Etat dégradant de la route du marché de vêdoko: Un véritable calvaire pour les usagers

Etat dégradant de la route du marché de vêdoko: Un véritable calvaire pour les usagers

L’état des routes à Cotonou laisse à désirer. Le cas de la voie de Vêdoko-cica Toyota est un exemple qui laisse les usagers dans une situation extrêmement pénible et compliquée. Ils dénoncent l’inaction des autorités.

Protection des enfants au Bénin : Bientôt une réponse technologique pour des actions efficaces

Depuis des mois déjà, les usagers de la route carrefour Toyota marché Vêdoko vivent un véritable calvaire. Et pour cause, la voie allant du carrefour vers ce marché est dans un état d’impraticabilité avancé.

Impossible aux passagers à moto ou à quatre roues de circuler sans se heurter aux troues qui jonchent la route de part et d’autre. Pire, cette voie est inondée suite aux nombreuses pluies qui tombent sur Cotonou ces derniers jours, et les pannes de véhicules s’enchainent. Face à cette situation, les usagers ne cachent pas leur mécontentement.

« C’est avec peine qu’on circule sur cette voie, que ce soit le matin ou après le boulot. Nous sommes souvent obligés de contourner pour prendre par l’axe opposé, ce qui crée parfois des accrochages et rend la circulation pénible. Difficilement on parvient à temps au service », a confié Sedjro Mahunan, jeune entrepreneur.

C’est aussi ce qu’a laissé entendre Hubert Cossi un conducteur de taxi-moto.  « C’est tout un calvaire et c’est à croire qu’il n’a pas de maire à Cotonou. L’état de cette voie ne reflète pas une bonne image de la ville de Cotonou » a-t-il martelé. A en croire ce dernier, les autorités ne montrent aucune volonté sur le terrain quand il s’agit des problèmes concrets impliquant la vie des populations. Pour certaines bonnes dames du marché, la mairie ne prend pas ses responsabilités.

« Déjà près de 3 mois que nous dénonçons l’état de la voie, nous n’avons vu aucune autorité se pencher sur la situation », s’est désolée Rachelle Gangnihessou, vendeuse de fruits au marché de Vêdoko.

Mieux, poursuit-elle, des gens sont venus prendre en image l’état de la route mais depuis rien n’est fait pour soulager les peines des usagers. Elle invite le gouvernement et la mairie à prendre leurs responsabilités pour venir en aide aux usagers. Devant cette situation, il urge que des mesures soient prisent pour le bonheur et la bonne circulation des biens et des personnes

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 semaines

    C’est toujours ainsi. ils (les autorités, le préfet, le maire, et tous ceux qui ont en Charge l’entretien de la ville) attendent qu’un ONG ou un orgamisme international vienne en aide, en mettant un Fonds à leur Disposition, ils pourront s’acheter des véhicules de hautes gammes (Pick-up et autres) à des amis et copins pour finir à ne rien faire pour les usagers de la route. La Saison prochaine le même calvaire recommencera.

    Ainsi va le Bénin.

    Et vous me dites qu’une révolution n’est pas nécessaire?

    Elle est mûre, ce n’est qu’une question de jours et d’heures.

    • Avatar commentaire
      aziz 3 semaines

      Nous..de la diaspora…nous sommes prets…et c’est vous qu’on attends

      Le paquetage,les treillis,les rangers,les repas de campagne militaire,…les pistolets,les révolvers…accrocchés..à la ceinture..comme dans un western….on a ttends le top…pour débarquer..et libérer le pays

      Pas à la bob dénard…..non et non…

      Une centaine..de durs à cuire…je neutralise…l’aéroport,la route de ouidah et porto novo..

      Quelques mitrailleuses lourdes…suffisent pour tenir en respect…les bidasses du camp guézo..

      Et il suffit…d’aller cueillir…tot…les rupturiens…uns à uns….et le tour est joué