Assemblée nationale du Togo : Le projet de révision de la constitution absent de l’ordre du jour

Assemblée nationale du Togo : Le projet de révision de la constitution absent de l’ordre du jour

La session extraordinaire du parlement togolais qui se tenait hier, mardi 12 septembre 2017, n’est pas allée à son terme. Elle a été suspendue suite à de vives tensions. Les travaux sont reportés pour la matinée de ce jour, mercredi 13 septembre 2017.

Le Togo et le Ghana optent pour l’ouverture 24h/24 de leurs frontières

Et pour cause, l’absence du point portant sur la révision de la constitution dans l’ordre du jour. Le climat était tendu hier au parlement togolais, les députés qui ont répondu nombreux à la convocation de la session extraordinaire de l’Assemblée nationale, ont été surpris de l’absence de l’ordre du jour, du point portant sur le projet de révision de la constitution.

Pourtant, c’est ce point que les députés de l’opposition attendaient au cours de cette session extraordinaire. Du moins, c’est ce qui semblait se dégager des propos du gouvernement qui, appelant les populations au calme, avait à la suite du conseil des ministres du mardi 29 août 2017, adopté le projet de révision de la constitution. Ce projet intégrait les deux principales revendications de l’opposition, qui portent sur les articles 52, 59 et 60 de la constitution. Il s’agit de la limitation du mandat présidentiel et du scrutin à deux tours, pour l’élection présidentielle.

Le climat de tension au parlement

L’absence du point portant sur la révision de la constitution de l’ordre du jour de la session extraordinaire d’hier mardi, a créé un climat tendu dans l’hémicycle, et cela dès l’ouverture de la session par le président de l’Assemblée nationale, Dama Dramani. Le premier orateur, Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition au parlement, s’est indigné que ladite session extraordinaire soit consacrée à l’étude du budget, alors que les attentes des populations sont orientées vers la révision de la constitution. Les députés de la mouvance présidentielle n’avaient pas la même perception des choses. Ils ont demandé que ladite session se poursuive avec l’ordre du jour arrêté. C’est la tournure des débats et l’ambiance surchauffée qui ont amené le président de l’Assemblée nationale à suspendre les travaux de ce mardi. La reprise des travaux est prévue pour ce jour, mercredi 13 septembre 2017.

L’incertitude sur la suite

La reprise des travaux de ce mercredi matin, prévoit entre autres : la conférence du bureau de l’Assemblée nationale et des présidents de commission. C’est cette conférence qui examinera la possibilité d’inscrire le projet de révision de la constitution à l’ordre du jour. Le rassemblement prévu par l’opposition n’a pas pu se faire à cause du long cordon de sécurité que les forces de l’ordre ont établi très tôt ce mardi 12 septembre 2017. C’est pour cela que l’opposition a programmé d’autres manifestations pour les jours à venir.

La duplicité du gouvernement

Si on considère le fait que c’est le gouvernement qui arrête l’ordre du jour du parlement, n’est-on pas en droit d’évoquer un cas de volte-face de la part dudit gouvernement ? Quelle signification peut-on donner à cette attitude du gouvernement, qui semble accéder aux revendications de l’opposition et qui en même temps pose des actes contraires ? Le retour à la paix au Togo semble désormais reposer entre les mains du gouvernement, qui visiblement étale sa duplicité. Dans tous les cas, la suite des événements dépendra de la sincérité de ce gouvernement à œuvrer pour le rétablissement de la paix, en facilitant l’adoption de ce projet de révision de la constitution, qui constitue la clé de voûte des revendications de l’opposition

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 7 jours

    Qu’est-ce qui leur prend à tous ces chefs d’état africains de vouloir changer la constitution de leur pays ? C’est juste pour s’éterniser au pouvoir tout en ne faisant rien pour mériter cette place ? Comme diraient certains sur ce forum, ils sont tous nés avant la honte.