Conseil de sécurité et Etat Palestinien : la leçon d’Aurelien Agbénonci à l’ONU

Conseil de sécurité et Etat Palestinien : la leçon d’Aurelien Agbénonci à l’ONU

Envoyé spécial du président de la République du Bénin, M. Patrice Talon, le ministre des affaires étrangères, M. Aurélien Agbénonci était à New York dans le cadre de l'Assemblée générale des Nations Unies. Il y a délivré un message au nom du président béninois.

An 1 de la rupture : « Le Bénin est un pays respecté à l’étranger » selon Agbénonci

Devant les prestigieux invités de l’Assemblée générale des Nations Unies, le ministre des affaires étrangères du Bénin a livré un discours sur les ambitions du président Patrice Talon, notamment les objectifs du Programme d’actions du gouvernement de la Rupture, mais aussi sur les requêtes des pays africains concernant l’ONU. 

Plus de démocratie à l’ONU et un Etat palestinien

Sur la position du Bénin quant aux récentes déclarations du président de l’Union africaine, le président guinéen, M. Alpha Condé (lire ici), Aurélien Agbénonci a été on ne peut plus clair : Le Bénin s’aligne totalement sur les demandes de l’Union africaine.

Monsieur le président, Mesdames Messieurs, la réforme des Nations Unies, en particulier celle du conseil de sécurité, doit également être poursuivie pour accroître l’efficacité de l’organisation, notamment dans le domaine de la paix et de la sécurité. Le conseil de sécurité doit être recomposé, pour tenir compte des mutations intervenues sur la scène internationale au cours des décennies écoulées. On ne peut d’un côté appeler au respect de la démocratie dans tous les pays et paradoxalement ne pas vouloir qu’elle soit appliquée dans la réforme du conseil de sécurité. Cette réforme, nous l’espérons vivement, permettra de réparer l’injustice faite à l’Afrique, seul continent non représenté dans la catégorie des membres permanents du conseil. (…) Les Nations Unies et le conseil de sécurité ont besoin d’un Nouveau départ.” a lancé à la tribune le ministre béninois des affaires étrangères.

Outre les requêtes de l’Union africaine au sein de l’ONU, il a également affirmé que le Bénin soutient pleinement les initiatives de l’organisme pour la création d’un Etat palestinien vivant en bonne entente avec Israël pour faire baisser les tensions dans la région. Il a également réaffirmé l’attachement du Bénin aux Nations Unies, et a appelé au multilatéralisme dans le monde pour la paix!

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Maou 3 mois

    Voilà un exemple de prise de parole dans le vacarme à l’ONU. Chaque pays doit-il lire un discours dans cette salle? Les seules voix africaines qui ont été écoutées au siège de l’ONU sont notamment celles de Thoma Sankara, Kaddafi et Mandela. Tout le reste aurait ou sagement se taire.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Agbenonci ministre Facebook là ne se sent plus , La Tribune de l’ONU doit le changer un peu de camps et brousses de réfugiés de la centre Afrique ; cet type est bien ” peteux ” il y a eu des beninois plus capés que lui dans les arcanes du système des nations unies comme les ” Peters, akodjenou ” etc qu’il dégage

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 mois

    Un pays comme le Bénin qui s’alligne aux autres pays incapables de l’Afrique pour exiger un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations Unis. N’est ce pas ridicule?

    Toute l’Afrique ne peut encore fabriquer une aiguille. Pense-t-on qu’au Conseil de sécurité, on y va pour parler, pour bavarder, la seule Chose dont les Noirs ont été capables jusque là?

    Ne faudrait-il pas d’abord que l’Afrique noire se fasse valoriser aux yeux du monde, par le travail, les découvertes et les inventions innovatrices afin de pouvoir compter pour le monde?

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 3 mois

      Napo décidément ne veut pas me laisser digérer mon bon moyo, je le retrouve ici .
      Il a raison à moitié , sur ce qu’il dit .
      Oui , 1 siège au conseil de sécurité pour faire et dire quoi ? Vont-ils s’entendre même entre pays africains pour désigner ce membre ? Ces africains , c’est bavardage et fornicage qu’ils connaissent ( tundé et agadjavi ne me démentiront pas )
      Donc ils n’ont qu’à continué bavardage à l’UA , et autres nombreux organisations sur leur continent , dont ils attendent les contributions des pays occidentaux pour leur budget de fonctionnement . Tchrous

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 mois

    Qui donne quoi à qui dans ce monde gratos ( gratuitement, je veux dire)? Respectez-vous et les autres vous respecteront. L’Afrique doit se donner elle-meme du respect et de la valeur par son travail, son unité et son auto-determination. Après quoi, les autres nous respecteront en retour.

    Sinon tout le reste (parler, parler sans actions serait comme jeter l’eau dans le e dis du canard).