Grossesses en milieu scolaire au Bénin: 2763 cas enregistrés au cours de l’année scolaire 2016-2017

Grossesses en milieu scolaire au Bénin: 2763 cas enregistrés au cours de l’année scolaire 2016-2017

Les grossesses en milieu scolaire continuent de faire parler d’elles un peu partout sur le territoire béninois. Selon le point fait par le ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, 2763 cas de grossesses ont été enregistrés rien qu’au cours de l’année 2016-2017.

Persistance des grossesses en milieu scolaire au Benin : l’abandon des parents indexés

Le département des Collines bat le record avec 472 cas. Comme toutes les années, l’année scolaire 2016-2017 a connu son lot de grossesses en milieu scolaires, et aucun département n’est épargné au Bénin. Sur 301 821 filles inscrites sur tout le territoire pour le compte de l’année, 2 763 sont tombées enceintes.

Tels sont les chiffres sortis par le ministère des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle. Dans le classement, le département des collines occupe la première place avec 472 cas de grossesses, sur 27 166 filles inscrites. Le Zou vient en deuxième position avec 427 cas, sur 32 035 filles inscrites. Le Couffo et le Mono enregistrent les plus faibles taux de grossesses avec 37 cas sur 14 690 filles inscrites pour le Couffo, et 96 cas sur 16 822 filles inscrites pour le Mono.

(Voir dans la version PDF du journal le tableau récapitulatif des cas de grossesses en milieu scolaire, dans tous les départements du Bénin, pour le compte de l’année scolaire 2016-2017)

 

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    Alo 1 semaine

    Ce problème de grossesse précoce n’est pas spécifique au Bénin.
    En Angleterre, 4% de filles de la tranche 15-17 ans tombent enceintes (voir site ci-dessous). C’est pire que chez nous.
    Je ne crois pas que la pauvreté soit la principale explication de ce phénomène. Il y a un relâchement des mœurs dans le monde entier, et je crois que l’éducation sexuelle fait défaut au Bénin.
    J’aimerais savoir quel est l’âge moyen de ces filles qui sont enceintes, sachant qu’il y a beaucoup de majeures dans nos lycées et même dans nos collèges.
    Il faudrait aussi savoir qui est le géniteur avant de parler de pédophilie. C’est souvent un élève du même établissement que la fille.

    http://www.lepetitjournal.com/londres/societe/55101-societe-meres-adolescentes-en-gb-un-triste-record

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 1 semaine

    Grossesse en milieu scolaire! C’est scandaleux. Peuvent-ils les parents, les éducateurs avioir failli à leur devoir aussi gravement?
    Pourquoi ceux qui sont en Charge de l’éducation ne décrètent pas des mesures contraceptives pour les jeunes apprenants en âge d’entretenir des rapports sexuels.

    On pourra mettre ainsi fin à ce gachis d’avenir pour la jeunesse (même si la contraception précose peut avoir aussi des inconvénients).

  • Avatar commentaire
    aziz 1 semaine

    Ces trois femmes..avec leur ballon..devant…sont des victimes de franck makon

    Je suis sur

  • Avatar commentaire
    Joeleplombier 1 semaine

    Mettons tout ça sur le dos des parents en situation de pauvreté extrême, et aussi l’ambition des files qui veulent tout en un jour.
    Le plus déplorable est que dans ce pays ; on dénombre une frange importante de pedophile qui abusent de la naïveté de nos enfants.
    Un scandale qui ne dit pas son nom.

    • Avatar commentaire
      Totchénagnon 1 semaine

      Je suis désolé. La pauvreté a toujours existé dans ce pays. Dites simplement que la dignité a déserté le pays. Aussi, lorsque le sexe est dans la rue au point où un député est porteur d’une proposition de loi sur la liberté du sexe dans nos foyers, ne soyez pas étonné. Ce que les occidentaux ont fait et échoué, c’est maintenant que nous nous enfonçons tête baissée. A cette allure, l’Afrique perdra tout et il n’existera que des occidentaux ou américains à la peau noire en Afrique.