Gestion de la ville de Cotonou au Bénin : Toboula, entre zèle et abnégation

Gestion de la ville de Cotonou au Bénin : Toboula, entre zèle et abnégation

Le préfet du Littoral, Modeste Toboula n’a cessé de faire parler de lui depuis son accession à ce poste. Si ses actions et décisions l’ont montré comme l’un des préfets les plus dynamiques de l’ère de la rupture, elles lui génèrent également une impopularité qu’il semble assumer.    

Bénin : Une sibylline procédure disciplinaire enclenchée contre Léhady Soglo à la préfecture

Il est assurément l’une des révélations du “Nouveau départ“. Le préfet du Littoral, Modeste Toboula depuis sa nomination à la tête du département à une seule commune, n’a manqué au quotidien de s’illustrer dans des actes de descente musclée sur le terrain empreints d’impopularité. Il est connu aujourd’hui comme l’hyperpuissant commandant à bord de la barque Cotonou.

En effet, le président de la République de Cotonou, dans ses rapports délétères avec l’ancien maire de Cotonou Léhady Soglo, a laissé dans la conscience collective l’image d’une promiscuité. Les nombreux bras de fer entre les deux autorités appelées à gérer le même territoire en disent long. Le dernier n’a été nullement favorable à Léhady Soglo qui en a d’ailleurs pâti. La tutelle n’avait jamais suscité autant de rivalités auparavant.

Plus que ses onze autres collègues, le préfet du Littoral s’est caractérisé par une omniprésence sur tous les fronts. On se souviendra que le patronyme du préfet était sur toutes les lèvres à Cotonou voire au-delà, lors de l’opération de déguerpissement de l’espace public. C’est d’ailleurs sur ce terrain que la personnalité de Modeste Toboula s’est révélée. Il s’est suffisamment montré intraitable dans la casse des maisons, boutiques, hangars dits dans l’emprise du domaine public. Une opération qui l’a vu descendre dans presque toutes les rues de Cotonou pour témoigner de sa fermeté. L’autorité a fait exécuter cette décision du gouvernement à la cravache.

C’est encore Modeste Toboula  qui prendra la décision « pour des raisons de sécurité » de lancer la chasse aux conducteurs de taxi-moto qui passent la nuit sur certaines places publiques ou aux abords des voies. Le préfet du Littoral  se targuant du maintien de l’ordre a tenté d’interdire la marche du Front pour le sursaut patriotique le 22 juin. Heureusement, le chef de l’Etat est intervenu pour lui faire entendre raison. Tout récemment, Modeste Toboula s’est montré impitoyable face aux mendiants et autres locataires des carrefours de Cotonou qu’il entend vider des lieux « pour l’image de la ville ». La tournée de sensibilisation a vite fait de laisser place à une brutalité aussi bien verbale que physique.

Quoiqu’il soit accordé à Modeste Toboula qu’on a besoin des gens de sa trempe à divers niveaux pour gérer les affaires publiques, il devrait veiller à ne pas verser dans l’excès de zèle. Certes, il se montre proactif, rigoureux mais il peut prendre  et exécuter les décisions sans pour autant être brutal. Car, la plupart des décisions du préfet est apparue dans l’opinion comme des « menaces » qui semblent faire de l’ombre aux citoyens de Cotonou. En le condamnant le 27 juillet 2017 par décision Dcc 17-168 pour méconnaissance de la constitution dans l’opération de déguerpissement, la cour constitutionnelle semble avoir rappelé au préfet ses limites. Déjà Modeste Toboula va dans tous les sens avec ses descentes quotidiennes tous azimuts. Et il apparaît qu’il y a plus un désir d’autoritarisme que de travail. Dans une manière à peine voilée, le préfet a démontré combien « il avait soif » de voir à la tête de la municipalité de Cotonou, un maire godillot. A-t-on vraiment besoin de tout contrôler ou d’être sur tous les fronts avant d’assurer la tutelle ? Modeste Toboula ne doit pas perdre de vue que son bilan ne se fera qu’à l’aune de l’efficacité de ses décisions mais non de la peur qu’elles inspirent aux populations

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    Tobula n’est qu’un b-rut comme tant d’autres que nous avons connus dans ce pays, mais qui passent.

    Oú est aujourd’hui ce commissaire de Police, le tout puissant Philippe Houndegnon, le bull-dog de Boni Yayi à qui il a fait sauter tous les grades pour le hisser au poste du Directeur général de la Police.

    Celui-là qui maniait à mains nues les élements de radio-actifs selon lui, pièces à conviction devant camara pour justifier les accusations d’un soi-disant empoisonnement.

    Il y a de l’irresponsabilité dans tout cela de la part des dirigeants qui se font servir par ses gens-là qui visiblement ont épusé toute réserve d’imagination.

    Car les populations à qui l’on administre ainsi régulièrment l’agressivité sans retenue, la violence et la brutalité crue finissent par se l’approprier.

    Boko-Haram tout près de nous au Nigeria (et bientôt chez nous, s’il n’y est pas déjà) les gangs en Afrique du Sud qui n’ont plus peur de la mort et les candidats volontaires Transporteurs des bombes sur leur Corps qu’ils n’hésitent pas de déclencher pour tuer en masse, ne sont que les résultats d’une gouvernance injuste au Profit d’une poignée de gens, résultats des violences et des agressivités des gouvernants, qu’ils ont accumulées au fil des ans.

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 2 mois

    Je ne connais pas le bonhomme mais; reconnaissons son activisme et sa volonté de bien faire .
    On peut l’asssimiler à un barbouze, un pantin des basses œuvres.
    Il se prend pour zorro. Je lui souhaite beaucoup de courage.
    Mais ce qu’il ne sait pas ; le Benin c’est le Benin. Quand il descendra de son piédestal ; il n’aura que les yeux pour pleurer.
    Préfet zelé ; kouabo!!!! On en a vu d’autres dans ce oays à divers postes de responsabilités. On connaît la suite..
    Toboula ; il va falloir mettre du glaçon dans ton vin frelaté.
    Ici; c’est le Benin .

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 2 mois

      Joe , de toboula , dis pantin plutôt qu’autre chose