Décès du Carporal Dangou: Pascal Tawès dénonce le mutisme de l’Etat-major un an après

Décès du Carporal Dangou: Pascal Tawès dénonce le mutisme de l’Etat-major un an après

La photo du Caporal Mohamed Dangou gisant dans une mare de sang devant le camp Ghézo de Cotonou, a été abondamment commentée le 6 janvier 2016, lorsque ce drame est survenu.

Bénin : Le professeur Joël Aïvo forme les parlementaires des pays francophones d’Asie

Alors que la précampagne électorale pour le scrutin présidentiel qui a eu lieu quelques semaines plus tard était déjà palpable, les clarifications du Chef d’Etat-Major Général de l’armée béninoise à l’époque, n’avaient pas clos la polémique. Plus d’un an plus tard, le Colonel Pascal Tawès quant à lui, n’hésite pas à accuser.

Le Carporal Mohamed Dangou faisait partie du contingent béninois déployé en Côte d’Ivoire, dans le cadre de l’Onuci. Selon certaines versions, il a été tué parce qu’il réclamait ses primes de mission. Or, pour le Général Bouko Nahimi qui était au moment des faits le Chef d’Etat-Major Général de l’armée, tout est parti d’une manifestation qualifiée de « rébellion », qui a eu lieu en Côte d’Ivoire et dont Dangou était l’un des meneurs.

Mais le Colonel Pascal Tawès estime que Feu Mohamed Dangou s’insurgeait contre une situation préjudiciable au sérieux qui doit caractériser l’armée béninoise. En effet précise-t-il, « des Officiers sont souvent sélectionnés pour des missions d’intérêts financiers, dans des circonstances ténébreuses et sur des bases tribalistes ».

L’autre fait incompréhensible pour Tawès, c’est le choix des hommes chargés de commander les soldats. A titre d’exemple, « le Commandant du contingent de Feu Dangou Mohamed en Côte d’Ivoire, était un officier déjà retraité et en quête de gain facile. Il n’avait aucune ascendance sur la troupe », assène-t-il. Dans le même temps ajoute-t-il, « certains complices de l’assassinat du Carporal Dangou ont déjà été récompensés par le régime du Président Patrice Talon »

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Pacha 2 mois

    Ce fameux TAWES a tenu ces propos où et à quelle occasion ?

  • Avatar commentaire
    midofi 2 mois

    cest qui ce tawes. oui justice au feu dangou, oui aucun fils du Bénin ne doit mourir comme cela.
    Et surtout que le caporal réclamait son dû. Qu’est ce que le Bénin a fait pour mériter de vrais crapules
    a sa tête depuis des décennies et cela continue toujours. Qui libèrera ce pays ?
    Est ce que les enfants de nos enfants vont accepter cela?
    Je pense tous les jours au commandant Tossou assassiné par ses propres collègues policiers et ses assassins
    aujourd’hui sont tous ”récompensés” hein. Ils sont tous fiers de leurs gallons et de leurs étoiles.
    Ah la vie des hommes!!!! Avez vous peur de Dieu???
    mais tawes tu devrais baisser la tête et demander pardon au Bénin . Je ne savais pas que tu
    étais déjà colonel. Qu’est ce qui te manque maintenant? les étoiles?
    Lance une petite roquette sur le palais et Talon te donnera les étoiles.
    Dis nous ou se trouve le sous préfet de boukoumbé. vous avez ruiné ce pays par vos gestes tribalistes.

    • Avatar commentaire
      Helian 2 mois

      Tawes….attention les rupticons.

      • Avatar commentaire
        Chrystelle 2 mois

        ce que je ne comprends pas dans cet articles les faits ont eu lieu avant l’avenement de Talon.
        maintenant qu’estce que Talon vient faire dans cette histoire encore?
        Je veux juste savoir

        • Avatar commentaire
          Adeoti 2 mois

          L’administration est un e continuité Madame Chrsytelle.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 2 mois

    GbetoMagnon, l’objectif c’est de ne pas laisser la mort d’un béninois tombée dans l’oubli. Un Soldat sous drapeau en mission pour la Nation, qui n’est pas tombé sur le champs d’honneur, mais que sa hierarchie a fait lâchement assassiner parce qu’il réclamait ce qui lui est dû.

    Vous n’êtes pas sans savoir que nos soldats en mission ne recoivent qu’á peine le tiers de ce que l’ONU leur a payé régulièrement. Le reste étant empoché par les officiers supérieurs de bureau qui n’ont rien connu des champs de bataille.

    Et quand le Soldat réclame son droit, on le tue.

    Il faut que cette pratique inhumaine cesse dans notre armée.

  • Avatar commentaire
    Alexjosel 2 mois

    TAWES!

    ENCORE TAWES! TOUJOURS TAWES! CONTRE LES PDTS ORIGINAIRES DU SUD…TALON N’EST PAS SOGLO. AVOUONS LE S’IL FAIT UN FAUX PAS CETTE FOIS CI, IL SE FERAIT PRENDRE….

    PAR AILLEURS, OU ETAIT IL QUAND PDT YAYI BONI DIRIGEAIT LE PAYS ET LE CHEF D’ETAT MAJOR NAHIMI ETAIT CHEF D’ETAT MAJOR ?
    OU ETAIT COLONEL TAWES???

    POURQUOI NE FAISAIT IL PAS DES SORTIES INTEMPESTIVE? LA VIE ETAIT DOUCE AUX USA, N’EST CE PAS?

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 2 mois

    Sérieux ! L’affaire n’est pas assez grave ? un officier supérieur qui met de l’huile sur le feu et politise l’affaire hors institution.

    C’est quoi l’objectif ?