Recrudescence de la Zombification en Haïti: Une descente au Bénin pour mieux cerner le mystère

Recrudescence de la Zombification en Haïti: Une descente au Bénin pour mieux cerner le mystère

Dans le cadre des travaux de recherche pour palier le phénomène de la zombification en Haïti, une délégation dudit pays a séjourné au Bénin afin de trouver des solutions.

Bénin : Me Adrien Houngbédji au contact des réalités du Vodoun

A la fin de ce séjour, les membres de cette délégation ont exposé le phénomène au cours d’une rencontre avec la communauté haïtienne, les têtes couronnées et autres personnalités du pays, le mardi 19 septembre 2017 à l’Ambassade d’Haïti au Bénin, sise à Cotonou.

Se ressourcer et par la même occasion trouver solution au problème de ‘’Zombification’’ qui entrave la quiétude du peuple haïtien. C’est ce qui justifie la présence au Bénin d’une forte délégation de la République haïtienne, venue chercher réponses auprès de ses ancêtres. A la faveur d’une rencontre tenue dans la soirée du mardi 19 septembre 2017 à l’Ambassade d’Haïti au Bénin sise à Cadjèhoun/Cotonou, les membres de cette délégation ont expliqué aux Béninois et à la communauté haïtienne du Bénin les difficultés auxquelles ils sont confrontés.

Jean Espéca le chargé d’affaires de l’Ambassade d’Haïti, a exprimé sa gratitude à tous les sages et têtes couronnées qui d’une manière ou d’une autre ont aidé les membres de la délégation à trouver des réponses à leurs différentes inquiétudes. A en croire les explications données par ces derniers, la zombification est une pratique occulte qui consiste à faire revenir un être décédé à la vie après son enterrement. Pour Jean-Marie Salomon, vice-Sénateur de la République haïtienne, il urge de trouver des solutions pour contrer la problématique de la sorcellerie qui devient de plus en plus en récurrente.

« Tant que l’Afrique existera, Haïti ne mourra pas », a-t-il laissé entendre pour justifier sa conviction à trouver des solutions auprès du Bénin, terre du Vodoun.

Afin de permettre à l’assistance de mieux cerner ledit problème, ils ont projeté un film intitulé « The serpent and the rainbow », qui signifie en français « le serpent et l’arc-en-ciel ». A travers ce film qui peint les réalités de la zombification, un accent particulier a été mis sur les revers de ce phénomène occulte.

« Phénomène abstrait mais réel en Haïti »

Le film raconte en effet l’histoire d’un jeune étudiant de l’Université d’Harvard, envoyé en mission par une firme pharmaceutique en Haïti pour percer le mystère de la zombification, afin de mettre cette découverte au service de la médecine. Malheureusement, ce jeune étudiant dans sa quête sera confronté à de nombreuses péripéties d’ordre mystique.

Ce long métrage décrit comment des individus malintentionnés utilisent la magie noire pour contrôler et manipuler les âmes des individus qui ont subi la zombification. Il démontre également la grande différence entre la religion Vodoun et la pratique de la magie noire, encore appelée ‘’sorcellerie’’. Suite à la projection du film, Jean-Renel Cenatus, membre de la délégation haïtienne, a signifié à l’assistance que la zombification est un phénomène certes abstrait, mais bien réel à Haïti.

Il n’a pas manqué de souligner que ce phénomène dénote de la justice traditionnelle, mais est souvent utilisée à tort pour nuire. Pour lui, l’idéal serait de joindre cette forme de justice à celle moderne, pour rendre équitables les sentences. Tout comme ce dernier, Dagbo Hounon Hounan 2 de Ouidah, a également fait un commentaire sur le film. Il se réjouit de la fin du film qui selon lui donne raison à la communauté Vodoun, en montrant que le bien triomphe toujours du mal. Dagbo Hounon Hounan 2 estime que les gens ont tort d’assimiler le vodou à la sorcellerie.

A noter qu’un autre film intitulé « African odysée » de Cathleen Antoine, a été projeté pour rappeler à l’assistance les liens ancestraux qui lient le Bénin et l’Haïti.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
    Gouvènon 4 semaines

    Monsieur le vice -sénateur Jean-Marie Salomon, pour trouver solution à ce problème, je vous conseille d’aller voir au Gabon, et au Cameroun, où cette pratique est plus répandue qu’en Afrique de l’ouest.
    Si vous écoutez ma parole, vous gagnerez du temps.
    Partick Nguema Ndong, célèbre animateur de l’émission TRIANGLE sur la radio Africa n°1, expert en art martiaux et grand mystique, connait bien ce sujet. Il est une personne ressource.
    Toutes les informations vous seront données. même les antidotes. Tout se joue à ce niveau Monsieur le vice-sénateur.

  • Avatar commentaire
    aziz 1 mois

    A l’étape actuel..il est très difficile ,voire hasardeux..de vouloir expliquer…l’irrationnel…

    Sait on jamais ,la science qui évolue vite..nous donnera des éléments..pour le faire

    Et pourtant..nul ne peut nier…l’évidence…que celà existe….car la manifestation de ce irrationnel…est ancré en nous…surtout peuple africain…et ça fait meme partie de nos identités,façonne nos structures mentales et comportementale…

    La question..fondamentale…est alors…pour quelle pertinence..

    Si je considère…que l’enjeu..c’est le bien etre des hommes et femmmes…pour ce petit temps qu’on nous passons dans ce monde

    A l’opposé..le rationnalisme…lui ,a profondément transformé le monde…réel…vers le progès…dont nous sommes tous beneficaires..c’est à dire sa pertinence n’est plus à démontrer

    Autres questions…sommes nous obligés de s’accrocher..à des pratiques,à des croyances…qui maintiennent l’homme dans la misère,l’ignorance,la pauvreté…et la déchéance

    Si le culte des esprits,et leurs avatars…les zombies et autres phénomènes du genre…étaient utiles…haiti et le benin…seraient des paradis sur terre…mais hélas c’est le contraire

    Enfin…

    Et si tundé,agadjavi,franck makon,toffa,seigni,yawa,boni yaya…étaient des zombies…!!!

    Méfions nous des apparences…hihihihi kikikiki

  • Avatar commentaire
    ALLOMANN 1 mois

    Haïti est une république indépendante depuis le 1er janvier 1804, il y a 273 ans…pour quel bilan…que le désespoir à linfini, et dans tous les secteurs de la vie économique, sociale et culturelle…Au point d’être en proie encore aux démons des Zombies….Comme l’a si bien décrit un écrivain béninois: le sort actuel de Haïti préfigure ce que sera le Bénin à l’avenir…si nos pratiques ne changent pas.Or, le cours de la chose politique indique que nous empruntons les mêmems chemins, les mêmes travers….(dictatures, régimes ventilateurs, régimes de prédation du peuple, après avoir échappé de justesse à la dynastie style Duvalier et les tontons macoutes incarnée par Soglo et famille, …..) Prions pour que le phénomène ZOMBIE ne revienne pas ici…
    J’écoutais les informations au sujet du passage de Irma ou un des ouragans sur Haïti. Un paysan pêcheur, interrogé devant sa cabane en tôle au bord de la mer, indiquait ne pas être au courant du passage de ces éléments de la nature qui ont dû l’emporter….Irresponsabilité…!!!!.Prions, mais luttons pour ne pas subir le sort de notre descendance maudite …. dans les Caraîbes…Pour les souverainistes de tout poil, histoire et exemple à méditer..au regard du niveau de vie actuel des populations des îles françaises de la Caraïbe pour lesquelles Aimé Césaire avait, à raison, obstinément refusé l’indépendance…!!!!!

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 1 mois

    A titre d’exemple: les rois avaient jusqu’à une certaine époque au Bénin, interdit sous peine de mort sauf autorisation expresse, à tout Bôkonon, d’attaquer les européens, si nécessaires au commerce triangulaire… Hum.

    Aux Antilles, d’abord pour se défendre ou se venger, ensuite pour des raisons vénales ou de pouvoir (Haïti), la situation a dégénéré car le pouvoir esclavagiste, rejetait tout ce qui venait des noirs formellement exclus par les Lois et les usages, de l’Humanité.

    L’ignorance volontaire a permis à ces usages de prospérer en dehors de tout code et autorité sociaux (code et…sociaux ) et politiques.

    En Afrique, la décapitation des pouvoirs pré-coloniaux a entamé les mêmes effets, le colonialisme, l’Eglise, la vénalité de nombreux bôkonon, ont fait le reste.

    • Avatar commentaire

      En Haïti, ce phénomène est aggravé par la géographie (une île), les faits historiques, qui ont impliqués des pouvoirs noirs d’origine béninoise.
      D’abord utilisés dans les guerres contre les français, anglais, espagnols puis contre les américains; les bôkonon ( bôko en Haïti) se sont d’abord taillés une réputation de fidèles à la cause, avec le respect et la crainte qui allaient avec.
      Ils ont ensuite été utilisés dans les luttes de pouvoirs. Les Bôkonon devenus des appuis indispensables aux politiques, ont eu les mains libres pour “prospérer” aux dépens des individus, sans plus de régulation faîtière de la société.

      L’ignorance, la pauvreté, la vénalité, Mères de tous les vices ont parachevé la chose.

      Il y a eu des cas de plantations entières, au 20e Siècle, dans lesquelles travaillaient des hommes et femmes “zombifiés” en Haïti et vendus à Santo Domingo, république voisine !!

      Fracture entre 2 mondes qui se sont percutés, imbriqués et, en certaines parties du mélange, exclus mutuellement.

    • Avatar commentaire

      Je me rappelle qu’ici même, un forumiste vivant en Europe, certainement très jeune et sûrement d’origine béninoise, qui écrivait “nous les noirs ont croit n’importe quoi, le Mal tout ça c’est des conn…ies”.

      Exclusion d’une partie de la culture qui lui vient certainement de ses parents. Je bénis les miens qui avaient manifestement réglés pour toute la fratrie, ces problèmes d’appartenance culturelle, des décades avant aujourd’hui.

      Quand je vois le niveau en France, en Afrique des débats sur ce qui a été réglé dans ma tête depuis tout petit, par mes parent au final.

      Rétrospectivement, je les admire.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 1 mois

    Ce problème à Haïti et sur d’autres phénomènes appelés pudiquement en Afrique “Décédé des suites d’une courte maladie”, je me les suis faits expliquer par un l’oncle aîné de ma famille béninoise, et plus tard, confirmé par mon père.

    En fait, ces règlements de compte mystiques faisaient partie d’un code “pénal”, sous contrôle et soumis à des édits royaux.
    Les rois étaient lors de leur intronisation initiés et faits chef des différents culte en usage et reconnus dans les royaumes; ce qui faisaient d’eux les maîtres des cultes.

    • Avatar commentaire

      A titre d’exemple: les rois avaient jusqu’à une certaine époque au Bénin, interdit sous peine de mort sauf autorisation expresse, à tout Bôkonon, d’attaquer les européens, si nécessaires au commerce triangulaire… Hum.