ce garçon tire dans le vide sur Lehady sans comprendre le fond de la démarche de Talon pour le liquider politiquement.
        Comme Talon auparavant persécuté par Yayi; Lehady reviendra avec force et détermination sur le devant de la scène politique sous peu .
        C’est un boulevard pour lui pour succéder à Talon.
        Je ne suis pas devin ni charlatan, mais; j’ai été le premier à dire ici que je voyais Talon président.
        Ça a été le cas. Ce serait aussi le cas pour Lehady Soglo .
        Vous verrez.

      • Avatar commentaire
        Dépitée 1 mois

        Belle analyse

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 1 mois

    Le début de l’interview de ce monsieur était tellement ennuyeux que j’ai dû zapper sur canal 3 où passait un azatassou , incisif , percutant , avec des uppercuts , qu’il décrochait au gouvernement de l’es.c.roc de talon ; un azatassou pourtant si pondéré ;nous avons fortement aimé.
    Le résumé de l’interview de hounkpe , nous poussera à nous rattraper ce soir sur golfe , mais il ne faut pas dénoncer pour dénoncer , la sanction doit suivre

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 1 mois

    Voulà quelqu’un qu’on présente comme étant un politologue.
    C’est quoi un politologue ???? Que renferme t-il????
    Pour vous dire que le complexe du Béninois réside dans l’attribution de titres et qualificatifs pour se distinguer dans la société.
    Même le vendeur de pièces de rechanges du marché Dantokpa est PDG.
    D’autres s’affublent de titres distinctifs pour se trouver une place dans la société.
    Je m’insurge contre cette pratique. Sinon ; comment comprendre que l’on me présente ce Monsieur en haut de page comme étant un politologue ???? Une honte.
    Moi ; plombier je suis et je le reste .

    • Avatar commentaire
      Amaury 1 mois

      @Joe,

      Ce monsieur que vous dénoncez est réellement reconnu dans la sous région comme un politologue qui analyse les faits et agissements des hommeq politique de façon neutre.
      Vous êtes sans doute un politologue aussi mais seriez-vous capable d’aller faire vos analyses devant un micro sans langue de bois en distribuant les bons et les mauvais points? Si oui je peux vous décrocher une interview sur France 24 dès la semaine prochaine.

      • Avatar commentaire
        Joeleplombier 1 mois

        Amaury
        😄

        • Avatar commentaire
          Joeleplombier 1 mois

          Amaury
          Franchement ; pensez-vous que je n’ai pas les moyens d’intervenir sur les radios et télévisions Française en direction de l’Afrique ????
          Seulement mon cher ami; je suis juste un commentateur de faits politiques de mon pays sur ce forum et autres.
          Je ne suis pas politicien, encore moins un politologue.

          • Avatar commentaire
            Sam1610 1 mois

            Monsieur le cagoulard vous méritez d’être ignoré
            Allez regarder le parcours académique et professionnel de Monsieur HOUNKPE (Dr en mathémathiques) et vous serez édifié.