Nigéria : agitations au Biafra, couvre-feu dans la région

Nigéria : agitations au Biafra, couvre-feu dans la région

Au Nigéria, la tension est palpable dans la région du Biafra. Cette région qui a connu une guerre violente au début des années 70 connait un regain de tension depuis quelques mois. Le Nigéria qui doit faire face à Boko Haram veut à tout prix éviter l'embrasement.

Espagne : après Barcelone, une deuxième attaque terroriste à Cambrils

Il y a quelques heures, la maison de Nnamdi Kanu, l’un des chefs les plus influents du Biafra était prise d’assaut par les militaires nigérians. L’homme qui nourrit depuis quelque temps une haine contre le pouvoir nigérian, n’hésite pas à faire preuve de régionalisme dans ses appels à mobilisation.

Couvre-feu et poursuites

Depuis ce mardi, un couvre-feu a été instauré par le gouverneur de la région pour éviter tout débordement. Les militaires patrouillent un peu partout dans la région pour prévenir toute tentative d’attaque armée. Quant à Nnamdi Kanu, même s’il est actuellement en liberté sous caution, il est poursuivi pour haute trahison et atteinte à la sûreté de l’Etat. Un procès est d’ores et déjà prévu le mois prochain à Abuja.

Des vidéos ont circulé ces dernières heures sur les réseaux sociaux montrant des rebelles armés à la recherche de civils Haoussa, mais aussi, des militaires humiliant certains rebelles du Biafra. Le pouvoir du président Muhammadu Buhari veut à tout prix éviter une nouvelle guerre dans la région, la précédente (1967 – 1970) avait été très violente et a marqué au fer rouge l’histoire du pays.

Commentaires

Commentaires du site 1
  • Avatar commentaire
    Che Guevara 2 mois

    Et Re belotte?
    Apres Boko Haram, voila les autres qu’on va reveiller de leur centre pour destabiliser de plus le Nigeria.

    Avec toutes ces tensions, pensez vous vraiment qu’une monnaie unique maitra en afrique de l’ouest alors que tous les criteres de convergence sont economiques?

    La diversion de nos etats continue en attendant nos sorts sont toujours dans la main des oppresseurs qui n’Entendent aucunement laisser leur interet et influence leur echapper.