Vente à la sauvette au carrefour Akossombo: De graves préjudices pour la libre circulation

Vente à la sauvette au carrefour Akossombo: De graves préjudices pour la libre circulation

Le carrefour Akossombo et ses alentours, se transforment progressivement en un marché. Les vendeurs à la sauvette y ont installé leur Qg. Tous les jours, ils y sont articles en mains, proposant tout et n’importe quoi aux passants devenus leurs clients circonstanciels.

Bénin : Me Aminou Padonou applaudit la loi sur le code numérique

La circulation au niveau du carrefour «Akossombo», devient de plus en plus difficile à cause de l’occupation de cet espace par les vendeurs à la sauvette. Pressés de se présenter  les premiers aux  passagers,  ces commerçants ambulants accourent vers eux dès que le feu passe au rouge.

Lampes torches, gâteaux, fruits, livres, biscuits, bombons, vêtements, etc., en main, hommes et femmes se précipitent, se faufilent entre les véhicules et motos, et présentent à leurs clients leurs articles. Intéressés, certains passants achètent tandis que d’autres n’attendent que le feu vert ou le top des policiers pour continuer leur chemin. Dès que les feux passent au vert, chacun se dépêche de libérer la circulation. Mais un tel scénario ne manque pas de perturber la libre circulation des usagers qui se plaignent.

« Ces vendeurs perturbent la circulation et mettent leur propre vie en danger. L’état doit leur trouver une autre place pour   faire leur business », s’est plaint Isaac un chauffeur de taxi, car justifie-il, « cela ne donne pas une bonne image de notre pays».

« Ces gens s’exposent à plusieurs risques comme des accidents de voiture et autres » a dit un autre usager. Ce dernier témoigne : « des ordres ont été donnés par le préfet à la police pour les déguerpir de la circulation, mais depuis rien n’y fit »… avant de faire remarquer que visiblement,  « ces vendeurs ne sont pas prêt à quitter les lieux, sous prétexte que l’endroit favorise leurs affaires».

Interrogé, Joseph Ahouandjinou vendeur de gains, a déclaré : « si le gouvernement n’est pas d’accord que nous vendions ici, qu’il nous trouve un endroit approprié »

Commentaires

Commentaires du site 0