Protection de la côte Béninoise : Les populations d’Akpakpa accompagnent le gouvernement

Protection de la côte Béninoise : Les populations d’Akpakpa accompagnent le gouvernement

Avec l’avancée accrue de la mer au niveau des côtes béninoises, le gouvernement à travers le ministère du cadre de vie, a décidé de les protéger. Alors, il a entrepris le délogement des riverains dont ceux d’Akpakpa Dodomey.

Projet asphaltage au Bénin : 44 rues et 28,38 km seront modernisés à Lokossa

Sur les lieux hier mardi 8 août 2017, il est à constater que les populations ont adhéré à la cause. Les derniers habitants sont en train de défaire leurs constructions. Le projet de protection côtière entrepris part le gouvernement béninois va se concrétiser. Piloté par le ministère du cadre de vie dirigé par José Tonato, le projet a reçu l’adhésion des populations riveraines.

Un petit tour hier à Akpakpa Dodomey, a permis de constater que les derniers riverains de la berge se préparent activement au départ. Rencontré sur les lieux, Casimir Houkanrin, un conseiller local d’Akpakpa Dodomey, explique que c’est depuis le temps de Kérékou que les riverains se plaignent de l’avancée de la mer. A son arrivée, le président Patrice Talon a décidé de mettre en œuvre un projet de protection côtière. Alors, les populations se sont fait recenser sans savoir qu’elles seront dédommagées.

Mais le gouvernement a trouvé juste de donner un peu d’argent à ces occupants, pour leur permettre de s’installer ailleurs. Ainsi, selon Casimir Hounkarin, le gouvernement a décidé de donner 100 mille francs Cfa à ceux dont les maisons sont construites en matériaux précaires, et 200 mille à ceux qui sont dans des maisons de briques. Il a indiqué que le paiement a commencé et devait finir le 5 août 2017. Mais ce délai a été prorogé parce que tout le monde n’a pas encore perçu son dû.

Ces populations se réjouissent de la décision du gouvernement. « Nous, populations d’Akpkakpa Dodomey qui sommes sous l’emprise des travaux de la protection côtière, remercions sincèrement le gouvernement pour ce projet », a laissé entendre Roméo Godonou, un riverain. Il a invité ceux qui font de la résistance à revoir leur position.

Roméo Godonou a informé que beaucoup ont été déjà dédommagés, et se sont même déjà installées ailleurs. Certains sont en train d’effectuer leur déménagement. D’autres n’ont pas vu leurs noms affichés, ils continuent de chercher. Ces populations exhortent le gouvernement à faire en sorte que leur délogement ne soit pas vain. Elles invitent aussi les autorités à veiller à ce que les travaux se fassent dans le délai prévu

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 2 mois

    Il est vrai godonou ” chose de derrière ” traduction primaire
    Lui n’a qu’à se contenter des 100 milles

    • Avatar commentaire
      aziz 2 mois

      les rupturiens capables..de gonfler le nombres d’habitants fictifs…pour empecher..les 100 milles

      Peut etre meme franck makon…ira toucher…la tunes

  • Avatar commentaire
    aziz 2 mois

    Qu’est ce que les gens vont faire avec 100 mille fracs à cotonou..

    Le mieux…c’était de leur construire rapidement..des petits logis sécurisés dans un domaine de l’état..et c’est pas qui manque…meme en dehors de cotonou

    D’autres iront aux putes..ou boire du bohicon..avec le peu de blé