Classes sportives dans les lycées : un exemple pour le réveil du secteur de la culture au Bénin

Classes sportives dans les lycées : un exemple pour le réveil du secteur de la culture au Bénin

Dès la rentrée scolaire 2017-2018, il y aura une expérimentation des classes sportives dans des lycées et collèges du Bénin. L’information a été donnée par le ministre des sports, Oswald Homéky, en présence de son collègue de l’enseignement secondaire Lucien Kokou.

Bénin : Les artistes exigent une rencontre avec le président Talon

La mise en œuvre de cette initiative du gouvernement qui valorise le sport, donne à réfléchir sur l’immobilisme du secteur culturel. Reste à espérer que le ministre de la culture et du tourisme, agisse aussi et fasse rayonner la culture qui se meurt en milieu scolaire.

De source proche du ministre Ange N’koué, les initiatives de promotion de la culture et de la détection des talents artistiques dans les lycées et collèges du Bénin, sont envisagées par le ministère de la Culture et du Tourisme. Cependant, lorsqu’on sait que le débat d’une réelle valorisation de la culture en milieu scolaire n’est pas nouveau, on peut émettre des réserves. Pour l’heure, le sport a pris un envol intéressant, surtout avec l’opérationnalisation des classes sportives qui débutent avec la rentrée du 18 septembre prochain.

Le sport scolaire plus entretenu que la culture

Depuis plusieurs années dans nos lycées et collèges, les activités physiques et sportives ont pris le dessus sur la culture. L’éducation physique et sportive est une matière du programme scolaire. Des championnats sont organisés dans plusieurs disciplines sportives, qui permettent aux jeunes pratiquants de sports de s’épanouir et de se révéler. Aussi, cette mise en œuvre du Pag à travers les classes sportives, insufflera un autre dynamisme à ce secteur.

Par contre, dans le secteur culturel, on constate très peu d’actions allant dans ce sens. Les jeunes passionnés de musique, de théâtre, de danse et d’autres activités culturelles, de nos collèges et lycées, se débattent pour se rassembler en de petits groupes. Ces troupes sont pour la plupart mal ou non encadrées. Elles ont pour cadre d’expression quelques journées récréatives, et de rares festivals organisés par des promoteurs peu loyaux ou confrontés à toutes sortes de difficultés de financement.

Le programme d’actions du gouvernement a le mérite d’envisager des mesures de détection et de valorisation des talents à la base, qui permettront de corriger ce déséquilibre, si elles sont effectivement mises en œuvre. Le rôle du ministre Ange N’koué, consiste à leur opérationnalisation comme son homologue des sports. Des ateliers de théâtre, de danse, de musique et autres, peuvent s’animer les mercredis et vendredis soirs, pendant que les jeunes sportifs s’expriment sur les terrains de jeux.

Aussi, des animateurs seront certainement recrutés et dépêchés sur place, pour leur encadrement. Plusieurs jeunes formés dans les disciplines artistiques, seront donc employés comme ces 400 qui le seront bientôt, dans le cadre du sport. De même, divers festivals scolaires à organiser par le ministère de la Culture et du Tourisme au profit des troupes de collégiens, lycéens voire écoliers dans tout le pays, inciteront les jeunes qui ont des aptitudes artistiques à mettre en valeur leurs talents. Pour finir, bon nombre de ces talents qui seront révélés lors de ces activités culturelles régulières, constitueront un vivier sur lequel le Bénin de demain pourra s’appuyer. Et même ceux qui ne deviendront pas artistes seront un potentiel public. Tout cela pour un Bénin culturel plus fort et rayonnant

Commentaires

Commentaires du site 0