La deuxième session ordinaire des négociations entre le gouvernement et les syndicats s’est ouverte ce matin à l’Infosec à Cotonou. Plusieurs points étaient inscrits à l’ordre du jour.Au nombre de ces points, l’examen des revendications contenues dans les cahiers de charges des organisations syndicales et la communication relative aux diligences effectuées par le gouvernement dans le cadre d’une rentrée apaisée.

Loading...

Le ministre d’état, Abdoulaye Bio Tchané  qui représentait le gouvernement à ces négociations a rappelé les actions que ce dernier a entrepris pour améliorer les conditions de travail dans le secteur de l’éducation. Il a ensuite souhaité que les échanges ne donnent pas lieu à des confrontations qui selon lui n’auront qu’un impact négatif sur la société et sur le développement économique du Bénin.

Quant aux syndicats, ils ont profité de ces assises pour exiger la libération de leurs camarades,en l’occurrence le secrétaire général du  Syna-police et son collègue du Syna-Efc. C’est à travers une déclaration lue par Christophe Houéssinon.

Dans cette déclaration, les organisations syndicales fustigent les arrêts de rigueur des Sg Clément Akiyè du Syna-police et Patrice Trékpo du Syna-Efc. Pour ces organisations syndicales, ces sanctions  sont « illégales et arbitraires ». En conséquence, elles exigent la libération pure et simple de ces deux secrétaires généraux. Elles appellent par ailleurs, les forces sociales et syndicales à se mobiliser contre les dérives totalitaires de plus en plus fréquentes sous le régime Talon.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom