Centres de santé au Bénin: La devanture de l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi érigée en entrepôt

Centres de santé au Bénin: La devanture de l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi érigée en entrepôt

Depuis quelques semaines, les habitudes des usagers de l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi ont changé. Pour cause, la devanture de ce centre de santé public s’est transformée en entrepôt.

Sécurité Bénin-Togo: Le financement de l’opération « Gbénondou 2017 » autorisé

Installées les uns après les autres, les conteneurs occupent l’espace réservé aux usagers. Selon des sources concordantes, il semblerait que ces conteneurs comportent des moustiquaires. Lesquelles moustiquaires seront distribuées à la population.

La question qui préoccupe et mérite d’être posée, est de savoir pourquoi ces conteneurs n’ont pas été mis ailleurs que devant cet hôpital. Peu importe les raisons avancées, elles ne seront pas valables parce que cet endroit rime avec hygiène et ne saurait être traité autrement. De plus, les camions transportant ces conteneurs occupent la voie, créant de nombreux incidents.

Toujours selon nos informations, ces conteneurs y sont disposés depuis plus de deux semaines. Une situation sur laquelle les autorités de ce centre de santé et leur Ministère de tutelle doivent se pencher en urgence pour corriger le tir

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    Cela est typiquement l’état général des consciences dans la société béninoise:

    Un hôpital, c’est le lieu, où les gens sont admis pour être soignés des maux qu’ils auront contractés.

    Aussi l’état d’avancement des sociétés révèle que beaucoup de maux et des maladies résultent du non respect des conditions hygiéniques.

    Ce qui veut dire que les abords d’un hôpital doivent être indemnes de toute compromission de mauvaise condition hygiéniques.

    Cependant, voilà que des medecins, des infirmiers, des aide-soignants passent devant cet hôptital tous les jours dont la devanture serait érigée en entrepôt, sans penser à ce qui se trame là pour la santé collective . Pourquoi ne pas réagir dès l’apparition des Premiers depôts et laisser tout détérioré vers une normalité suffocante.

    On aurait penser que cet hôpital n’a pas une direction, n’a pas une équipe chargée de l’entretien et du maintien. Pourtant tous ces acteurs sont là et sont rémunérés pour cela.

    Tout se passe comme si c’est une normalité pour nous autres africains Noirs de vivre sur les entrpôts, sur les gravats et dans toutes sortes de conditions hygiéniques défavorables pour la santé humaine.

    Il en est ainsi, parceque le Noir semble avoir perdu cette faculté dont chaque homme est dôté à la naissance: penser.

    Décidement nous devons reapprendre à penser en Afrique.

    car penser, c’est ce qui fait la Grandeur de l’homme. C’est ce qui le différencie des animaux et des autres créatures.

    “La Grandeur de l’homme est grande lorsqu’il se se rend compte de sa misère”.